Les garde-côtes américains ne peuvent pas s’approvisionner aux îles Salomon

Par Kirsty Needham (Reuters) Un navire des garde-côtes américains n’a pas pu entrer dans les îles Salomon pour une escale de routine car le gouvernement des îles Salomon n’a pas répondu à une demande de ravitaillement en carburant et de ravitaillement, a déclaré un responsable américain.

Le gouvernement des îles n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires de Reuters. Les îles Salomon entretiennent des relations tendues avec les États-Unis et leurs alliés depuis la conclusion d’un pacte de sécurité avec la Chine en mai.

L’USCGC Oliver Henry était en patrouille pour pêche illégale dans le Pacifique Sud pour une agence régionale des pêches lorsqu’il n’a pas réussi à obtenir l’entrée pour faire le plein à Honiara, la capitale des Salomon, a déclaré à Reuters un attaché de presse des garde-côtes américains dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

Le navire américain a plutôt été détourné vers la Papouasie-Nouvelle-Guinée, a déclaré le responsable.

La marine britannique a refusé de commenter les informations des médias sociaux selon lesquelles le patrouilleur HMS Spey, participant également à l’opération Island Chief pour surveiller la pêche illégale dans les zones d’exclusion économique des Fidji, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, des îles Salomon et de Vanuatu, s’est vu refuser l’accès au port par les îles Salomon.

« Les programmes des navires sont constamment réexaminés et il est courant qu’ils changent. Pour des raisons de sécurité opérationnelle, nous ne discutons pas des détails », a déclaré un porte-parole de la Royal Navy dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

Le gouvernement des Salomon et Pékin ont exclu une base militaire chinoise sur les îles, bien qu’un projet divulgué ait montré que l’accord de sécurité permettrait à la marine chinoise d’accoster et de se reconstituer.

L’agence des pêches du Forum des îles du Pacifique, un bloc de 17 pays du Pacifique, dispose d’un centre de surveillance maritime à Honiara et organise des opérations annuelles de surveillance de la pêche illégale avec l’aide de l’Australie, des États-Unis, de la Nouvelle-Zélande et de la France. Lire l’histoire complète

L’USCGC Oliver Henry devait effectuer une escale logistique de routine dans les îles Salomon, a déclaré Kristin Kam, responsable des affaires publiques des garde-côtes américains à Hawaï, à Reuters dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

« Le gouvernement des îles Salomon n’a pas répondu à la demande du gouvernement américain d’autorisation diplomatique pour que le navire se ravitaille et se ravitaille à Honiara », a-t-elle déclaré.

« Le Département d’État américain est en contact avec le gouvernement des Îles Salomon et s’attend à ce que toutes les futures autorisations soient fournies aux navires américains », a-t-elle ajouté.

Le HMS Spey avait à son bord des officiers de la marine fidjienne alors qu’il travaillait aux côtés d’avions de patrouille maritime à longue portée d’Australie et de Nouvelle-Zélande et de la Garde côtière américaine dans le cadre de l’opération de collecte d’informations pour l’agence des pêches du Forum des îles du Pacifique, a déclaré la Royal Navy dans un communiqué sur Jeudi.

Il a effectué des inspections des navires suspects dans les ports ainsi que des arraisonnements en mer, selon le communiqué.

Le porte-parole de la Royal Navy a déclaré qu’il « avait hâte de visiter les îles Salomon à une date ultérieure ».

(Reportage par Kirsty Needham; Montage par Simon Cameron-Moore)