L'UE est invitée à ouvrir des consulats Schengen à l'étranger pour fournir un visa aux gens de mer

Les membres d'équipage ayant prolongé leur contrat de plusieurs mois en raison du verrouillage, la Fédération européenne des ouvriers du transport (ETF) et les Associations des armateurs de la Communauté européenne (ECSA) ont envoyé une lettre à la Commission européenne, les exhortant à rouvrir les consulats Schengen à l'étranger. pour fournir un visa aux gens de mer.

Dans la lettre, l'ETF et l'ECSA ont exhorté l'UE à prolonger les visas expirés pour les gens de mer ou à les convertir en visas nationaux.

La lettre adressée aux États membres de l'UE a souligné: «Nous avons reçu des informations sur certains États Schengen qui ne prolongent pas les visas expirés, malgré les recommandations du guide du 30 mars visant à prolonger la durée maximale de séjour de 90 à 180 jours ou si nécessaire pour rester au-delà de cette période pour fournir un visa national de longue durée ou un permis de séjour temporaire. Nous prions instamment les États membres de prévoir une prolongation de la validité des gens de mer. »

marin "largeur =" 650 "hauteur =" 390 "srcset =" https://www.eurisles.org/wp-content/uploads/2020/06/L39UE-est-invitee-a-ouvrir-des-consulats-Schengen-a-l39etranger.jpg 650w, https://www.marineinsight.com/ wp-content / uploads / 2014/07 / seafarer-300x180.jpg 300w "tailles =" (largeur max: 650px) 100vw, 650px "/>

<p id=Crédits image: itfglobal.org

La ligne directrice de l’UE identifie les gens de mer comme des travailleurs des transports essentiels dont les activités transfrontalières devraient être facilitées, en ignorant leur nationalité. L'ECSA, l'ETF, la CLIA et le World Shipping Council ont déclaré que, actuellement, l'obstacle important est l'inefficacité des marins des pays tiers à obtenir des visas Schengen.

Les marins de pays tiers ne peuvent pas obtenir le visa requis pour entrer temporairement dans l'espace Schengen pour rejoindre ou quitter un navire, car la plupart des pays ont décidé de fermer temporairement la majorité des missions diplomatiques et les visas à leur arrivée ne sont généralement pas disponibles.

Les groupes se sont mis en place pour permettre la délivrance de visas supplémentaires à leur arrivée afin de contribuer à rembourser l'arriéré de demandes dans les missions de l'UE à l'étranger.

En outre, la lettre tente de persuader les pays d'accepter des visas récemment utilisés ou expirés, comme l'ont fait les pays en dehors de l'espace Schengen. Pour l'accorder, cela peut nécessiter une mesure judiciaire.

Ils ont en outre demandé aux États non membres de l'espace Schengen comme la Bulgarie, Chypre, l'Irlande et la Roumanie de fournir des visas aux gens de mer et de fournir également diverses facilités.

L'ECSA, l'ETF, la CLIA et le World Shipping Council tentent de persuader le Service d'action extérieure de l'Union européenne de discuter avec les pays tiers pour propager les efforts de l'UE et internationaux pour la désignation des gens de mer afin de faciliter leurs déplacements afin qu'ils puissent accéder facilement aux soins médicaux et quitter le rivage.

L'ECSA, l'ETF, la CLIA Europe et le World Shipping Council ont déclaré: «  Ces solutions d'urgence apporteraient un soulagement critique pour de nombreux marins qui sont en mer depuis de nombreux mois, un emploi pour ceux qui les remplacent et un soutien pour le maintien des services de navigation qui sera vital pour la reprise de nos économies à court, moyen et long terme, »

Référence: Schengen Visa Info