Les navires de pêche représentent la moitié de la pollution plastique des océans

Karen Scott (The Conversation)–La pollution plastique des océans a été au centre de la récente conférence des Nations Unies sur les océans, qui a publié une déclaration à l’appui d’une décision antérieure de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement d’entamer des négociations en vue d’un traité mondial sur les plastiques.

Cette initiative a été saluée presque universellement, mais elle ne doit pas faire oublier le fait que nous avons déjà de bonnes lois internationales réglementant les navires qui jettent du plastique par-dessus bord. Nous ne les appliquons tout simplement pas correctement.

On estime que la moitié de la pollution plastique des océans provient de quelque 4,5 millions de navires de pêche opérant dans les eaux nationales et internationales. Des recherches récentes suggèrent que plus de 100 millions de livres de plastique pénètrent dans les océans à partir des seuls engins de pêche industriels.

Une meilleure mise en œuvre et application des lois existantes serait un moyen beaucoup plus rapide de lutter contre la pollution plastique causée par les navires que d’attendre l’adoption d’un nouveau traité.

Les déchets plastiques des navires de pêche comprennent les engins de pêche perdus ou délibérément abandonnés tels que les filets, les casiers, les flotteurs, les caisses et les dispositifs de concentration de poissons (DCP).

Des plastiques ont été trouvés dans la partie la plus profonde de l’océan dans la fosse des Mariannes et dans des régions éloignées telles que l’île Henderson dans le groupe de Pitcairn. Les engins de pêche perdus ou abandonnés peuvent entraîner une « pêche fantôme » où les filets, DCP et autres engins continuent de « pêcher » pendant des décennies. Les autres impacts de la pollution plastique des océans comprennent l’enchevêtrement, l’ingestion, le transfert d’espèces envahissantes et de toxines, les dangers pour la navigation et l’encrassement des plages.

Règles mondiales sur la pollution plastique des navires de pêche

Contrairement aux sources terrestres de pollution plastique, où la réglementation mondiale est faible, les règles internationales relatives à la pollution plastique provenant des navires sont solides, du moins sur le papier.

Deux régimes principaux ont été élaborés dans le cadre de l’Organisation maritime internationale (OMI). L’un est le régime de déversement de Londres, qui réglemente le déversement délibéré de déchets plastiques en mer à partir de navires et de plates-formes. L’autre est la Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires (MARPOL), qui réglemente à la fois les rejets délibérés et accidentels de plastiques par les navires.

Dans le cadre du régime de déversement de Londres, les déchets plastiques, y compris les filets de pêche et les DCP, ne doivent pas être déversés ou jetés délibérément par aucun navire dans toutes les zones maritimes en dehors des eaux intérieures des États. Bien qu’il existe une exception pour l’élimination de matériaux accessoires à l’exploitation « normale » des navires, on ne peut prétendre que cela inclut l’élimination délibérée de déchets plastiques, compte tenu des dommages qu’ils causent aux écosystèmes marins.

Cette position a été confirmée par les parties au régime de Londres en 2018, lorsqu’elles ont affirmé que l’élimination délibérée des engins de pêche est contraire à ses objectifs.

Perte accidentelle par-dessus bord

Alors que le régime de Londres ne s’applique pas à la perte accidentelle d’engins de pêche, MARPOL le fait en interdisant le rejet dans la mer de tous les plastiques, y compris les filets, les DCP et autres engins de pêche, à la fois délibérés et accidentels.

Il existe cependant une lacune importante : l’interdiction ne s’applique pas aux navires de pêche lorsque « toutes les précautions raisonnables ont été prises pour éviter une telle perte » ou lorsque le rejet d’engins de pêche est nécessaire pour la protection de l’environnement. Les lignes directrices adoptées en 2017 fournissent certaines indications sur ce qui constitue une précaution raisonnable – par exemple, le tri et la collecte appropriés des déchets plastiques de manière à éviter leur perte par-dessus bord.

La pollution plastique est également devenue un problème pour les organisations régionales de gestion des pêches (ORGP). Ils collaborent avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture sur diverses initiatives visant à minimiser la perte d’engins de pêche et les effets de la pêche fantôme.

Par exemple, la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR), qui gère la pêche dans l’océan Austral, interdit l’utilisation de bandes d’emballage en plastique sur la plupart des navires.

Le problème avec ces règles est le manque d’application. Il est difficile de surveiller et de faire respecter l’interdiction de la pollution plastique par les navires en haute mer. Les États du pavillon manquent souvent d’incitation à le faire.

Des mesures pratiques telles que le marquage des engins et des technologies d’arrimage particulières pour réduire les déchets sont souvent contenues dans des lignes directrices non contraignantes plutôt que dans des règles obligatoires. Et il n’y a pas suffisamment d’incitations pour persuader les navires de récupérer les engins abandonnés qu’ils rencontrent en pêchant.

Solutions anti-pollution plastique

Les États devraient utiliser leurs pouvoirs juridiques en vertu du droit international de la mer pour prendre des mesures contre les navires entrant dans leurs ports s’il existe des preuves qu’ils ont abandonné ou perdu par négligence des engins de pêche en mer.

Les États du pavillon devraient exiger que leurs propres navires marquent leurs engins et créer des incitations financières afin que les engins de pêche flottants puissent être récupérés et éliminés en toute sécurité.

Le régime de Londres dispose d’un processus de conformité robuste qui pourrait être utilisé plus régulièrement pour lutter contre le déversement d’engins de pêche et mettre en évidence ce problème au niveau international.

Bien que le nouveau traité sur les plastiques puisse finalement jouer un rôle important dans la lutte contre les plastiques dans les océans, nous n’avons pas à attendre jusque-là pour mieux lutter contre la pollution par les plastiques des navires. Nous devons simplement mieux appliquer les lois que nous avons déjà.

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l’article original ici.