Les ports de Rotterdam et Baie-Comeau collaboreront au développement portuaire

Le Port de Rotterdam aux Pays-Bas et le Port de Baie Comeau au Canada ont convenu d’explorer conjointement le potentiel de croissance et de développement futur du Port de Baie-Comeau.

Baie Comeau
Source : Port de Rotterdam

Les ports ont convenu d’exécuter une étude de plan directeur comprenant des analyses des flux de marchandises et des évaluations techniques des infrastructures portuaires.

L’étude comprendra également une analyse du potentiel de production et d’utilisation des énergie verte dans la zone industrielle, comme éolien et solaire, bioénergie et hydrogène vert.

« Le plan permettra au port de jouer pleinement son rôle dans ta nouvelle économie décarbonéeaxée sur l’utilisation optimale de nos infrastructures et de nos ressources au profit de l’économie du Saint-Laurent, du Québec et du monde », Karine Otisdirecteur général du Port de Baie-Comeau, a commenté.

Les deux ports entendent travailler en étroite collaboration avec la Ville de Baie-Comeau, le gouvernement du Canada, le gouvernement du Québec, la communauté de la Première Nation de Pessamit et d’autres intervenants régionaux et commerciaux.

« Les ports font partie intégrante de l’économie mondiale, servant de plaques tournantes pour l’activité économique, l’emploi, le commerce et la circulation des produits et des ressources. Ils ont également été le lieu de progrès significatifs en matière d’innovation, technologies propreset meilleures pratiques alignées sur le climat« , Jonathan Wilkinsonministre des Ressources naturelles Canada, a déclaré.

« Je salue cette entente entre le Port de Baie-Comeau et le Port de Rotterdam Autorité – c’est un exemple du type de collaboration internationale dont nous avons besoin pour améliorer notre infrastructure, renforcer nos chaînes d’approvisionnement et soutenir l’application et la production élargies d’énergie propre.

La Société du Plan Nord appuie ce plan de développement en investissant 250 000 $ CAD. Le montant accordé provient de l’enveloppe Opportunité du Plan d’action Nord 2020-2023 du gouvernement du Québec.

Le port de Rotterdam est un port maritime en eau profonde opérant à l’échelle mondiale, avec la capacité d’accueillir les plus gros navires du monde, recevant 30 000 navires par an. Il s’étend sur environ 40 à 45 kilomètres à l’intérieur des terres et a à la fois le port et la zone industrielle sous sa garde.

C’est le plus grand port d’Europe et le dixième port du monde. Avec Houston et Singapour, elle est également connue pour ses installations de soutage pour les navires, et c’est la porte d’entrée de l’énergie pour l’Europe, avec environ 13 % de toute l’énergie consommée en Europe entrant en Europe via Rotterdam et répondant à environ 40 % de la demande industrielle.

La transition verte a été le thème stratégique le plus important pour le port au cours de la dernière décennie. La transition du port pour réduire les émissions de carbone et recevoir, gérer et distribuer les carburants et les matières premières à zéro émission du futur bat son plein, avec de grands projets d’infrastructure et de nombreuses activités en cours pour atteindre les objectifs climatiques, positionnant le port comme un des ports les plus verts au monde et comme plaque tournante de l’hydrogène pour le nord-ouest de l’Europe.

Le port en eau profonde de la côte est canadienne de Baie-Comeau a récemment changé de propriétaire de Transports Canada à la Corporation de gestion du port de Baie-Comeau. Le port est situé dans la province de Québec, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, près de l’embouchure de la rivière Manicouagan dans la baie des Anglais.

Elle dispose désormais d’un grand terminal céréalier Cargill et d’une fonderie d’aluminium Alcoa, alimentée à 99 % par de l’électricité d’origine verte. Le port fournit des services logistiques à l’industrie minière et manufacturière du Nord-Est du Québec et est relié au réseau ferroviaire national menant à la région du Midwest américain et à tous les principaux marchés intérieurs.

Son objectif en tant que port est d’augmenter encore sa capacité d’être un pôle d’exportation pour les produits manufacturés, les ressources naturelles, l’industrie minière, céréalière et l’énergie verte de la région, ainsi que de développer des zones portuaires et industrielles pour attirer de nouveaux clients de l’industrie verte vers opèrent dans le port.

Le port fonctionne actuellement comme un port de débordement également pour d’autres ports et terminaux de la région et souhaite travailler avec les ports et terminaux des environs qui fonctionnent désormais à leur capacité maximale.

Inscrivez-vous à l’exposition et à la conférence sur l’énergie offshore :

Vous pourriez également aimer...