On dirait bien que c’était l’ancre d’un navire qui a causé la marée noire en Californie

De nouveaux détails sur le pipeline pourraient être la clé de voûte de l’enquête sur la cause de la marée noire du sud de la Californie.

Les responsables qui ont répondu au déversement de pétrole au large des côtes du comté d’Orange, en Californie, ont déclaré mardi qu’une longue partie du pipeline faisant l’objet d’une enquête, car la source du déversement avait été déplacée latéralement sur le fond marin et avait une scission de 13 pouces, pointant en outre vers un tirant l’ancre comme étant la cause de la fuite, même si les autorités n’ont pas encore confirmé ces détails.

Le Commandement unifié, composé de la Garde côtière, du Bureau de prévention et d’intervention en cas de déversement du Département californien de la pêche et de la faune (CDFW-OSPR) et Amplify Energy, a engagé des plongeurs commerciaux pour identifier la source de la fuite.

« Les plongeurs ont validé lundi les images du véhicule télécommandé ne montrant aucune indication de fuite d’huile à la source potentielle de la fuite », a déclaré la commande dans une mise à jour publiée mardi, qui ajoutait :

« Les rapports de plongeurs et les images du ROV montrent qu’une section de 4 000 pieds du pipeline de 17,7 milles de long a été déplacée avec un mouvement latéral maximal d’environ 105 pieds et avait une fente de 13 pouces, parallèle au tuyau. »

L’oléoduc en question est un oléoduc de 16 pouces de diamètre appartenant à Amplify Energy qui relie la plate-forme offshore Elly, une plate-forme de traitement pour les deux plates-formes de production Ellen et Eureka, à une station de pompage située à terre dans le port de Long Beach et un installation de stockage et de comptage, selon le site Web d’Amplify.

Bien que la mise à jour n’ait pas confirmé ni même corrigé le fait que l’ancre d’un navire peut avoir causé le mouvement latéral de 105 pieds du tuyau (la mise à jour dit en fait « tLa cause du déversement fait toujours l’objet d’une enquête« ), les preuves suggèrent certainement que c’était et que cela confirmerait les déclarations des responsables de la Garde côtière et d’Amplify Energy de lundi selon lesquelles les enquêteurs examinaient une ancre comme étant la cause.

Lors d’une conférence de presse mardi après-midi, le commandement unifié (y compris les garde-côtes) a confirmé ces nouveaux détails mais, interrogé sur l’ancre d’un navire, n’a pas précisé ce qui avait réellement causé le déplacement du pipeline.

« Je ne suis pas ici pour spéculer sur la cause. Il y aura une enquête complète », a déclaré Martyn Willsher, PDG d’Amplify Energy. « De toute évidence, le pipeline a été déplacé. C’est un pipeline en acier de 16 pouces d’épaisseur d’un demi-pouce et recouvert d’un pouce de béton. Qu’il soit déplacé de 105 pieds n’est pas courant.

Le commandement unifié répond également aux informations selon lesquelles la marée noire a peut-être commencé dès vendredi soir.

« Le Centre national de réponse a reçu un rapport faisant état d’un éclat inconnu de source inconnue vendredi soir. Ces types de rapports sont courants et, dans de nombreux cas, le lustre signalé peut être un suintement naturel d’huile ou un lustre qui n’est jamais localisé. Des images satellites de la NOAA ont été signalées aux agences tôt le matin, signalant une éventuelle anomalie pétrolière », indique la mise à jour avant de décrire la première réponse :

«Les équipages du bureau de prévention et d’intervention en cas de déversement du département californien de la pêche et de la faune ont répondu au rapport pour enquêter avant le lever du soleil. Les conditions étaient brumeuses et l’équipage est retourné à terre. Les garde-côtes et le shérif du comté d’Orange se sont déployés à l’aube une fois le brouillard levé pour enquêter. Un avion de la Garde côtière a été détourné pour appuyer l’enquête. Samedi matin, la société a confirmé un déversement de pétrole d’un oléoduc.

Il y a encore beaucoup à déballer ici, mais cette nouvelle information soulève certainement plusieurs questions qui devront être abordées, surtout si (ou quand) elle est confirmée en tant qu’ancre.

Comme nous l’avons signalé, un nombre record de navires ont été ancrés près du pipeline alors qu’ils attendent d’entrer dans le complexe portuaire encombré de la baie de San Pedro, qui abrite les ports de Los Angeles et de Long Beach. Ensemble, les deux ports transportent environ 40 % de toutes les marchandises conteneurisées entrant aux États-Unis chaque année et environ 30 % de toutes les exportations conteneurisées. Le Marine Exchange of Southern California a fait état vendredi de 56 navires au mouillage au large des ports, dont 41 porte-conteneurs. L’image ci-dessous de la zone de mouillage a été prise le vendredi 1er octobre et comme vous pouvez le voir, le temps semble calme.

Des porte-conteneurs attendent au large des ports encombrés de Los Angeles et de Long Beach à Long Beach, Californie, États-Unis, le 1er octobre 2021. REUTERS/ Alan Devall

Enfin, la mise à jour du Commandement unifié proposait les chiffres suivants au 5 octobre à 7 heures du matin :

  • 4 788 gallons de pétrole brut ont été récupérés.
  • On estime que 15,67 milles de mazoutage léger ont été signalés le long des rives.
  • Six milles de rivage ont été nettoyés et les équipages poursuivent leurs efforts de nettoyage
  • Sept appareils sont affectés avec 14 vols prévus mardi.
  • 11 360 pieds de barrage de confinement ont été déployés.
  • Huit animaux sauvages mazoutés ont été récupérés. Les dernières informations sont disponibles sur https://owcn.vetmed.ucdavis.edu/pipeline-p00547-incident
  • 328 membres du personnel d’intervention, avec des moyens supplémentaires en cours de déploiement
  • La cause du déversement fait toujours l’objet d’une enquête.

Vous pourriez également aimer...