Que peut-on faire en mer ?

La fermeture du détroit turc à tous les navires de guerre a attiré l’attention sur la dimension maritime de l’invasion russe de l’Ukraine.

D’un point de vue tactique et opérationnel, les forces navales russes ont déjà contribué, bien que de manière limitée, à l’invasion actuelle de l’Ukraine, notamment avec des frappes de missiles et des assauts amphibies. Mais d’un point de vue stratégique et politique, il existe d’autres éléments maritimes importants dans le conflit, tant pour la Russie que pour l’OTAN.

La Russie n’est pas et n’a jamais été une puissance maritime, mais ce serait une erreur de supposer que la Russie n’a pas d’objectifs maritimes. Depuis la fin du XVIIe siècle, la sécurisation de l’accès aux voies de communication maritimes mondiales (les principales routes maritimes entre les ports internationaux) est un moteur récurrent de la politique étrangère russe.

En particulier, le pays s’est efforcé d’accéder au détroit turc entre la mer Noire et la Méditerranée. Cette route relie la Russie à d’autres voies maritimes mondiales et fournit le seul accès à la flotte russe de la mer Noire. Au cours des 15 dernières années, l’annexion de la Crimée par la Russie, la sécurisation des installations navales en Syrie et les tentatives de réchauffement des relations avec la Turquie ont toutes contribué à cet objectif à long terme.

Selon la convention de Montreux de 1936 qui réglemente le contrôle du détroit, la Turquie peut décider de limiter le transit des navires militaires en cas de guerre, bien que les navires retournant à la base soient autorisés à passer. La fermeture du détroit aux navires de guerre ne fera pas une différence substantielle dans la guerre des semaines à venir, bien qu’elle puisse entraver les efforts de la Russie si le conflit se poursuit pendant des mois en empêchant les renforts de voyager par voie maritime.

Cependant, l’impact politique de la fermeture des détroits est immédiatement significatif. Cela ajoute un poids supplémentaire aux diverses sanctions et actes d’opposition diplomatique à l’invasion de la Russie, tels que l’interdiction des banques russes du système de paiement bancaire Swift et la fermeture de l’espace aérien de l’UE aux avions russes, renforçant le statut de la Russie en tant que paria sur la scène mondiale.

Aider l’Ukraine
Il existe d’autres actions maritimes que les pays occidentaux peuvent entreprendre dans le cadre de leurs efforts pour soutenir l’Ukraine. S’ils veulent éviter une confrontation ouverte avec la Russie, ils tiennent également à démontrer leur soutien aux alliés et à dissuader la Russie d’agresser les membres de l’OTAN d’Europe de l’Est.

Les États-Unis et l’UE pourraient interdire aux navires russes d’accoster dans leurs ports (comme l’a déjà fait le Royaume-Uni). Et ils peuvent appliquer des sanctions en mer. Par exemple, samedi 26 février, les autorités françaises ont saisi un cargo « suspecté d’être lié aux intérêts russes visés par les sanctions » dans la Manche.

Il existe un risque que la Russie considère les restrictions imposées sur les actifs russes, tels que les navires commerciaux, comme un acte hostile. Cela pourrait conduire à une escalade potentielle entre les États membres de l’OTAN et de l’UE et la Russie. Mais comme le montre l’action rapide de la France, il est possible de mettre en place des sanctions à condition que les risques soient mesurés.

De même, l’OTAN va sûrement éviter toute escarmouche navale qui pourrait dégénérer en hostilités ouvertes. La priorité de l’OTAN est de soutenir la défense de l’Ukraine ainsi que son indépendance et sa souveraineté durables sans risquer une guerre avec la Russie.

Le transport maritime – l’utilisation de navires pour fournir une assistance et du matériel tels que des armes défensives à l’Ukraine – est peu probable en raison du statut du détroit turc. En outre, il existe une grande possibilité de rencontrer des navires de guerre russes, stratégiquement positionnés le long des voies d’accès aux ports ukrainiens, avec un risque d’affrontement ouvert.

Des navires commerciaux tiers en mer Noire ont déjà été touchés par des armes russes. Quelle action les pays de l’OTAN prendront si leurs navires civils sont attaqués est une question cruciale. En effet, même si les provocations et les dommages collatéraux proviennent du côté russe, toute réponse armée à ceux-ci pourrait risquer une guerre ouverte avec la Russie.

Cependant, la diplomatie navale peut faire partie de la boîte à outils de l’Otan. Le déploiement de navires de guerre, et notamment de porte-avions, par exemple en Méditerranée orientale, aurait un effet symbolique et politique important. Cela donnerait un message fort sur la détermination de l’OTAN à s’opposer à l’invasion à la fois à la Russie et aux membres de l’OTAN d’Europe de l’Est.

L’auteur
Basil Germond est maître de conférences et directeur de la formation à la recherche, Faculté des arts et des sciences sociales, Université de Lancaster.

(La source: La conversation)

Tout savoir sur l’Océan Pacifique !