Opérations navales sur les fleuves sud-américains : l’« autre » théâtre d’opérations

Par Wilder Alejandro Sánchez

La marée du sud

Écrit par Wilder Alejandro Sanchez, La marée du sud aborde les questions de sécurité maritime dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes. Il examine les défis auxquels sont confrontées les marines régionales, notamment les budgets de défense limités, les tensions interétatiques et les crimes transnationaux. Il examine également comment ces défis influencent les stratégies de défense actuelles et futures, les acquisitions de plateformes et les relations avec les puissances mondiales.

« Qu’il s’agisse [working] contre le COVID, les organisations criminelles transnationales, les actions prédatrices de la Chine, l’influence malveillante de la Russie ou les catastrophes naturelles, il n’y a rien que nous ne puissions surmonter ou réaliser grâce à une réponse intégrée avec nos alliés et partenaires interinstitutionnels. – Général Laura J. Richardson, Commandant, US Southern Command

Lorsqu’on pense aux marines, il y a une tendance naturelle à se concentrer sur les opérations en haute mer et le rôle des porte-avions, des frégates et des sous-marins. Cependant, outre la protection de leurs eaux territoriales et de leurs zones économiques exclusives, les marines sud-américaines ont un autre théâtre d’opération tout aussi important : les plans d’eau intérieurs comme les lacs et les rivières.

Les exercices fluviaux ACRUX X et BRACOLPER récemment conclus et même UNITAS 2021 de l’année dernière démontrent l’importance que les marines régionales accordent aux plans d’eau intérieurs et aux populations fluviales. Activités menées par les marines locales, sans parler des autres services armés, y compris les opérations de défense/sécurité, la lutte contre la criminalité (l’exploitation minière illégale et la contrebande sont des problèmes importants dans la région), la recherche et le sauvetage, et les opérations d’aide humanitaire/de secours en cas de catastrophe. En Amérique du Sud, les forces armées contribuent à étendre la portée de l’État aux zones où les agences civiles n’opèrent pas ; les marines utilisent les fleuves comme un système d’autoroutes complexes par lesquelles elles peuvent se déplacer et opérer aussi efficacement qu’en haute mer.

Plans d’eau intérieurs en Amérique du Sud

L’Amérique du Sud abrite de nombreux fleuves comme l’Amazone, l’Orénoque, le Parana et l’Uruguay, sans parler des lacs comme le lac Titicaca. Dans plusieurs zones où les routes sont inexistantes, les cours d’eau sont vitaux pour la circulation des personnes et des biens. Les pays sans littoral que sont la Bolivie et le Paraguay ont également des marines chargées de protéger leurs rivières et leurs lacs.

Compte tenu du réseau dense de rivières et d’affluents qui recouvrent l’Amérique du Sud, il n’est pas surprenant que ces masses d’eau soient utilisées pour déterminer les frontières entre les pays. Par exemple, la rivière Putumayo crée une frontière naturelle entre la Colombie et le Pérou ; le fleuve Uruguay sépare l’Argentine et l’Uruguay ; tandis que les fleuves Parana et Iguazu forment la fameuse « triple frontière » qui unit l’Argentine, le Brésil et le Paraguay. Enfin, le lac Titicaca est partagé entre la Bolivie et le Pérou.

Dans un entretien avec l’auteur, le contre-amiral (à la retraite) Máximo Pérez-León-Barreto, de la marine argentine et actuel directeur des affaires stratégiques de Fundación Argentina Global, a expliqué comment l’autoroute maritime créée par les fleuves Paraguay, Parana et Uruguay est une « zone de libre circulation » le long de la frontière entre l’Argentine et ses voisins. « Pour l’Argentine, cette zone est une source première de ressources [including water], une source d’électricité et où vit une partie importante de notre population. De même, Andrea Resende, professeur associé au Centre universitaire de Belo Horizonte (UNIBH) et doctorat. candidat à l’Université Pontificale Catholique du Minas Gerais (PUC-MINAS), a expliqué au CIMSEC qu’au Brésil, il y a environ 60 000 km de voies navigables avec 12 bassins versants différents.

Comme l’or, le pétrole ou la terre, les voies navigables étaient auparavant une raison d’aller à la guerre. Dans le cas du Brésil, « les voies navigables étaient si importantes que la marine impériale brésilienne a envoyé des canonnières par le fleuve Paraná pour combattre dans la guerre du Paraguay (1864-1870), qui a abouti à la bataille de Riachuelo (1865) », a expliqué Resende. Pour l’anecdote, la bataille donne son nom au premier sous-marin de fabrication nationale du Brésil, le Riachuelo (S-40). Alors que la marine brésilienne est beaucoup plus concentrée sur ses capacités en eau bleue ces jours-ci, dans le cadre de son initiative « Blue Amazon », les rivières et les lacs ne doivent pas être négligés par les planificateurs stratégiques. Resende a noté que « avec la publication de la Livre blanc de la défense (2012) et la Marine Plan stratégique pour 2040 (PEM 2040), sorti en 2020, la voie d’eau a retrouvé de la pertinence dans la réflexion stratégique.

