Obsolescence, points d’étranglement et milice maritime : faire face aux principales menaces pesant sur le transport maritime américain

Semaine thématique sur le transport maritime stratégique

Par Nicholas Ayrton et Brandon Walls

introduction

Assurer la forte présence navale et la dissuasion militaire des États-Unis, c’est aussi garantir que les troupes américaines obtiendront le ravitaillement dont elles dépendent, quel que soit l’endroit où la confrontation peut survenir. En tant que fournisseur clé de forces d’appoint dans les zones de crise dans le monde, le Commandement des transports des États-Unis (USTRANSCOM) doit affronter tous les challengers potentiels auxquels il pourrait être confronté au 21e siècle, en particulier la puissance maritime croissante de la République populaire de Chine. Les défis auxquels l’USTRANSCOM pourrait être confronté à cet égard sont de trois ordres : le caractère vieillissant et inadéquat de la force de transport maritime américaine, la vulnérabilité de ces forces aux points d’étranglement stratégiques en cas de conflit, et la polyvalence et la force de la milice maritime des forces armées du peuple chinois (PAFMM ).

Forces vieillissantes et recapitalisation du transport maritime

L’âge croissant des navires disponibles aux États-Unis pour les opérations de transport maritime est peut-être l’un de ses problèmes les plus évidents et les plus dangereux. Avec un âge moyen supérieur à 40 ans, bon nombre de ces navires sont soit désuets, soit auraient besoin d’être modernisés pour maintenir les normes d’une force moderne. Pour ajouter à cela, la taille de la flotte elle-même a considérablement diminué, de sorte qu’elle est presque un dixième de ce qu’elle était pendant les premières années de la guerre froide, une époque où des pressions similaires pour un mouvement rapide des hommes et du matériel étaient un objet de grande inquiétude. Bien qu’une partie de ce déclin puisse s’expliquer par la réduction de la flotte après la Seconde Guerre mondiale, il n’en demeure pas moins que la flotte actuelle est terriblement inadéquat pour répondre aux besoins des forces armées des États-Unis pendant une période de conflit majeur, pour paraphraser le général Stephen Lyons, l’actuel commandant de l’USTRANSCOM.

Alors que les États-Unis pourraient simplement saisir des navires pour les utiliser en temps de guerre, comme ils l’ont fait dans le passé, ils ont toujours besoin d’équipages compétents pour ces navires, ce qui en fait une demi-solution à une vulnérabilité critique en cas de conflit. Une proposition plus coûteuse, bien que peut-être économiquement avantageuse à long terme, serait d’entamer le processus ardu de revitalisation du secteur américain de la construction navale, lancé par la recapitalisation de la flotte de transport maritime. Certaines estimations du calendrier d’un tel exploit vont jusqu’à décennies de temps requis. Un tel effort comporterait des défis, tels que le maintien de la continuité entre les administrations et l’obtention d’un financement soutenu du Congrès.

Une option pour accélérer cela, en particulier pour la force de transport maritime de l’armée américaine, serait l’option coûteuse qui a permis au secteur chinois de la construction navale de croître si rapidement en si peu de temps – de lourdes subventions. Bien que la pratique ait c’est noté effets négatifs sur le marché mondial, il doit être considéré comme une option sérieuse pour les États-Unis, s’ils souhaitent maintenir et accroître leur capacité de transport maritime dans les plus brefs délais.

Un navire en construction sur une cale sèche à Zhoushan Changhong International Shipyard Co, dans la province du Zhejiang, en Chine. (Photo de Yao Feng pour China Daily)

Une pénurie simultanée de navires de guerre de combat se prête à une pénurie d’escorte pour la force logistique. Il faudrait détourner davantage de combattants des zones de combat avancées et d’autres points chauds pour fournir des escortes et renforcer la capacité de survie logistique, mais au détriment de la disponibilité de ces combattants. Ou la Marine aurait besoin d’un plus grand volume de navires de transport maritime pour rendre les pertes de ses précieux quelques navires logistiques plus tolérables.

Vulnérabilités des points d’étranglement

Les points d’étranglement mondiaux imposent également des limites au transport maritime américain et pourraient fournir des voies d’attaque faciles en période de conflit. Deux goulets d’étranglement sont particulièrement préoccupants, le premier étant le détroit de Malacca. Étant l’une des voies maritimes les plus fréquentées par laquelle passe une partie importante du commerce mondial, le détroit de Malacca présente un point d’étranglement géographique unique. Forces appartenant à COMSPRON 2 dans l’océan Indien et le matériel en transit vers le théâtre du Pacifique pendant un conflit peuvent être confrontés à un manque d’escorte à travers ce qui serait une région contestée. Ce qui rend cette tâche encore plus ardue, c’est que même si la marine de l’Armée populaire de libération (PLAN) manque peut-être d’une importante force porteuse, elle a établi des contingents d’avions de frappe et de batteries de missiles sur les îles de la mer de Chine méridionale, ce qui pourrait lui permettre de menacer les navires militaires de transport maritime à travers une grande variété de points d’étranglement maritimes d’Asie du Sud-Est.

