Maersk Line règle son procès pour agression sexuelle avec

Maersk Line, Limited (MLL), une filiale américaine du géant maritime danois AP Moller – Maersk, a résolu une plainte pour agression sexuelle et harcèlement déposée par Hope Hicks, ancien cadet de la US Merchant Maritime Academy (USMMA).

Hicks a secoué la communauté maritime internationale en 2021 sous le surnom de « Midshipman-X » lorsqu’elle a publiquement décrit comment elle avait été violée par son officier supérieur alors qu’elle servait comme élève-moteur à bord du cargo Maersk Alliance Fairfax en 2019.

En juin, Hicks s’est révélée être Midshipman-X et a intenté une action en justice contre MLL devant la Cour suprême de New York pour agression et harcèlement sexuels, affirmant que Maersk était au courant de la prévalence des agressions et du harcèlement sexuels sur ses navires et qu’il n’en faisait pas assez pour promulguer et appliquer des procédures pour s’en protéger.

Les avocats de Hicks et MLL ont annoncé le règlement vendredi et ont déclaré qu’ils ne divulgueraient pas les détails de l’accord.

« Il est important pour moi que mon cas ait sensibilisé davantage au problème des agressions sexuelles et du harcèlement en mer. La direction de MLL a exprimé le besoin de changement. Les changements proposés par MLL sont une première étape importante, mais il reste encore beaucoup de travail à faire dans l’industrie maritime », a déclaré Hicks.

William Woodhour, PDG de Maersk Line, Limited, a déclaré : « Nous voulons être absolument clairs sur le fait que les événements décrits par Mme Hicks sont inacceptables. Peu importe qui et où vous êtes, ceux qui travaillent avec nous doivent se sentir en sécurité et protégés dans notre environnement de travail.

Au même moment où le dossier de Hicks a été déposé, un second a été présenté au nom d’un autre étudiant de l’USMMA qui a choisi de rester anonyme sous le nom de  » Midshipman-Y « , affirmant qu’elle avait subi un harcèlement sexuel extrême, des attouchements non désirés et de la discrimination sur le même navire Maersk que Hicks deux ans plus tard.

« Nous sommes toujours en discussions privées pour tenter de résoudre cette affaire. Si une résolution n’est pas trouvée, Maersk devra répondre à notre plainte le 16 décembre », a déclaré Christine Dunn, associée de Sanford Heisler Sharp, avocate de l’aspirant Y. MarineLink.

Le compte rendu public de Hicks sur son expérience a conduit le MARAD du département américain des transports, qui supervise l’USMMA, à suspendre temporairement le programme Sea Year alors qu’il travaillait à l’amélioration des mesures de sécurité. La formation en mer a depuis repris.

Pendant ce temps, MLL a déclaré vendredi qu’il avait lancé un programme interne de formation, de reporting et de responsabilisation et qu’il travaillait en externe avec les parties prenantes de l’industrie, notamment les partenaires de l’industrie, les syndicats, l’administration maritime américaine (MARAD), les académies maritimes et la garde côtière américaine ( USCG).