Pacific Basin réalise 23,1 millions de dollars d'économies nettes sur ses épurateurs

La société de transport de vrac sec Pacific Basin, basée à Hong Kong, a réalisé une économie nette de 23,1 millions de dollars sur ses épurateurs, soit 38% de son investissement initial.

La société a décidé d'installer des épurateurs sur 28 de ses Supramax en propriété en 2019 afin de se conformer à la limite mondiale de 0,5% de soufre de l'OMI 2020 qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2020. Le reste de la flotte de l'entreprise utilise du carburant à faible teneur en soufre.

Bassin du Pacifique
Image de Pacific Basin

Pacific Basin a déclaré que 7,4 millions de dollars d'économies ont été réalisés en fermant les couvertures de l'écart de prix de soute.

En outre, la société a équipé 66 de ses navires appartenant à des systèmes de traitement des eaux de ballast (BWTS) et a prévu de moderniser ses navires restants avec des BWTS d'ici la fin de 2022 pour se conformer à la Convention sur la gestion des eaux de ballast avant la date prévue.

«Nous travaillons constamment sur des initiatives visant à réduire progressivement l'intensité en carbone de notre flotte, et nous avons rejoint la coalition récemment formée Getting to Zero qui s'est engagée à explorer comment mettre en service des navires de haute mer à zéro émission commercialement viables d'ici 2030 – la lune du transport maritime -ambition brusque," Mats Berglund, Chef de la direction, a déclaré.

Commentant l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le marché, M. Berglund a déclaré que les résultats financiers de la société pour le premier semestre de l’année avaient été considérablement affectés par la pandémie, entraînant des taux de fret bas. Le propriétaire de vrac sec a déclaré une perte sous-jacente de 26,6 millions de dollars, aggravant la perte de 0,6 million de dollars par rapport à la même période l'an dernier tout en réalisant un BAIIA positif de 79,2 millions de dollars.

La perte nette pour les six premiers mois de 2020 s’élève à 222,4 millions de dollars, contrepassant le bénéfice de 8,2 millions de dollars de l’année dernière, principalement attribuable à une dépréciation hors caisse de 198,2 millions de dollars du parc principal Handysize de la société.

«Notre compétitivité globale nous a permis de naviguer dans ce que nous croyons avoir été la pire des turbulences du Covid-19 et nous positionne bien pour améliorer les conditions au second semestre 2020 et à l'horizon 2021». Dit Berglund.

Au premier semestre 2020, la société a pris livraison de trois navires d'occasion (un Handysize et deux Supramax) et a finalisé la vente d'un petit Handysize plus ancien. Ces transactions ont élargi la flotte appartenant à Pacific Basin à 117 navires. En incluant les navires affrétés, la société avait en moyenne 215 navires Handysize et Supramax sur l'eau au cours du premier semestre 2020.

En raison de conditions de marché incertaines, le propriétaire du vraquier en vrac a suspendu ses dépenses pour faire croître sa flotte avec des acquisitions d'occasion plus importantes et de haute qualité. Pacific Basin a déclaré qu'il envisagerait de reprendre les acquisitions de navires à mesure que le marché se redresse et qu'une fois que des «opportunités particulièrement intéressantes» se présenteront.

Commentant les perspectives du marché, Berglund a déclaré que le calendrier de confinement du COVID-19 n'était pas clair, d'où une incertitude plus grande que d'habitude autour du PIB et des prévisions du commerce de vrac sec.

"Nous pensons que bon nombre des prévisions de la demande de vrac sec pour 2020, y compris la baisse estimée de 7,3% de la demande de vrac mineure par Clarksons, sont trop baissières compte tenu de l’augmentation des échanges et des enquêtes que nous avons observées ces derniers mois, à quelques exceptions près."

Comme expliqué, avec une reprise significative de l'activité chinoise et une plus grande activité de vrac sec dans le monde, la société s'attend à un second semestre saisonnier plus fort bien que volatil et à des conditions de marché généralement améliorées, soutenues par des mesures de relance et des améliorations potentielles du côté de l'offre, y compris moins de livraisons de nouvelles constructions.

«Notre bilan sain et notre solide position de liquidité, combinés à notre flotte en propriété nettement plus importante, à notre capacité à surperformer les indices du marché et à notre structure de coûts compétitive, nous positionnent bien pour ce que nous pensons être une amélioration des conditions du marché du fret au second semestre.» Berglund a conclu.