L’Ukraine veut que l’accord sur les céréales soit élargi, la décision est prise ensuite

L’Ukraine souhaite que l’accord d’exportation de céréales de la mer Noire soit élargi pour inclure davantage de ports et de marchandises, et espère qu’une décision de prolonger l’accord d’au moins un an sera prise la semaine prochaine, a déclaré mardi le vice-ministre ukrainien des Infrastructures.

L’accord, qui a atténué une crise alimentaire mondiale en débloquant trois grands ports ukrainiens lors de l’invasion russe, expire le 19 novembre et a brièvement semblé en péril le mois dernier lorsque Moscou a suspendu sa participation à l’accord avant de le rejoindre à nouveau.

« (Nous) sommes déjà très en retard (donnant) des informations claires au marché sur la prolongation (de l’accord) », a déclaré à Reuters Yuriy Vaskov, le vice-ministre, dans une interview.

« Nous espérons qu’au plus tard la semaine prochaine, de la part de nos partenaires la Turquie et l’ONU, nous parviendrons à un accord et que l’ensemble du marché recevra également un signal clair sur le fonctionnement et la poursuite de l’initiative », a-t-il déclaré.

L’accord a permis de livrer environ 10,5 millions de tonnes de nourriture ukrainienne, principalement des céréales, sur les marchés étrangers depuis qu’il a été conclu en juillet sous la médiation de la Turquie et des Nations Unies.

Vaskov a déclaré que l’Ukraine avait proposé une prolongation d’au moins un an à la Turquie et à l’ONU, ainsi qu’un élargissement de l’accord pour inclure les ports de la région sud de Mykolaïv, qui fournissaient 35% des exportations alimentaires ukrainiennes avant l’invasion russe.

Kyiv a également exigé que les inspections obligatoires des navires impliqués dans le transport de nourriture soient « rationnalisées », car Kyiv pense que la Russie ralentit délibérément les inspections pour réduire la vitesse des exportations, a-t-il déclaré.

« Nous demandons déjà… que les inspections soient simplifiées ou que les inspections des (navires) partis soient annulées, car cela n’a aucun sens. Ou bien augmenter le nombre d’équipes d’inspection », a déclaré Vaskov.

Il a noté que les exportations dans le cadre de l’accord pourraient s’élever à 15 millions de tonnes, si la Russie ne retardait pas l’inspection des navires.

Vaskov a déclaré que les inspecteurs du Centre commun qui supervise l’accord n’ont effectué que 12 inspections par jour, mais qu’il était nécessaire de faire 25 à 30 inspections.

« Lorsque la Turquie et l’ONU ont effectué leurs propres inspections, elles ont prouvé qu’il était possible d’effectuer plus de 40 inspections par jour. Maintenant que la Russie est revenue (…) nous avons à nouveau un total de 12 inspections par jour », a-t-il déclaré.

« Ils n’expliquent pas (la raison des retards), mais ils ne cachent pas non plus qu’ils font cela pour compliquer le travail du couloir », a déclaré Vaskov.

Engrais, garanties
Vaskov a déclaré que ni l’ONU ni la Turquie n’avaient informé Kyiv des conditions de prolongation de l’accord proposé par la Russie.

Moscou a déclaré avoir reçu des garanties que le corridor céréalier ne sera pas utilisé à des fins militaires. L’ONU a déclaré qu’elle continuerait à travailler sur des conditions plus faciles pour l’exportation des engrais russes.

Vaskov a déclaré que Kyiv préconisait l’utilisation exclusivement pacifique du corridor céréalier et que l’accord actuel impliquait l’exportation d’engrais.

Cependant, il a déclaré qu’à ce jour, il n’y avait pas eu une seule demande de navires souhaitant transporter de l’ammoniac depuis les ports ukrainiens.

« L’Ukraine a confirmé et confirme maintenant que le corridor céréalier est réservé aux navires qui participent à l’initiative – à la fois dans le passé et à l’avenir », a déclaré le vice-ministre.

(Reuters – Reportage de Pavel Polityuk; édité par Tom Balmforth et David Evans)