QED Naval collecte plus de 1,7 million d’euros alors que l’énergie marémotrice s’accélère

QED Naval, une société d’énergie marémotrice basée en Écosse, a obtenu un financement de plus de 1,7 million d’euros avec 1 152 investisseurs participant à sa campagne de financement participatif Seedrs.

De gauche à droite : Jeremy Smith ;  Keith Murray (Avec l'aimable autorisation de QED Naval)
De gauche à droite : Jeremy Smith ; Keith Murray (Avec l’aimable autorisation de QED Naval)

Des investissements supplémentaires ont été fournis par Capitale Kelvindont les membres ont soutenu l’entreprise dès le début. Entreprise écossaise a obtenu un financement de contrepartie via son Fonds écossais de co-investissementa informé la société.

L’injection de capital permettra CFD Naval pour achever le déploiement de son « pionnier » Plate-forme marémotrice Subhub à son centre d’essai de marée de Yarmouth, présenter ses avantages de rendement au secteur et progresser vers les ventes commerciales de la plate-forme.

Jérémy Smithdirecteur général de QED Naval, a déclaré : « Nous sommes ravis d’avoir terminé ce cycle de financement afin que nous puissions maintenant passer à la prochaine phase d’essais.

«Avec un marché mondial de l’énergie marémotrice de 87 milliards d’euros et une prévoit une VAB de 1,6 milliard d’euros d’ici 2030 soutenant quelque 4 000 emploisle Royaume-Uni – et l’Ecosse en particulier – a une opportunité unique de capitaliser sur ses ressources naturelles. Énergie marémotrice pourrait et devrait rivaliser avec l’éolien et le solaire en termes de coût, et offre l’avantage supplémentaire d’être un approvisionnement énergétique totalement prévisible.

« Le potentiel de croissance de ce secteur est énorme, passant d’environ 10 MW actuellement à 1 000 MW d’ici 2030. Cela correspond tout à fait aux capacités de l’industrie et lui permet de jouer son rôle dans les objectifs nets zéro. La Les marées du Royaume-Uni pourraient fournir 12% de la demande actuelle d’électricité du payset réduire notre dépendance à l’égard de l’énergie importée.

Subhub est une plate-forme brevetée censée réduire les coûts de déploiement et de maintenance jusqu’à 60 % et améliorer les rendements de 48 %. Grâce à la plate-forme Subhub, l’énergie marémotrice peut être déployée sur de grandes distances, installée rapidement et à moindre coût, en une seule opération, dans un large éventail de conditions météorologiques, selon QED Naval.

La société a noté que son sous-hub prend en charge toutes les étapes de la vie d’une turbine marémotrice, de l’intégration à terre au déploiement, à l’installation et à la récupération pour la maintenance.

Foin d’Angusdirecteur de Kelvin Capital, a déclaré : « Avec l’Écosse qui fixe des objectifs ambitieux pour atteindre zéro émission nette de tous les gaz à effet de serre d’ici 2045, les start-ups de technologies vertes vont jouer un rôle clé dans le développement de l’industrie. Kelvin Capital est ravi de continuer à soutenir ce que nous pensons être une technologie véritablement innovante dans le secteur de l’énergie marémotrice. »

Kerry Sharpdirecteur de l’entrepreneuriat et de l’investissement chez Scottish Enterprise, a ajouté : « C’est formidable de voir l’entreprise passer à la prochaine phase de ses essais. Une technologie comme la plate-forme développée par QED Naval est d’une importance sociétale énorme alors que nous effectuons la transition juste de l’utilisation de combustibles fossiles vers des sources d’énergie renouvelables.

QED Naval vise le potentiel d’énergie marémotrice de l’Écosse

La plateforme Subhub de QED Naval équipée d'hydroliennes Tocardo (Avec l'aimable autorisation de QED Naval)
La plateforme Subhub de QED Naval équipée d’hydroliennes Tocardo (Avec l’aimable autorisation de QED Naval)

En Ecosse, QED Naval a, en partenariat avec Fiducie énergétique d’Islaya demandé un bail sur les fonds marins dans le détroit d’Islay, jusqu’à 10MW d’énergie marémotrice.

La Projet de marée communautaire Sound of Islay vise à installer la plateforme Subhub à échelle industrielle avec des hydroliennes de 10 mètres de diamètre générant jusqu’à 1,35 GWh de l’énergie marémotrice de chaque plateforme et une production annuelle d’énergie d’un peu plus de 10 GWhselon CFD Naval.

Keith Murray, directeur commercial de QED Naval, a déclaré : « Il est largement reconnu que nous devons agir maintenant pour développer un « mix » d’énergies renouvelables sûr, alors que nous sommes confrontés à la triple menace du changement climatique, de l’augmentation des factures des consommateurs et de l’instabilité mondiale.

«Avec l’achèvement du projet européen Interreg TIGER, QED et Tocardo auront plus d’hydroliennes dans l’eau que toute autre entreprise. Cependant, il sera très difficile de maintenir cette avance sans investissement supplémentaire dans la chaîne d’approvisionnement britannique. »

« L’Écosse a l’opportunité d’être un précurseur sur ce marché en pleine maturité. Nous exhortons le gouvernement écossais à investir dans l’infrastructure nécessaire pour développer la chaîne d’approvisionnement de l’énergie marémotrice dès maintenant, d’autant plus que nous voyons les gouvernements du Pays de Galles et du Canada investir et prendre les devants.

Abonnez-vous et suivez

Energie Offshore – Energie Marine LinkedIn