Opérations à travers les rivières et les lacs

Énumérer toutes les opérations récentes que les marines sud-américaines ont effectuées serait problématique en raison de considérations spatiales. Au cours des derniers mois, plusieurs activités démontrent la pléthore d’activités menées par les marines dans ces plans d’eau intérieurs. Par exemple, la marine péruvienne, aux côtés de l’armée, de l’armée de l’air et de la police, combat exploitation minière illégale dans la région de Madre de Dios.

Pour réprimer les crimes le long de la frontière avec le Brésil, la marine bolivienne a déployé sa force opérationnelle spéciale Diablos Azules (diables bleus)y compris les navires fluviaux Cf. Adrien Cuellar Claure (TM-247) et Ing. Alphonse Gumucio (TM-341), en plus des petites embarcations. Les plates-formes patrouillent les rivières Ibare, Mamoré, Iténez, Machupo et Blanco, arrêtant et fouillant régulièrement les navires sur lesdites rivières pour localiser la contrebande potentielle.

De même, Resende explique que « toutes sortes de trafics illégaux sont présents dans les fleuves brésiliens », y compris le trafic de drogue, d’animaux, de personnes, la pêche illégale, l’exploitation forestière illégale et l’exploitation minière illégale (or, minerai et autres minéraux). Au cours des derniers mois, des rapports ont fait état de connexion illégale dans le Nord du pays. « Ce n’est pas une surprise puisque les rapports officiels du Institut amazonien des personnes et de l’environnement (IMAZON), qui coordonne les programmes de surveillance de la forêt amazonienne, affirme que l’exploitation forestière illégale dans la région est la au plus haut depuis 15 ans», a expliqué l’universitaire brésilien.

Les marines sont également impliquées dans des opérations d’aide humanitaire/de secours en cas de catastrophe. La brésilien et péruvien les marines déploient régulièrement des navires-hôpitaux sur leurs fleuves (et le lac Titicaca, dans le cas du Pérou) pour atteindre les communautés côtières isolées et fournir des services médicaux. La marine bolivienne possède également un navire-hôpital utilisé à des fins similaires.

Resende a également ajouté le travail vital que la marine brésilienne a effectué pendant la pandémie de COVID-19. « Ils ont continuellement fourni de la nourriture, des soins de santé et un soutien éducatif aux [riverine] communautés. Lorsque la ville de Manaus, capitale de l’État d’Amazonie, a subi une crise d’oxygène au milieu de la pandémie… la marine a rapidement établi une mission pour apporter des bouteilles d’oxygène à la ville avec l’aide de l’armée de l’air. Le service a également pris l’initiative de livrer les vaccins lorsqu’ils sont devenus disponibles dans tout le pays. Une situation similaire s’est produite en Argentine; comme l’a expliqué le contre-amiral Pérez-León-Barreto, la marine argentine aide « les communautés qui ont une connectivité limitée [to the rest of the country] en raison de la géographie, via des campagnes d’assainissement » en coordination avec d’autres agences.

Les rivières peuvent également être utilisées pour transporter du matériel pour des activités sociales. Par exemple, la canonnière fluviale ARC de la marine colombienne Léticia a récemment conclu un voyage à travers le fleuve Amazone; l’objectif était d’installer un projecteur portable pour montrer un film aux enfants de la municipalité de Puerto Narino. Cette initiative sociale s’appelle «Ciné 90.”

Fluvial Des exercices

Le Brésil, la Colombie et le Pérou sont frontaliers, le fleuve Amazone les traversant tous. Leurs marines mènent BRACOLPER, l’un des plus anciens exercices multinationaux interarmées de la région, datant de 1974.

Cet exercice est un mécanisme essentiel de renforcement de la confiance par lequel les navires des trois pays voyagent en Amazonie, franchissent les frontières internationales, fournissent une assistance médicale aux habitants locaux et effectuent des manœuvres et des opérations de sécurité conjointes. BRACOLPER 2022 a duré 35 jours, selon le vice-amiral brésilien Thadeu Marcos Orosco Coelho Lobocommandant de la Marine 9e Quartier naval. Il a expliqué « chaque année, nous parcourons environ cinq mille kilomètres, à travers les rivières Maranõn, Negro et Solimões [and we perform] des exercices navals tactiques pour les opérations fluviales, axés sur le commandement, le contrôle et les communications.

