Rapport: l’Égypte demande plus d’un milliard de dollars de compensation pour le blocage de Suez

L’Égypte demandera plus d’un milliard de dollars d’indemnisation pour les dommages causés par l’échouement d’Ever Given et le blocage du canal de Suez qui en résulte la semaine dernière, rapporte Reuters citant le président de l’Autorité du canal de Suez (SCA), Osama Rabie, qui a déclaré aux journalistes locaux.

L’indemnisation devrait également couvrir les coûts engagés pour l’opération de sauvetage massive dans le canal de Suez qui a finalement réussi à libérer le navire porte-conteneurs infortuné le 29 mars.

Le montant ne couvre pas les pertes subies par de nombreux armateurs dont les navires ont fini par faire la queue dans la voie navigable pendant des jours en raison de l’embouteillage.

Par conséquent, la facture finale de l’incident n’a pas encore été finalisée.

Le propriétaire du navire, la compagnie maritime japonaise Shoei Kisen Kaisha, qui devrait payer la majorité des dommages, aurait déclaré l’avarie commune relativement à l’échouement.

Pendant ce temps, le navire reste ancré dans la région de Bitter Lakes où il fait l’objet d’une inspection technique.

Outre la navigabilité du navire, les inspecteurs égyptiens sont également montés à bord du navire pour parler à son capitaine et à l’équipage afin de déterminer les causes potentielles de l’échouement, a déclaré Reuters. L’enquête examine le rôle potentiel d’une erreur humaine dans l’incident.

Selon Rabie, Ever Given restera dans la région des lacs jusqu’à ce que les enquêtes soient terminées, sans préciser quand cela pourrait être.

L’Autorité maritime du Panama, pays du pavillon du navire, a également ouvert une enquête sur l’accident.

Comme indiqué, le Panama examine des rapports préliminaires selon lesquels Ever Given a souffert de problèmes mécaniques qui ont affecté sa maniabilité.

Cependant, le propriétaire du navire insiste sur le fait qu’il n’y a pas eu de panne de courant entraînant une perte de puissance avant l’échouement du navire.

Au lieu de cela, des rafales de vent de 30 nœuds et une mauvaise visibilité due à une tempête de poussière ont été identifiées comme les causes probables de l’échouement.

Le navire avait deux pilotes à bord pendant le transit.

L’incident n’a pas entraîné de pollution marine ni de blessures à l’équipage, mais seulement quelques dommages structurels au navire, qui n’ont pas encore été déterminés.

L’administration du canal a déclaré que le transit par la voie navigable revenait à la normale, avec des dispositions en place pour éliminer l’arriéré de navires en attente.

Au cours des quatre derniers jours (29 mars-1er avril), 312 navires au total ont transité, a indiqué GAC Egypt.

Dans l’intervalle, les ports de conteneurs européens, notamment Rotterdam, Hambourg, Anvers et Göteborg, se préparent à une augmentation du trafic de conteneurs résultant du blocus.

Vous pourriez également aimer...