Les transporteurs de ligne dans le collimateur des autorités américaines

Les chaînes d’approvisionnement sont de retour dans l’actualité, peut-être une distraction bienvenue de la couverture des événements en Ukraine.

À la fin de la semaine dernière, l’administration Biden a donné suite à son « Ordre exécutif 14017 » de l’année précédente du président nouvellement inauguré Joe Biden, qui a entrepris de développer des stratégies permettant la « résilience » de la chaîne d’approvisionnement. Le 24 févriere2022, plusieurs agences gouvernementales ont publié des rapports sur les actions proposées.

Le rapport du ministère des Transports est long – avec le résumé exécutif qui comprend à lui seul 27 pages ! La politique des transports est compliquée, impliquant des éléments de coordination et d’équilibrage apparemment impossibles entre plusieurs niveaux de gouvernement et des acteurs privés, à travers la scène géographique nationale et au-delà.

Une chose qui va se passer, c’est que les transporteurs maritimes feront l’objet d’une surveillance accrue et pourraient se retrouver dans le collimateur punitif. La recommandation politique 43, dans le rapport du DOT américain du 24 février 2022, stipule : « Soutenir la Federal Maritime Commission (FMC) dans la réglementation des transporteurs maritimes afin de promouvoir une concurrence libre et équitable.

La recommandation 44, dans le rapport, dit : « Exhortez le Congrès à adopter une réforme de la réglementation du transport maritime. La Chambre a déjà adopté une législation qui augmenterait les ressources de FMC et fournirait à FMC des pouvoirs supplémentaires pour protéger les exportateurs, les importateurs et les consommateurs contre les pratiques déloyales.

Il s’agit d’une référence à l’Ocean Shipping Reform Act de 2021, qui est maintenant mis à l’action par le Sénat américain – les intérêts du fret soutiennent le projet de loi ; transporteurs – pas tellement. Fait intéressant, la recommandation 50 implique de combiner le rôle du FMC avec celui du Surface Transportation Board (qui s’occupe du transport de surface, principalement les chemins de fer), « … en ce qui concerne la réglementation et la surveillance de l’industrie du fret et de la logistique ». Actuellement, le FMC est un organisme indépendant (c’est-à-dire qu’il ne fait pas partie du ministère des Transports, du Commerce, etc.).

Entre-temps, coïncidant avec l’US DOT, le FMC et le ministère américain de la Justice ont annoncé aujourd’hui des plans visant à renforcer un partenariat précédemment établi pour promouvoir une concurrence loyale dans l’industrie du transport maritime. Se référant à une note de service antérieure entre le FMC et le DOJ (de juillet 2021) dans laquelle ils ont convenu de coopérer, les deux agences ont annoncé de nouvelles actions pour faire appliquer les lois sur la concurrence dans l’industrie du transport maritime. «Le ministère de la Justice fournira au FMC le soutien d’avocats et d’économistes de la division antitrust pour l’application des violations de la loi sur la navigation et des lois connexes. Le FMC fournira à la division Antitrust un soutien et une expertise de l’industrie maritime pour les actions d’application de la Sherman Act et de la Clayton Act.

En relation: Les États-Unis intensifient l’application de la concurrence dans le transport maritime

Dans son discours d’ouverture à la conférence de Capital Link sur les questions maritimes aux États-Unis, qui s’est tenue le 25 févriere (le deuxième jour de l’événement de deux jours), M. Carl Bentzel, l’un des commissaires du FMC, avait déclaré : [shipping]nous devons prendre de nombreuses mesures au FMC pour revoir les pratiques des transporteurs, pour mettre en œuvre de nouvelles exigences, en raison de certains des défis de l’expédition – cela a été une entreprise énorme.

Les lances, ou arbalètes, dirigées vers les porteurs sont vouées à devenir plus tranchantes. Dans un 25 févriere annonce du FMC, le procureur général des États-Unis a été cité: « Le ministère de la Justice continuera à appliquer de manière agressive nos lois antitrust – quel que soit le secteur, quelle que soit l’entreprise et quel que soit l’individu », a déclaré le procureur général Garland. « La concurrence dans l’industrie maritime fait partie intégrante de la baisse des prix, de l’amélioration de la qualité du service et du renforcement de la résilience de la chaîne d’approvisionnement. L’élargissement des partenariats d’application conjointe comme le partenariat entre le FMC et le DOJ est l’un de nos outils les plus puissants pour promouvoir la concurrence. Les contrevenants doivent savoir que le ministère de la Justice fournira à la Commission maritime fédérale tout le soutien juridique nécessaire dans la poursuite de sa mission de promotion de la concurrence dans le transport maritime.