L’ONU expédie des céréales ukrainiennes à l’Éthiopie frappée par la sécheresse

Par Katharine Houreld (Reuters) – Un navire transportant du blé d’Ukraine vers la Corne de l’Afrique frappée par la sécheresse a accosté mardi, ont annoncé les Nations Unies, le premier à faire le voyage depuis l’invasion russe il y a six mois.

Le navire Brave Commander transporte 23 000 tonnes de céréales et sera bientôt suivi par un autre transportant 7 000 tonnes.

La cargaison totale, qui sera déchargée à Djibouti et transportée en Éthiopie, est suffisante pour nourrir 1,5 million de personnes pendant un mois.

Cela commence à peine à atténuer les problèmes de l’Afrique de l’Est, où le Programme alimentaire mondial des Nations Unies affirme que les conditions météorologiques extrêmes, la flambée des prix des denrées alimentaires et les conflits signifient que 82 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire dans neuf pays – Burundi, Djiouti, Éthiopie, Kenya, Rwanda, Somalie , Soudan du Sud, Soudan et Ouganda.

« Cette expédition, la première d’une longue série que nous espérons, permettra au PAM de livrer ces céréales à 1,53 million de personnes en Éthiopie et de couvrir leurs besoins pendant un mois. C’est un début, mais nous devons continuer à faire circuler la nourriture pour sauver des vies dans toute la région », a déclaré Michael Dunford, directeur du PAM pour l’Afrique de l’Est.

Les responsables espèrent que le voyage réussi incitera les entreprises privées à commencer à expédier des céréales d’Ukraine vers l’Afrique de l’Est, où la hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires et les difficultés à obtenir des fonds des donateurs ont contraint les Nations Unies à réduire les rations pour les réfugiés et les personnes déplacées.

Article connexe : Regardez : L’accord céréalier ukrainien avec la Russie pourrait-il échouer ?

Parmi eux se trouvent 150 000 réfugiés érythréens réfugiés en Éthiopie, dont beaucoup ont été déplacés à plusieurs reprises par le conflit dans le nord, dont les rations ont été réduites en juin à la moitié de la quantité de nourriture recommandée.

« Ce n’est pas assez de nourriture. Les gens ont faim », a déclaré un réfugié érythréen du camp d’Alem-Wach, dans le nord de l’Éthiopie.

« Ils nous ont expliqué les raisons, à cause de la guerre en Ukraine », a déclaré l’homme, qui a refusé de donner son nom. « Mais c’est particulièrement difficile parce qu’il fait si froid maintenant… la situation est si difficile. »

Bien que la cargaison aidera les personnes déplacées par le conflit, aucune ne sera vendue dans le commerce, ce qui signifie qu’elle ne fera pas baisser les prix des denrées alimentaires pour les Éthiopiens ordinaires.

La Russie et l’Ukraine fournissent généralement 90 % du blé importé en Afrique de l’Est.

La responsable des Nations Unies Denise Brown, la directrice nationale adjointe du Programme alimentaire mondial Marianne Ward et le ministre ukrainien des Infrastructures Oleksandr Kubrakov assistent à une conférence de presse sous la police du vraquier Brave Commander battant pavillon libanais dans le port maritime de Pivdennyi après le redémarrage de l’exportation de céréales, au milieu de l’attaque de la Russie sur l’Ukraine, dans la ville de Yuzhne, région d’Odessa, Ukraine le 14 août 2022. REUTERS/Valentyn Ogirenko

Le conflit russo-ukrainien a fait grimper les prix des engrais et des denrées alimentaires alors que la Russie bloquait les ports ukrainiens. Les prix de l’énergie ont également bondi à la suite des sanctions occidentales contre la Russie, un important exportateur d’énergie.

Le mois dernier, les Nations Unies et la Turquie ont négocié un accord entre Moscou et Kyiv pour débloquer trois ports de la mer Noire, permettant d’envoyer des centaines de milliers de tonnes de céréales ukrainiennes aux acheteurs.

L’Ukraine renforce le volet humanitaire de l’initiative céréalière, ont déclaré des responsables. Mardi, le vraquier Karteria est parti, transportant 37 500 tonnes de blé à destination du Yémen, où 16 millions de personnes ont faim.

(Reportage supplémentaire par Ayenat Mersie à Nairobi et Pavel Polityuk à Kyiv Montage par Barbara Lewis et Angus MacSwan, Reuters)