Nous devons apprendre à utiliser l’ammoniac en toute sécurité comme carburant de transport dès le début, selon une étude

Selon une nouvelle étude conjointe publiée par Environmental Defense Fund (EDF), Lloyd’s Registre (LR) et Ricardo PLC.

L’étude conjointe examine les impacts potentiels sur l’environnement marin de ammoniac déversements lors de son utilisation comme carburant de transport.

L’ammoniac produit à partir d’énergies renouvelables est considéré comme une alternative durable aux combustibles fossiles car industrie du transport maritime décarbone.

L’étude, qui a utilisé une modélisation approfondie en raison de la rareté des données réelles, se concentre spécifiquement sur les impacts des grands scénarios de déversement de carburant à l’ammoniac sur les habitats marins.

Les effets potentiels sur les milieux aquatiques et les récepteurs écologiques associés ont été évalués dans des scénarios en cas de déversement lors du soutage ou en cas de collision et de naufrage d’un navire. De plus, les mesures d’atténuation possibles et les pratiques spécifiques de gestion des déversements pour ces scénarios ont été modélisées et étudiées.

« L’industrie du transport maritime doit opérer une transition énergétique rapide pour faire face à l’urgence climatique. Mais il est également clair que nous devons procéder avec prudence. Nous devons aux générations futures de nous assurer que nous défendons de véritables solutions climatiques qui n’auront pas d’impact négatif sur nos rivières, nos océans ou notre santé »a dit Marie HubatovaDirecteur Global Shipping de l’équipe Global Transport d’EDF.

L’étude a révélé que les estuaires, les mangroves et les zones humides sont particulièrement sensibles aux déversements potentiels de carburant à l’ammoniac par rapport aux régions polaires et aux grands fonds marins. Dans ces habitats, ce sont généralement les poissons qui sont les plus sensibles à un déversement d’ammoniac, les oiseaux et les mammifères dans une moindre mesure.

Les résultats ont ensuite été comparés aux habitats précédemment étudiés et à la sensibilité des espèces aux carburants conventionnels à base de pétrole. Dans l’ensemble, un déversement d’ammoniac a une distance de dispersion relativement plus petite et une persistance plus faible dans l’environnement par rapport au mazout lourd (HFO) et au gazole marin (MGO).

Alors que l’industrie maritime a une expérience antérieure avec l’ammoniac transporté dans des transporteurs de gaz et utilisé comme réfrigérant, l’introduction de l’ammoniac comme carburant de transport crée de nouveaux défis liés à l’avitaillement, au stockage, à l’approvisionnement et à la consommation en toute sécurité pour différents types de navires.

La toxicité potentielle de l’ammoniac ne peut être ignorée; sans mesures d’atténuation et sans pratiques de gestion des déversements solides, un déversement de combustible ammoniac pourrait avoir des impacts négatifs sur les milieux aquatiques.

Par conséquent, un cadre réglementaire solide doit être développé pour que l’ammoniac soit une alternative viable et à faible émission de carbone pour le transport maritime, indique le rapport.

« Tous les futurs carburants présentent des défis spécifiques. Nous utilisons le pétrole pour propulser les navires depuis près d’un siècle maintenant et nous avons dû apprendre à le faire de manière sûre. Nous ne pouvons pas passer par le même processus avec l’ammoniac »a déclaré Hubatova.

«Nous devons nous assurer de bien faire les choses dès le début. Un cadre réglementaire solide et de bonnes pratiques de gestion sont essentiels pour une utilisation sûre de l’ammoniac.

Selon EDF, LR et Ricardo, cette étude présente un premier aperçu des impacts écologiques potentiels de l’ammoniac en tant que combustible.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer toute la gamme des implications écologiques et sanitaires (en particulier pour l’équipage d’un navire) de l’ammoniac, y compris l’augmentation des dépôts d’azote provenant des fuites chroniques d’ammoniac et des sous-produits de combustion pour déterminer sa sécurité.