Les États-Unis prolongent leur commande de croisière sans voile jusqu'en septembre

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis ont prolongé jeudi leur ordre d'interdiction de navigation pour tous les navires de croisière jusqu'à la fin septembre, alors que les États-Unis continuent de lutter contre un nombre croissant de cas de coronavirus.

Le CDC a émis son premier ordre d'interdiction de naviguer le 14 mars, qu'il a ensuite prolongé jusqu'au 24 juillet.

L'ordonnance de jeudi interdit les opérations sur les navires commerciaux de passagers d'une capacité de transporter au moins 250 passagers dans les eaux soumises à la juridiction américaine jusqu'au 30 septembre, sauf si le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux déclare que COVID-19 ne constitue plus une urgence de santé publique ou si le directeur du CDC annule ou modifie la commande, a indiqué l'agence.

La plus grande association professionnelle de l'industrie des croisières au monde, Cruise Lines International Association (CLIA), a annoncé le mois dernier une suspension volontaire des opérations de croisière dans les ports américains jusqu'au 15 septembre, et des opérateurs individuels ont fixé d'autres dates, dont Carnival Cruise Line qui a prolongé sa pause opérationnelle pour les voyages en Amérique du Nord jusqu'au 30 septembre. AIDA Cruises de Carnival a annulé toutes les escales américaines pour le reste de 2020.

Le CDC a également déclaré que ses données cumulatives du 1er mars au 10 juillet font état d'un total de 2 973 cas de COVID-19 ou de "maladie de type COVID" ainsi que de 34 décès sur des navires de croisière, neuf d'entre eux ayant toujours à bord des épidémies en cours ou en voie de disparition. Pendant cette période, 80% des navires ont été touchés par COVID-19, dont 99 foyers sur 123 navires de croisière différents.

"Sur les navires de croisière, les passagers et l'équipage partagent des espaces plus fréquentés que la plupart des zones urbaines. Même lorsque seul l'équipage essentiel est à bord, la propagation continue du COVID-19 se produit toujours", a indiqué le CDC. «Si les opérations de passagers de navires de croisière sans restriction étaient autorisées à reprendre, les passagers et l'équipage à bord courraient un risque accru d'infection au COVID-19 et ceux qui travaillent ou voyagent sur des navires de croisière poseraient des risques inutiles substantiels aux travailleurs de la santé, au personnel portuaire et aux partenaires fédéraux. (c'est-à-dire les douanes et la protection des frontières et les garde-côtes américains) et les communautés dans lesquelles ils retournent. "

La CLIA a déclaré qu'elle se félicitait de l'ordonnance de la CDC, y compris de l'intention de l'agence de publier une demande d'informations sur la reprise des activités passagers par l'industrie. "Alors que nous continuons de travailler à l'élaboration de protocoles améliorés pour soutenir la reprise en toute sécurité des opérations de croisière dans le monde, nous attendons avec intérêt un dialogue rapide et productif avec le CDC pour déterminer les mesures qui seront appropriées pour la reprise des opérations de croisière en haute mer dans le Aux États-Unis, le moment est venu ", a déclaré l'association.

Coincé à l'arrêt depuis mars, l'industrie des croisières a été parmi les plus durement touchées par COVID-19. Norwegian Cruise Line a déclaré plus tôt jeudi qu'il s'attendait à des revenus "insignifiants" au deuxième trimestre en raison d'une vague d'annulations et d'une forte baisse des réservations, tandis que son rival Carnival Corp a annoncé mercredi qu'il prévoyait de lever environ 1,26 milliard de dollars d'obligations.