Les gens de mer risquent de perdre leur emploi alors que le gouvernement tarde à autoriser des vols affrétés

Les marins indiens ont des temps de test car leurs emplois sont soumis à des risques en plus des risques COVID en vigueur. Cela est principalement dû au retard dans les politiques gouvernementales liées au refus de l'autorisation d'effectuer des vols nolisés, ce qui faciliterait à son tour le changement d'équipage.

Le changement d'équipage a été arrêté depuis février en raison du verrouillage global. Des organisations telles que l'OMI et l'OIT se sont manifestées et ont demandé à ses États membres de traiter les gens de mer comme des travailleurs clés fournissant des services essentiels qui constituent la base de la chaîne d'approvisionnement mondiale et ont également demandé à les exempter des restrictions de voyage.

Enfin, le gouvernement indien semble avoir autorisé les compagnies maritimes et les chefs d'équipage à envoyer et ramener des membres d'équipage indiens sur des vols charters, facilitant ainsi l'échange de l'équipage.

Marin assis à bord, appelant sa famille

Image de représentation – Crédits: Chan Min Thet | seafarerswelfare.org

8 gestionnaires de navires et sociétés d'équipage se sont proposés pour des vols charters pour les marins. Ceux qui se déconnectent seront ramenés au pays et ceux qui se connectent seront déplacés vers des hubs spécifiques où ils monteront à bord des navires. Actuellement, Doha et Colombo serviront de plaques tournantes mondiales pour l'échange d'équipages.

La Maritime Association of Shipowners Shipmanagers and Agents (MASSA) et la Foreign Owners Representation and Ship Managers Association (FOSMA) en association avec l'Union nationale des gens de mer de l'Inde (NUSI) et l'Union maritime de l'Inde (MUI) ont conjointement lancé un exercice de changement d'équipage pour le transport. Les marins indiens à travers le monde par le biais de vols affrétés.

Les compagnies maritimes et leurs associations doivent veiller à ce que les ressources soient pleinement utilisées afin qu'il y ait un coût par billet raisonnable pour les voyageurs. Environ 50000 marins indiens doivent embarquer dans des ports étrangers via les hubs de Doha et de Colombo au cours des 2 prochains mois.

Les vols affrétés sont organisés par VR Maritime (Chennai-Colombo-Chennai) le 3 juin, Synergy Marine (Kochi-Colombo-Kochi) et FOSMA et MASSA (Delhi-Doha-Delhi) les 3, 7 et 11 juin.

Pendant ce temps, environ 2520 marins indiens ont également perdu leur emploi (ce nombre est basé sur la différence entre le nombre de ceux qui ont signé et signé comme indiqué par la Direction générale des transports maritimes).

Le directeur général des services maritimes VR, également membre du National Shipping Board du gouvernement, le capitaine Sanjay Prashar, a déclaré que la différence ne peut pas être comptabilisée sous la forme d'emplois perdus, car les fermetures de lignes de croisière sont mondiales à la suite de la crise sanitaire.

Le besoin de l'heure est de s'assurer que les gens de mer à bord sont protégés ainsi que de protéger les possibilités d'emploi pour ceux qui ont hâte de rejoindre les navires en facilitant un processus harmonieux d'échange d'équipage. Ceci est important car la logistique du transport maritime et les gens de mer constituent une partie importante des chaînes d'approvisionnement qui sont essentiellement l'épine dorsale de l'économie mondiale.

Références: outlookindia.com | thehindubusinessline.com | Liste de Lloyd