Poutine vante la «puissance arctique» de la Russie avec le lancement de

Le président Vladimir Poutine a vanté mardi la puissance arctique de la Russie lors d’une cérémonie de lever du drapeau et de mise à quai de deux brise-glaces à propulsion nucléaire qui assureront la navigation toute l’année dans l’Arctique occidental.

Présidant par liaison vidéo depuis le Kremlin la cérémonie de lancement dans l’ancienne capitale impériale de Saint-Pétersbourg, dans le nord de la Russie, Poutine a déclaré que ces brise-glaces étaient d’une importance stratégique pour le pays.

« Les deux brise-glaces ont été posés dans le cadre d’un grand projet en série et font partie de notre travail systématique à grande échelle pour rééquiper et reconstituer la flotte nationale de brise-glaces, afin de renforcer le statut de la Russie en tant que grande puissance arctique », a déclaré Poutine.

L’Arctique prend une plus grande importance stratégique en raison du changement climatique, alors que la diminution de la calotte glaciaire ouvre de nouvelles voies maritimes. De vastes ressources pétrolières et gazières se trouvent dans les régions arctiques de la Russie, y compris une usine de gaz naturel liquéfié sur la péninsule de Yamal.

Poutine a souri lorsque le brise-glace nucléaire de Yakoutie a été lancé dans l’eau dans les docks et s’est tenu debout pendant que l’hymne national russe honorait la levée du drapeau russe sur le brise-glace de l’Oural qui commencera à fonctionner en décembre.

La Yakoutie de 173,3 mètres (569 pieds), avec un déplacement allant jusqu’à 33 540 tonnes, peut briser la glace jusqu’à trois mètres. Il entrera en service en 2024.

Deux autres brise-glaces de la même série, l’Arktika et le Sibir, sont déjà en service, et un autre, le Tchoukotka, est prévu pour 2026.

Poutine a déclaré qu’un brise-glace nucléaire super puissant de 209 mètres connu sous le nom de « Rossiya », avec un déplacement allant jusqu’à 71 380 tonnes, serait achevé d’ici 2027. Il sera capable de briser la glace de quatre mètres d’épaisseur.

« Ils sont nécessaires pour l’étude et le développement de l’Arctique, pour assurer une navigation sûre et durable dans cette région, pour augmenter le trafic le long de la route maritime du Nord », a déclaré Poutine.

« Le développement de ce couloir de transport le plus important permettra à la Russie de libérer davantage son potentiel d’exportation et d’établir des routes logistiques efficaces, y compris vers l’Asie du Sud-Est. »

Poutine, qui est arrivé au pouvoir en 1999 en promettant de mettre fin au chaos provoqué par l’effondrement de l’Union soviétique, a tranquillement renforcé la présence de la Russie dans l’Arctique, où la Russie possède plus de 24 000 km (15 000 miles) de côtes s’étendant de la mer de Barents à la mer d’Okhotsk.

Depuis 2005, la Russie a rouvert des dizaines de bases militaires arctiques de l’ère soviétique, modernisé sa marine et développé de nouveaux missiles hypersoniques conçus pour échapper aux capteurs et aux défenses américaines.

Les experts de l’Arctique disent qu’il faudrait au moins 10 ans à l’Occident pour rattraper l’armée russe dans la région, s’il choisissait de le faire.

(Reuters – Reporting Reuters; édité par Guy Faulconbridge et Mark Trevelyan)