Les manœuvres de 2022 ont été divisées en trois phases : les phases I et II le long du fleuve Maranõn au Pérou entre Leticia (Colombie) et Iquitos (Pérou), tandis que la phase III s’est déroulée à Amazonas (Brésil) le long des fleuves Negro et Solimões. Environ 400 militaires des trois pays y ont participé, dont des patrouilleurs fluviaux brésiliens Raposo Tavares, Rondonie, et le navire-hôpital Oswaldo Cruz. Le Pérou a déployé le navire fluvial BAP Clavero (CF-15).

L’exercice multinational BRACOLPER s’est déroulé dans trois pays. Crédit photo: Marine péruvienne

L’autre exercice fluvial majeur en Amérique du Sud est ACRUX. Sa dernière itération a eu lieu le long du fleuve Uruguay, qui sépare l’Argentine et l’Uruguay, Montevideo accueillant les exercices, qui ont duré du 16 au 24 août 2022. Environ 500 militaires et des plates-formes navales et aériennes ont participé depuis l’Argentine, le Brésil et l’Uruguay, tandis que la Bolivie et le Paraguay ont envoyé des observateurs.

Selon les informations fournies à l’auteur, les plates-formes déployées comprenaient trois navires uruguayens, Rio Negro (ROU 11), navire scientifique Maldonado (ROU 23), et navire de soutien Banque Ortiz (ROU 27); deux navires argentins, navire polyvalent ARA Ville de Zárate (Q-61) et patrouilleur Rio Santiago (P-66), et deux plates-formes brésiliennes, le patrouilleur fluvial Parnaíba (U 17) et navire de soutien fluvial Pontengi (G 17). Quant aux plates-formes aériennes, le Brésil a envoyé un hélicoptère Ecureuil/Esquilo, tandis que l’Uruguay a déployé un hélicoptère Bell 412 et quatre aéronefs à voilure fixe de son aéronavale : deux Beechcraft B-200 Super King Air, un Cessna O-2 Skymaster et un Beechcraft Mentor du T-34.

Les exercices ont eu lieu à Fray Bentos, en Uruguay. Ils comprenaient le contrôle du trafic maritime, dans lequel le commandement naval des trois nations, ainsi que des actifs dans l’eau, ont travaillé ensemble lors d’alertes d’urgence simuléesémettant des bulletins météorologiques et classant les navires qui traversaient le fleuve, entre autres activités.

Exercice multinational ACRUX X dans le fleuve Uruguay. Crédit photo: Ministère de la Défense de l’Uruguay

Le contre-amiral Pérez-León-Barreto a souligné l’importance des exercices fluviaux comme ACRUX, « ils permettent [navies] maintenir un degré élevé de coordination pour comprendre les risques, les prévenir et atténuer les effets » de catastrophes potentielles ou d’autres incidents. Resende avait une opinion similaire sur l’importance de BRACOLPER et d’ACRUX, ajoutant que « ces exercices sont une partie essentielle non seulement de la marine brésilienne, mais expriment le sentiment de tout le continent : la coopération est toujours la clé ».

L’armée américaine comprend l’importance des opérations fluviales pour ses partenaires sud-américains. Par exemple, en 2021, le célèbre exercice multinational UNITAS comprenait pour la première fois une phase Amazon. UNITAS LXII-Amazon comprenait du personnel naval de Colombie, d’Équateur, d’Uruguay, des États-Unis et du Pérou, qui a accueilli les exercices. La phase amazonienne s’est déroulée en Amazonie péruvienne, près d’Iquitos. Il comprenait l’insertion rapide de cordes à partir d’hélicoptères, des patrouilles fluviales, la traversée de rivières dans des embarcations improvisées et l’insertion et l’extraction sur des embarcations de combat fluviales, entre autres manœuvres.

conclusion

Les lacs et les rivières d’Amérique du Sud nécessitent la même protection que les marines offrent à l’océan ouvert, car les crimes fluviaux sont vastes. Les récents exercices BRACOLPER, ACRUX et UNITAS-Amazon 2021 montrent comment les militaires sud-américains, en particulier les marines, s’entraînent à patrouiller et à défendre les plans d’eau intérieurs.

Wilder Alejandro Sánchez est un analyste qui se concentre sur la sécurité internationale et la géopolitique. Il est le président du nouveau cabinet de conseil Stratégies du deuxième étage. Suivez-le sur Twitter : @W_Alex_Sanchez

L’image sélectionnée: Un MI-8T péruvien effectue des opérations de fastrope vers le BAP Clavero pendant BRACOLPER2022. Crédit photo: Marine péruvienne.