Les volumes de négociation de Gunvor poussés par le GNL

La maison de négoce de matières premières basée à Genève Gunvor a annoncé une augmentation des volumes de négociation pour l'année 2019.

Les volumes de négociation de Gunvor poussés par le GNL
Avec l'aimable autorisation de Gunvor

Le volume total des échanges a augmenté à 198 millions de tonnes, contre 184 millions de tonnes l'année précédente, principalement en raison d'une augmentation des échanges de gaz naturel et de gaz naturel liquéfié.

Gunvor a indiqué avoir livré 16 millions de tonnes de GNL en 2019.

Les revenus pour 2019 se sont élevés à 75 milliards de dollars, en baisse par rapport à 87 milliards de dollars en 2018, reflétant les variations du prix des matières premières au cours de l'année. Le bénéfice net a atteint 381 millions de dollars pour l'année.

Les principaux moteurs de la performance de la société pour la période ont été une augmentation des échanges de GNL et de gaz naturel, une performance record des opérations de négoce américaines et une solide contribution du réseau européen de raffinage du pétrole et des activités de négoce de pétrole.

Le commerçant a également noté que ses activités commerciales n'étaient pas affectées par la pandémie de COVID-19.

La société a continué d'embaucher et d'entreprendre toutes les opérations commerciales normales. Les performances commerciales restent solides dans toutes les zones géographiques et tous les bureaux, y compris l'expédition, a déclaré Gunvor.

Le secteur européen du raffinage devrait rester difficile dans un avenir prévisible.

Quel que soit l'environnement du marché actuel, Gunvor continue de voir le défi à long terme pour les entreprises du secteur du négoce de matières premières énergétiques physiques de se positionner efficacement dans la «transition énergétique».

En 2019, les produits de base «transitoires» tels que le gaz naturel, le GNL, le GPL et les biocarburants représentaient 45% de l'activité commerciale totale, par rapport au pétrole brut et aux produits pétroliers traditionnels, une augmentation par rapport à 28% l'année précédente.

Gunvor a également acquis deux usines de biocarburants et s'est engagée à ne plus commercialiser physiquement le charbon, activités qui ont cessé en 2018.

L'entreprise mesure désormais activement son empreinte CO2 tout en élaborant un plan de développement durable. Il est sur le point de réduire considérablement son empreinte carbone en 2020, et continuera de travailler à des réductions continues d'année en année, indique le communiqué.