Les travailleurs «  lésés  » du FPSO doivent supprimer leurs outils en raison d’un plan de licenciement

Le syndicat britannique Unite the Union a confirmé que ses membres exploitant le navire Foinaven FPSO, situé à l’ouest des îles Shetland, ont voté en faveur d’une grève dans le cadre d’un différend sur les indemnités de licenciement.

Le champ de Foinaven est situé à environ 120 milles à l’ouest des Shetland dans l’auge Féroé/Shetland. La production du champ a été suspendue en 2021 après qu’il a été annoncé que le Petrojarl Foinaven FPSO doit être retiré en raison de la fin de sa durée de vie de 25 ans. Le plan de démantèlement a été soumis aux autorités britanniques en janvier 2022.

Le navire Foinaven FPSO appartient à Teekay mais est exploité par le personnel d’Altera. Le navire est actuellement sous contrat avec BP, mais il doit bientôt mettre fin à son contrat, puis il sera remorqué jusqu’au port de Hunterston. Tous les travailleurs seront licenciés fin août, BP ayant mis fin au contrat du navire.

Le syndicat a révélé lundi que 96 pour cent avaient voté pour la grève sur un taux de participation de 84 pour cent. En conséquence, une grève continue est désormais prévue à partir du 5 août.

Unite représente environ 60 travailleurs qui exécutent un certain nombre de rôles, notamment des grutiers, des électriciens, des équipages de pont et des techniciens de production.

Comme l’a expliqué le syndicat, le différend porte sur le fait que les membres étrangers reçoivent une « paquet de redondance nettement inférieur » par rapport à la main-d’œuvre onshore d’Altera.

Secrétaire général de l’Unité, Sharon Grahama dit: « Nos membres offshore travaillant sur le navire Foinaven FPSO sont à juste titre lésés d’être traités comme des travailleurs de seconde classe par Altera. Unite défiera l’entreprise à ce sujet. Nous ne faisons pas que nos membres soient traités comme des « deuxième classe ». Tout ce que nos membres demandent, c’est la parité dans le plan de licenciement en raison de la fin du contrat.

Selon le syndicat, il est apparu que le personnel à terre d’Altera devrait recevoir des indemnités de licenciement d’un mois de salaire pour chaque année de service accomplie jusqu’à un maximum de 12 mois (un an de salaire). D’autre part, les membres offshore se voyaient proposer un licenciement statutaire de base.

Unite a en outre souligné le rôle dangereux joué par ses membres en citant un récent incendie à bord du Foinaven, qui a provoqué une évacuation du personnel non essentiel. L’incident s’est produit alors que se préparaient le départ du navire de la station.

Vic Fraserofficier industriel Unite, a ajouté : « Au cours du processus de vote de l’action revendicative, Altera a en fait menacé nos membres, leurs employés fidèles de longue date, que s’ils devaient mener une action revendicative, ils pourraient ne pas recevoir l’indemnité de licenciement qui avait été convenue. Je suis fier que le vote confirme que nos membres ne céderont pas aux menaces et leur syndicat non plus. »

Offshore Energy a contacté BP et Altera, sollicitant des commentaires et des détails supplémentaires sur la grève à venir sur le navire Foinaven.

Un porte-parole d’Altera a déclaré que la société est actuellement en contact avec toutes les parties à ce sujet, ajoutant qu’elle continue de travailler à une résolution. Cependant, le porte-parole a déclaré que la société « ne peut pas commenter les détails. »

« Nous apprécions le travail et le bien-être de tous nos employés et continuerons à travailler à la résolution de ce problème », a ajouté le porte-parole.

Un porte-parole de BP a déclaré : « Notre objectif reste le retrait en toute sécurité du FPSO de Petrojarl Foinaven. Nous continuons à travailler dans ce sens et sommes en liaison avec Altera. »