Nouvel engagement international pour améliorer les droits des gens de mer

Les gens de mer bénéficieront de droits accrus en tant que travailleurs clés à la suite d'un engagement commun pris lors du Sommet maritime international.

Des représentants de plus d'une douzaine de pays, dont la Norvège, le Danemark, l'Indonésie, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, la Grèce, les Philippines et les États-Unis, ont assisté au sommet. Ils ont accepté de nouvelles mesures internationales pour ouvrir les frontières étrangères aux gens de mer et augmenter le nombre de vols commerciaux pour accélérer les efforts de rapatriement.

Malgré le rôle crucial qu'ils jouent sur les restrictions aux voyages internationaux, des milliers de marins se sont retrouvés bloqués dans des ports étrangers, certains confinés à des navires pendant des mois malgré le fait qu'ils n'ont eu aucun contact avec le coronavirus.

180 survivants à bord de l'Ocean Viking sans port désigné pour le débarquement_T

Crédits image: Flavio Gasperini / SOS MEDITERRANNE

Le sommet, organisé par le secrétaire aux Transports Grant Shapps et le ministre des Maritimes Kelly Tolhurst, a réuni des membres de l'ONU avec des dirigeants politiques et commerciaux du monde entier. Les difficultés rencontrées par les équipages maritimes à travers le monde ont été au centre des discussions, tandis que tous les gouvernements et les parties ont été invités à résoudre les problèmes du transport maritime pour soutenir plus largement les travailleurs et l'industrie.

Kitack Lim, Secrétaire général de l'ONU de l'Organisation maritime internationale, a également prononcé une allocution spéciale.

Le secrétaire aux Transports, Grant Shapps, a déclaré:

«Tout au long de cette pandémie, les gens de mer ont joué un rôle crucial, quoique parfois invisible, pour maintenir les approvisionnements vitaux qui entrent dans le pays. Il est inacceptable qu'il reste des milliers de personnes bloquées dans les ports du monde entier et nous leur devons, ainsi qu'à leurs familles, de changer les choses.

«Aujourd'hui marque un nouveau chapitre pour les gens de mer et, aux côtés de nos partenaires internationaux, nous prenons position pour mettre fin à la bureaucratie qui empêche les hommes et les femmes du monde entier de rentrer chez eux.»

L’accord d’aujourd’hui s’appuie sur le travail de longue date du gouvernement britannique pour ramener les travailleurs maritimes britanniques en attente de rapatriement et aider les marins des ports britanniques à rentrer chez eux. Le sommet fait suite au rapatriement réussi de 12 000 marins des côtes britanniques tout au long de la pandémie.

Le ministre des Maritimes, Kelly Tolhurst, a déclaré:

«Je suis profondément préoccupé par la façon dont la crise mondiale a affecté les changements d'équipage dans le transport maritime.

«J’ai convoqué le sommet d’aujourd’hui pour inverser le cours des luttes auxquelles les marins ont été confrontés pendant cette crise et, grâce à l’engagement d’aujourd’hui, nous accélérerons le rapatriement des équipages dans le monde.»

En collaboration avec le Merchant Navy Welfare Board et Seafarers UK, le gouvernement a également annoncé un programme pour soutenir les marins sur les côtes britanniques avec des routeurs Internet mobiles – des unités MiFi – à bord de navires où des centaines de marins attendent toujours de rentrer chez eux. Cela permettra à des centaines de marins d'accéder gratuitement à Internet à bord.

Le Secrétaire général de l'Organisation maritime internationale Kitack Lim a déclaré:

«Il est temps d'agir pour les marins. La sécurité des opérations des navires et le bien-être de l'équipage ne doivent pas être compromis. La crise humanitaire à laquelle sont confrontés les gens de mer a des implications pour nous tous, pour l'économie mondiale et pour la sécurité de la vie humaine en mer et l'environnement. »

Pour assurer leur rapatriement rapide, le ministre des Maritimes a écrit à l'Organisation maritime internationale (OMI), à l'Organisation internationale du Travail et à l'Organisation mondiale de la santé au début de l'épidémie le 23 mars pour insister pour que tous les États suivent le travail du Royaume-Uni en matière de rapatriement des travailleurs, indépendamment de leur nationalité ou leur emploi.

Le secrétaire général de la Chambre internationale de la navigation, Guy Platten, a déclaré:

«À l'échelle mondiale, plus de 200 000 marins sont bloqués en mer et ont dépassé leurs contrats. Ces héros oubliés du commerce mondial travaillent 12 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour s'assurer que ceux d'entre nous sur terre ont la nourriture, les médicaments et le carburant dont nous avons besoin pendant cette période difficile.

«Ce sommet est une manifestation bienvenue de leadership politique à un moment où les marins du monde entier en ont le plus besoin. Les gouvernements doivent maintenant utiliser ce sommet comme catalyseur pour mettre en œuvre les solutions apportées par l'industrie du transport maritime, en appliquant la volonté politique nécessaire pour les mettre en pratique. Ce problème ne nécessite pas d'argent et n'a pas nécessité de négociations compliquées. Ce sommet est un catalyseur d’action. »

Le Royaume-Uni est resté ouvert pour que les gens de mer viennent et restent sur des navires, se rendent à terre, prennent des congés à terre ou soient rapatriés, conformément aux exigences de Santé publique en Angleterre et à la distanciation sociale.

Communiqué de presse