Les propriétaires de pétroliers répertoriés répartissent la richesse autour

Par Barry Parker (gCaptain) –

Les sociétés de pétroliers qui publient leurs résultats du troisième trimestre 2022 bénéficient de vastes richesses et, surtout, elles partagent leur générosité avec leurs actionnaires.

International Seaways (NYSE : INSW), qui a annoncé des bénéfices légèrement inférieurs au consensus exubérant (rétrospectif) des analystes, non seulement générait des seaux de liquidités, mais les distribuait également aux actionnaires. Parmi les 75 navires de la société (59 détenus, 16 affrétés), ses 10 VLCC réservaient 26 400 $/jour au troisième trimestre, ses 13 Suezmax récoltaient 33 600 $/jour et ses 39 MR, qui bénéficiaient d’un marché spot très solide alors que l’Europe se bousculait. pour faire le plein de produits raffinés avant que les sanctions n’entrent en vigueur, recevaient 36 000 $/jour.

Double Hull Holdings (NYSE : DHT), propriétaire de 23 VLCC, bénéficiait également des courants du marché, ses 25 400 $/jour rapportés pour les navires reflétant un équilibre entre ceux qui négocient (qui gagnent environ 22 000 $/jour) et ceux affrétés. à plus long terme (gagner au nord de 35 000 $/jour).

Alors que nous sommes presque à mi-chemin du quatrième trimestre, les perspectives sont en effet bonnes. Chez INSW, les résultats jusqu’au début novembre montrent que les VLCC sont fixés à 57 100 $ / jour au total (avec des embauches ponctuelles dépassant les niveaux de TC). Ses Suezmax rapportaient 44 700 $/jour et son trésor de MR transportant des produits rapportait 39 900 $/jour. Chez DHT, le PDG Svein Moxnes Harfjeld a souligné un profil d’affrètement à temps au quatrième trimestre de 34 800 $ / jour de location qui couvrait un quart de la période et 69 % des jours disponibles sur place rapportant 61 800 $ / jour.

À ce point culminant du cycle, les propriétaires avertis ne commanderont pas de nouveaux navires, bien qu’ils puissent acheter des navires d’occasion, en utilisant éventuellement des accords de « navires contre des actions » maintenant éventuellement avec des prix des actions maintenant égaux ou supérieurs à la valeur liquidative. À ce stade, ils sont en mesure de renvoyer de l’argent aux actionnaires. L’INSW utilisait une partie de sa manne pour faire exactement cela, rachetant pour 20 millions de dollars d’actions, versant un dividende trimestriel régulier (0,12 $/action) et, roulement de tambour ici… annonçant un dividende spécial de 1,00 $/action.

De même, DHT a annoncé un dividende en espèces régulier (0,04 $/action), un rachat d’actions de 8,8 millions de dollars et, un autre roulement de tambour… une nouvelle politique de dividende, avec 100 % du revenu net revenant aux actionnaires sous la forme de versements trimestriels en espèces.

Pour l’instant, l’intérêt de Frontline (NYSE : FRO) pour l’INSW n’est pas un sujet de discussion. En effet, le mot « C » – consolidation, ne figurait pas dans la présentation de l’INSW (et les analystes n’en ont pas non plus parlé lors de la session de questions et réponses lors de sa conférence téléphonique). Quelle que soit la conversation S & P qui a eu lieu lors de sa conférence téléphonique, elle s’est concentrée sur les ventes de navires (avec un MR provisoirement vendu, mais des Aframax et des LR2 non à vendre). DHT a retiré de l’argent de la table en annonçant un contrat d’affrètement à temps de cinq ans pour son navire Puma DHT à partir du T1 2023 (après installation d’un épurateur), à 38 000 $ par jour, avec deux années optionnelles (à 41 000 $/jour et 45 000 $/jour). DHT a également déclaré avoir vendu un VLCC non équipé d’un épurateur construit en 2008, DHT Edelweisse heurtant à une installation spéciale de prospection et de traitement des eaux de ballast (BWT), pour 37 millions de dollars (dont une partie destinée au remboursement de la dette).

Le PDG d’INSW, Lois Zabrocky, a parfaitement résumé la stratégie de l’entreprise : « …. investir dans le renouvellement de la flotte en bas de cycle et se concentrer sur les retours aux actionnaires et sur un nouvel effet de levier dans la partie haute du cycle. Et nous l’avons fait au cours des six dernières années. Chez DHT, la vision s’exprimait de la même manière : « Nous sommes bien structurés pour les marchés cycliques, soutenus entre autres par un bilan solide et une liquidité saine. Le marché du fret s’est très certainement redressé avec des taux de fret élevés et des perspectives prometteuses. Nous sommes prêts pour cette reprise avec une exposition ponctuelle croissante dans un environnement dans lequel nous sommes prêts à réaliser des bénéfices importants », a déclaré Svein Moxnes Harfjeld.