New York Shipping Exchange lève des fonds pour étendre le contrat

Par Clara Hernanz Lizarraga et Ivan Levingston (Bloomberg) —

Le New York Shipping Exchange, fondé en 2015 par un ancien dirigeant de l’industrie pour rendre le marché du transport maritime de conteneurs plus efficace, lève 15 millions de dollars supplémentaires pour étendre les contrats qui peuvent aider à protéger les chaînes d’approvisionnement des entreprises contre les hausses de prix et autres incertitudes.

Le dernier cycle de financement provient d’investisseurs existants dirigés par New Road Capital. NYSHEX avait déjà levé 30 millions de dollars auprès de bailleurs de fonds, dont Goldman Sachs Group Inc.

Durement touchée au cours des premiers mois de la pandémie, l’industrie du transport par conteneurs a depuis explosé, car une augmentation des achats en ligne des consommateurs a permis aux transporteurs maritimes de facturer des tarifs exorbitants pour transporter du fret. Ce revirement a laissé les expéditeurs de marchandises confrontés à une capacité limitée sur les navires, à une flambée des coûts et à des retards de livraison.

La plupart des navires naviguant à plein de nos jours et les taux de conteneurs augmentant chaque semaine, le respect des contrats est devenu un gros problème compte tenu de la hausse des taux au comptant. Les contrats inefficaces coûtent à l’industrie plus de 20 milliards de dollars par an, selon le NYSHEX.

La volatilité du marché du fret a contribué à stimuler l’intérêt pour les contrats maritimes pluriannuels proposés par NYSHEX, qui comportent plus de garanties et d’engagements que les normes antérieures.

« Très inefficace »

« Historiquement, la façon dont les contrats sont passés dans le transport maritime est – disons-le simplement – ​​très inefficace et très inefficace », a déclaré Gordon Downes, directeur général de NYSHEX, qui travaillait auparavant chez AP Moller-Maersk A/S, le leader mondial porte-conteneurs. « Les contrats ne sont fondamentalement pas respectés par le transporteur lorsque le marché est en excès de demande, et ne sont pas respectés par l’expéditeur lorsque le marché est en excès d’offre. »

La société a lancé ses opérations en 2017 et compte six transporteurs, dont le français CMA CGM SA et l’allemand Hapag-Lloyd AG, ainsi que plus de 100 expéditeurs qui l’utilisent régulièrement. La société a déclaré que les nouveaux fonds seraient utilisés pour développer la technologie et améliorer les offres d’audit et de paiement du fret.

Dans une interview fin juillet, Downes a déclaré que 151 000 conteneurs avaient été échangés au cours du deuxième trimestre sur la bourse, le total des transactions s’élevant à des centaines de millions de dollars. Alors que l’entreprise se concentre actuellement sur les États-Unis, il voit une opportunité de se développer en Europe et de développer une plate-forme au Royaume-Uni – avec des plans de lancement sur le continent au second semestre de cette année.

© 2021 Bloomberg LP

Vous pourriez également aimer...