Obstacles à surmonter avant l’assouplissement de l’accord céréalier ukrainien

Le premier navire transportant des céréales ukrainiennes à travers la mer Noire depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie il y a plus de cinq mois a quitté Odessa lundi dans le cadre d’un accord de passage sûr qui laisse espérer que des centaines d’autres navires suivront.

Mais il reste de nombreux obstacles à surmonter avant que des millions de tonnes de céréales ukrainiennes ne quittent ses ports de la mer Noire, qui traitent la plupart des exportations de maïs, de blé, d’orge, de graines de tournesol et de colza de l’un des principaux fournisseurs mondiaux de céréales.

Voici quelques-uns des problèmes :

Et les mines marines ?
La Russie et l’Ukraine s’accusent mutuellement de poser les nombreuses mines navales qui flottent désormais autour de la mer Noire. Celles-ci constituent une menace importante et ont été citées lundi par un membre d’équipage du premier navire, le Razoni battant pavillon de la Sierra Leone, comme la seule chose qu’il craignait.

Les mines ont dérivé loin des côtes ukrainiennes, des équipes de plongeurs militaires roumains, bulgares et turcs désamorçant celles qui se sont retrouvées dans leurs eaux.

Cela pouvait prendre des mois pour les éliminer et il n’y avait pas assez de temps pour le faire avant que le pacte sur les céréales n’entre en vigueur.

Qu’en est-il de l’assurance ?
Dans une étape clé après l’accord du 22 juillet, l’assureur Ascot du Lloyd’s de Londres et le courtier Marsh MMC.N ont lancé vendredi une assurance de fret maritime et de guerre pour les céréales et les produits alimentaires sortant des ports ukrainiens de la mer Noire.

Les assureurs avaient précédemment déclaré qu’ils n’étaient disposés à fournir une couverture que s’il existait des arrangements pour des escortes navales internationales et une stratégie claire pour lutter contre les mines marines.

Le coût de l’assurance, cependant, devrait rester élevé.

Et les équipages ?
Trouver suffisamment de marins prêts à naviguer sur des navires coincés dans les ports ukrainiens va poser un autre défi.

Au début du conflit, environ 2 000 marins du monde entier étaient bloqués dans les ports ukrainiens.

Il n’en reste qu’environ 450 et peu devraient être disposés à voyager jusqu’à ce qu’ils voient le passage en toute sécurité des premiers navires qui devront être guidés autour des mines marines.

Comment les navires vides approcheront-ils ?
L’accord prévoit des exportations de céréales à partir de trois ports ukrainiens – Odessa, Chornomorsk et Pivdennyi – avec des expéditions supervisées par un centre de coordination conjoint à Istanbul.

La première étape consiste à commencer à déplacer environ 80 navires bloqués en Ukraine depuis le début du conflit, dont certains avaient déjà été chargés de céréales.

La deuxième partie de l’équation, la plus difficile, consistera à créer un cadre dans lequel les propriétaires de navires et les assureurs sont disposés à permettre aux navires d’entrer dans la zone de conflit en toute sécurité pour ramasser des cargaisons sans risque d’attaque ou de collision avec des mines flottant autour du Black Mer.

Ce qui est en jeu?
Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que l’accord apporterait un soulagement aux pays en développement « au bord de la faillite et aux personnes les plus vulnérables au bord de la famine ».

Les clients de l’Ukraine comprennent certains des pays les plus pauvres du monde comme l’Érythrée en Afrique. Le grain ukrainien est également fourni au Programme alimentaire mondial des Nations Unies.

Le pays ne peut transporter qu’environ deux millions de tonnes de céréales par mois par camion et par rail, soit environ la moitié des quatre millions de tonnes qu’il acheminait via ses ports maritimes avant le conflit.

La forte baisse des expéditions en provenance d’Ukraine a joué un rôle dans la hausse des prix alimentaires mondiaux à un moment où la faim dans le monde est en hausse. La pandémie de COVID-19 et les chocs climatiques ont également contribué à l’inflation des prix alimentaires.

Comment l’accord pourrait-il ralentir l’inflation alimentaire mondiale ?
L’invasion de l’Ukraine par la Russie a stimulé l’inflation des prix alimentaires en faisant grimper les prix des céréales et de l’énergie. La Russie a ralenti ses exportations de gaz naturel vers l’Europe, blâmant les sanctions occidentales sur l’équipement des pipelines. Les dirigeants occidentaux ont accusé Moscou de chantage. Un carburant plus cher fait grimper le coût de l’agriculture, du transport, de la transformation et de l’emballage des aliments.

Si le plan d’exportation de céréales réussit, une baisse des prix mondiaux des céréales et des oléagineux est largement anticipée. Cependant, les approvisionnements sont encore limités et la récolte de l’Ukraine cette année sera inférieure à celle de l’année dernière car le conflit a perturbé l’agriculture.

Le Programme alimentaire mondial a averti que les prix des denrées alimentaires resteront élevés même si l’accord tient.

(Reuters – Reportage de Nigel Hunt et Jonathan Saul; édité par Philippa Fletcher)