Étant donné que les 42 navires de transport maritime combinés dans le golfe du Mexique et sur la côte est devraient utiliser le canal de Panama pour transporter rapidement leur cargaison dans le Pacifique, ce point d’étranglement présente une zone particulièrement vitale dans laquelle les États-Unis doivent conserver leur influence. Le Panama ayant récemment retiré sa reconnaissance de Taïwan en faveur de la RPC sans en informer préalablement Washington, il est clair que l’influence américaine est confrontée à des défis sur une infrastructure indispensable aux objectifs stratégiques américains et à l’accès. En cas de conflit, la possibilité d’une obstruction militaire ou politique indirecte du canal entraverait considérablement le transfert de forces et de fournitures de l’est des États-Unis vers une zone de conflit potentielle en Asie de l’Est, les navires étant plutôt contraints de transiter par le sud. pointe de l’Amérique du Sud, ajoutant de longs délais à tout effort de déploiement.

OCÉAN PACIFIQUE (sept. 26, 2011) Le porte-avions de classe Nimitz USS Abraham Lincoln (CVN 72), haut, le croiseur lance-missiles de classe Ticonderoga USS Cape St. George (CG 71) et le réapprovisionnement de la flotte du Military Sealift Command oiler L’USNS Guadalupe (T-AO 200) effectue un ravitaillement en mer. (Photo de l’US Navy Spécialiste de la communication de masse 3e classe Travis K. Mendoza/libérés)

Les États-Unis doivent agir pour faire face à l’influence décroissante dans leur propre arrière-cour et s’assurer qu’une nation dotée d’infrastructures essentielles reste un ami dans l’hémisphère occidental, de peur que la zone du canal ne devienne une nouvelle zone de conflit en cas de crise dans le Pacifique.

Le transport maritime et la milice maritime chinoise

La question de la milice maritime chinoise doit être affrontée. Cette force fonctionne en grande partie comme un paramilitaire groupe, capable d’exercer une pression dans une région donnée, souvent en se déplaçant en nombre incroyablement important pour évincer les autres acteurs maritimes tout en renforçant les revendications maritimes chinoises. Ils peuvent perturber les activités civiles dans d’autres régions, comme par le les îles Galapagos au large des côtes équatoriennes. En cas de conflit, ces navires de la milice peuvent harceler, intimider ou signaler les positions des navires logistiques maritimes en transit. En effet, étant donné la nature déjà paramilitaire de ces navires et de leurs équipages, ils peuvent être équipés d’armes légères et pourraient constituer une force de harcèlement maritime omniprésente et rentable apparemment déguisée en navires civils tapi dans le trafic maritime commercial.

Avec le chinois récent avancées en développant des essaims de petits drones suicides, des conteneurs compacts pourraient être remplis d’un tel armement qui, bien que n’étant pas extrêmement dangereux pour un navire, pourrait être utile pour intimider ou perturber les opérations de navigation. Avec cela, une menace serait posée aux navires de transport maritime tentant de ravitailler les forces armées américaines dans la région. Les navires de transport maritime vulnérables transportant du matériel militaire vital pourraient être perturbés par un essaim de forces hostiles capables de se glisser dans le flux du trafic civil normal dès qu’une menace apparaît.

Des navires chinois, qui seraient pilotés par des membres de la milice maritime chinoise, sont aperçus à Whitsun Reef, en mer de Chine méridionale, le 27 mars 2021. (Photo de la Garde côtière philippine/Groupe de travail national-Mer des Philippines occidentale)

La relance du navire marchand armé pourrait apporter une solution. Pendant les deux guerres mondiales, les navires marchands équipés d’armes de base étaient loin d’être inconnus. À cette époque, les États-Unis étaient confrontés au même problème qu’aujourd’hui, avec plus de navires de transport devant se rendre à destination qu’il n’y avait de navires de la marine disponibles pour les escorter. En développant modulaire, conteneurisé systèmes d’armes et en attachant de petits équipages pour gérer leur opération, le problème d’une force d’escorte navale peu étendue pourrait être quelque peu atténué contre la milice maritime chinoise, avec des navires logistiques capables de se défendre contre des navires tout aussi légèrement armés.

Conclusion

Si les États-Unis souhaitent rester une puissance mondiale avec la capacité de projeter une influence n’importe où sur le globe, une marine forte et bien équipée, avec une force de transport maritime robuste derrière elle, est une nécessité. Alors que la force de transport maritime est confrontée à de nombreux problèmes en cas de conflit hypothétique, des solutions peuvent être trouvées avec une réflexion prospective.

Nicholas Ayrton est un vétéran de la marine américaine et actuellement étudiant de premier cycle à l’American Military University

Brandon Walls est un étudiant de premier cycle à l’Université de Californie, Davis.

Image vedette : une vue arrière bâbord du navire de transport de véhicules du Military Sealift Command (MSC) USNS SHUGHART (T-AKR-295) en cours sur des essais en mer au large de San Diego à environ 20 nœuds. (Photo via les Archives nationales des États-Unis)

Vous pourriez également aimer...