L'US Navy appelle des réservistes pour aider à dégager le navire

La marine américaine mobilise 1629 réservistes pour soutenir la maintenance des porte-avions et des sous-marins dans ses quatre chantiers navals publics à partir de juillet. Cette mobilisation permettra de réduire l'arriéré de maintenance qui s'est développé en raison de la pandémie de COVID-19.

En mars, le Naval Sea Systems Command (NAVSEA) a autorisé un congé météorologique et de sécurité pour le personnel des chantiers navals tombant dans la catégorie "à haut risque" des CDC (Centers for Disease Control and Prevention) des États-Unis pour des complications extrêmes liées au virus COVID-19. Avec jusqu'à 25% de la main-d'œuvre de production incapable de se présenter à leur lieu d'affectation, les chantiers navals n'ont pas été en mesure d'exécuter tout leur travail et ont accumulé un arriéré de travail qui, s'il n'était pas contrôlé, entraînerait des retards dans le retour des navires vers le flotte.

Les réservistes font tous partie du programme de maintenance de Surge de la Marine, ou SurgeMain. Créé en 2005, SurgeMain compte 2 200 marins de réserve et 240 officiers de réserve répartis dans 75 unités et a été créé pour augmenter l'effectif des chantiers navals civils organiques de la Marine en cas de besoin.

Les marins SurgeMain ont des antécédents techniques et commerciaux qui leur permettent d'avoir un impact immédiat sur les chantiers navals.

"Nos marins sont des électriciens, des tuyauteurs, des tôliers, des plombiers, des techniciens hydrauliques, des mécaniciens, des machinistes, des charpentiers, des soudeurs, etc.", a déclaré le capitaine Michael P. MacLellan, directeur national de SurgeMain. "Beaucoup de nos employés ont une expérience préalable au chantier naval où ils sont envoyés, jusqu'au magasin spécifique où ils travailleront aux côtés de la main-d'œuvre civile organique du chantier naval."

C'est la première fois que SurgeMain active ce nombre de réservistes à la fois.

"Nous sommes ravis de mobiliser et d'exécuter la mission pour laquelle nous nous sommes entraînés", a déclaré MacLellan. "Ce déploiement représente une occasion précieuse pour nos marins de perfectionner leurs compétences, de contribuer à notre défense nationale et de nous permettre de tirer de précieuses leçons que vous ne pourrez apprendre que lors de la mobilisation de masse."

Les réservistes SurgeMain commenceront à arriver dans leurs chantiers navals respectifs par phases à partir du début juillet, avec tous les 1 629 marins sur place d'ici septembre 2020. Ils seront soumis à des ordres de mobilisation d'un an qui pourront être prolongés ou réduits si les circonstances changent. Le chantier naval de Portsmouth à Kittery, dans le Maine, recevra 267 réservistes; Norfolk Naval Shipyard à Portsmouth, en Virginie, recevra 486; Le chantier naval et l'installation d'entretien intermédiaire de Puget Sound à Bremerton, Washington, en recevront 676; et le chantier naval de Pearl Harbor et l'installation de maintenance intermédiaire à Joint Base Pearl Harbor-Hickam, Hawaï, en recevront 200.

"Nous avons été méthodiques dans la façon dont nous avons planifié cette mobilisation", a déclaré le vice-amiral Tom Moore, commandant de NAVSEA. "Nous n'avons mobilisé personne qui travaille déjà dans le domaine de l'entretien ou de la construction de navires, et nous avons travaillé pour placer des personnes dans des chantiers navals où ils avaient déjà foré, de sorte qu'il y avait un facteur de confort intégré pour le réserviste et le personnel du chantier naval."

Une fois mobilisés, les réservistes respecteront toutes les restrictions de voyage et tous les protocoles du ministère de la Défense liés à la réduction de la propagation du COVID-19. Les marins sont affectés à leur lieu de service de réserve désigné, qui est généralement le chantier naval le plus proche de leur lieu de résidence.

Une fois à leur chantier naval désigné, les marins se conformeront à toutes les politiques spécifiques de COVID-19. Il s'agit notamment de procéder à un auto-dépistage quotidien et de subir une vérification de la température avant d'accéder au chantier naval, de porter tous les équipements de protection individuelle (EPI) requis et de suivre les mêmes mesures de distanciation sociale que le reste de la main-d'œuvre du chantier naval.

"Nous nous concentrons sur le laser en minimisant la propagation tout en maximisant la mission", a déclaré MacLellan. «Cette mobilisation renforcera le partenariat entre la main-d'œuvre des chantiers navals et la communauté de la Réserve et aidera à remettre des navires prêts au combat dans la flotte.»

Vous pourriez également aimer...