Les pourparlers sur l’accord sur les céréales de la mer Noire n’apportent que peu de progrès

Les pourparlers sur la prolongation d’un accord de juillet qui a repris les exportations ukrainiennes de céréales et d’engrais de la mer Noire ne progressent pas beaucoup car les préoccupations russes ne sont pas dûment prises en compte, a déclaré jeudi l’ambassadeur de Russie auprès de l’ONU à Genève.

De hauts responsables des Nations Unies négocient avec la Russie pour prolonger et élargir l’accord du 22 juillet qui pourrait expirer le mois prochain si un accord n’est pas conclu.

« Je ne dirais pas que beaucoup a été réalisé à la suite des dernières consultations. Le dialogue se poursuit », a déclaré Gennady Gatilov aux journalistes.

Il a réitéré la position de Moscou selon laquelle les sanctions occidentales entravent ses propres exportations de céréales et d’engrais, même vers les pays pauvres qui en ont besoin.

« Il ne sert à rien de poursuivre un accord dont une partie peut apparaître comme morte à l’arrivée. Alors, bien sûr, les autorités russes… vont envisager très sérieusement l’avenir de la prolongation de cet accord sur les céréales », a-t-il déclaré.

Gatilov a déclaré à Reuters la semaine dernière que Moscou avait fait part de ses préoccupations aux Nations Unies concernant l’accord sur les exportations de céréales de la mer Noire et était prêt à rejeter le renouvellement de l’accord.

L’accord créant un corridor de transit maritime protégé a été conçu pour atténuer les pénuries alimentaires mondiales, les clients de l’Ukraine comprenant certains des pays les plus pauvres du monde.

Au début, l’accent était mis sur le déplacement des navires qui étaient restés bloqués dans les ports ukrainiens pendant des mois, dont la plupart étaient chargés de maïs et réservés par les pays développés.

La majeure partie de la récolte de blé de l’année dernière en Ukraine, qui est récoltée plus tôt que le maïs, avait déjà été expédiée lorsque les troupes russes sont entrées dans le pays.

Les pays en développement tels que la Somalie et l’Érythrée dépendent fortement des importations de blé de Russie et d’Ukraine.

Lors d’un briefing pour les journalistes de Genève, Gatilov a minimisé l’idée que la Russie utiliserait des armes nucléaires dans le conflit ukrainien, même si le Kremlin a évoqué à plusieurs reprises la perspective de le faire.

« Nous ne ferons jamais cela, du moins, nous ne serons pas le pays qui initiera cela, donc c’est clair », a-t-il déclaré.

Gatilov a déclaré que Moscou avait dit au Comité international de la Croix-Rouge qu’il coopérerait pour organiser des visites aux prisonniers de guerre ukrainiens.

« Mais vous devez imaginer que nous avons plus de 6 000 prisonniers ukrainiens et parfois il n’est pas possible d’organiser toutes les visites. Les Ukrainiens en ont moins. Et ce n’est pas la question du nombre de visites. Le problème est la qualité de la visite et le résultat de cette visite », a-t-il déclaré.

Il a également rejeté les allégations selon lesquelles les forces russes ou leurs alliés expulsaient de force des enfants ukrainiens.

« Nous n’essayons pas – comme certains médias essaient de le dire – de kidnapper des enfants ukrainiens. Ce n’est pas notre but. C’est simplement une tentative d’aider les enfants qui ont vraiment besoin de soins, qui ont besoin de soutien », a-t-il déclaré.

(Reuters – Reportage de Cecile Mantovani, écrit par Michael Shields, édité par Angus MacSwan)