Partenaires pour produire du bio-GNL comme carburant marin

Trois entreprises de secteurs très différents se sont associées pour réaliser une production décentralisée de bio-GNL destiné à être utilisé comme carburant marin propre. Les partenaires Attero, Nordsol et Titan se sont rencontrés sur le site de l’usine – située dans l’usine de traitement des déchets Attero à Wilp, aux Pays-Bas – où la décision finale d’investissement a été prise et où la construction peut maintenant commencer.

Le projet FirstBio2Shipping devrait livrer le premier bio-GNL début 2024. L’usine produira environ 2 400 tonnes/an de bio-GNL (ou biométhane liquéfié). Attero transformera les biodéchets domestiques en 6 millions de Nm3 de biogaz par an. Nordsol et Attero produiront conjointement 2 400 tonnes/an de bio-GNL de haute pureté et 5 000 tonnes/an de bio-CO2 liquide à partir de ce biogaz en utilisant la technologie iLNG brevetée de Nordsol. Le fournisseur de carburant propre Titan, l’acheteur exclusif à long terme, fournira le bio-GNL à l’industrie maritime où il remplacera de manière rentable les carburants fossiles.

Le bio-GNL produit réduira les émissions de GES de 92% par rapport au carburant maritime conventionnel, ce qui représente plus de 87500 tCO2e d’émissions absolues nettes évitées au cours des dix premières années d’exploitation, indiquent les partenaires.

Léon van Bossum, directeur commercial de Nordsol, a déclaré : « Nordsol s’est engagé à généraliser le bio-GNL avec divers partenaires. En 2021, nous avons construit la première installation néerlandaise de bio-GNL pour rendre le transport routier plus durable. En tant que précurseur, nous sommes fiers de contribuer également à la décarbonisation du secteur maritime, aux côtés de Titan et Attero. Le projet FirstBio2Shipping est destiné à déclencher un effet boule de neige, résultant en des installations plus nombreuses et plus grandes qui contribuent à rendre le transport maritime plus durable.

Ronald van Selm, CTO, Titan, a déclaré : « Chez Titan, nous nous engageons à fournir tous les carburants qui décarbonent le transport maritime et l’industrie de manière substantielle. Nous reconnaissons le bio-GNL comme un carburant propre fort et nous avons donc agi pour faire progresser sa production et son approvisionnement à l’industrie maritime. Nous sommes ravis d’atteindre l’étape de construction du projet avec les équipes Attero et Nordsol. Ce sont des partenaires dévoués et précieux et nous sommes impatients de collaborer davantage avec eux à l’avenir.

Jan-Willem Steyvers, business developer chez Attero, a ajouté : « Produire du bio-GNL à partir de biogaz à partir de biodéchets pour décarboner le secteur maritime est une innovation unique. Attero est ravi de la coopération avec les partenaires Nordsol et Titan pour amener le biogaz à un produit de qualité haut de gamme. Encore une autre étape dans notre mission d’augmenter continuellement la durabilité et de créer des matières premières et de l’énergie à partir de déchets.

L’année dernière, l’Union européenne a accordé au projet un financement de 4,3 millions d’euros, une reconnaissance claire par l’UE du rôle vital que le bio-GNL jouera dans la décarbonisation du transport maritime long-courrier. Cette année, le 19 octobre, le Parlement européen a adopté le règlement maritime FuelEU, qui vise à la décarbonisation du transport maritime, et a reconnu le biométhane (liquéfié) comme carburant renouvelable et son potentiel à se mélanger au GNL fossile et à le remplacer. Ce projet commun de bio-GNL s’inscrit donc parfaitement dans les politiques européennes pour atteindre les objectifs climatiques et de transition énergétique.