Restrictions relatives aux «congés à terre» pour les gens de mer qualifiés de «inhumains», «insoutenables»

Un ensemble de nouveaux protocoles pour les gens de mer par la société suisse MSC Croisières, qui restreint les «congés à terre» pour les membres, a entraîné des réactions négatives de l’équipage passé et actuel, déclarant qu’une décision comme celle-ci «serait vraiment insupportable».

Les membres d'équipage travaillent généralement pendant environ 11 heures par quart de travail quotidien et cherchent un répit pendant les congés à terre où ils se détendent dans les centres des marins du port, accèdent au Wi-Fi gratuit, achètent des articles de toilette et visitent les zones locales. Cependant, la nouvelle liste intitulée «Vie à bord pendant le COVID-19» inclut une interdiction de tous ces éléments, sauf en cas d'urgence pendant le redémarrage des phases.

Pour de nombreux marins bloqués, la condition est actuellement une réalité car les membres d'équipage n'ont pas le droit de débarquer en raison de réglementations internationales complexes sur le rapatriement et / ou des alternatives de voyage coûteuses que les compagnies maritimes ont du mal à respecter.

Aux États-Unis, les croisières sont interdites jusqu'au 30 septembre.

Deux organisations internationales de protection du lieu de travail pour les gens de mer, la convention du travail maritime, 2006 ainsi que la Fédération internationale des ouvriers du transport, n'ont fait aucun commentaire. Cependant, selon la MLC, les travailleurs doivent être autorisés à quitter la terre.

MSC Croisières n'a pas encore repris ses activités et ne le fera que lorsque le moment sera venu et que les autorités sanitaires locales et le CDC auront reçu l'approbation pour commencer à appliquer leur nouveau protocole de sécurité. Étant la 4e plus grande compagnie de croisière au monde, elle continue de payer son équipage qui ne travaille toujours pas en mer, tout comme les autres grandes croisières.

Il y a 4 mois, le CDC a restreint les congés à terre en raison de l'épidémie du virus et ne s'est toujours pas ouvert en raison d'une augmentation quotidienne des cas. Récemment, des épidémies de virus ont été signalées dans 5 navires de croisière, prouvant qu '«il est difficile d'éliminer le COVID-19 des navires de croisière, même avec ni passagers et un nombre réduit d'équipage à bord», a déclaré un porte-parole du CDC.

La liste restreignant les mouvements, en plus de la peur du COVID-19, n'a fait que compliquer la tâche des marins qui envisagent de reprendre leur emploi. Lesley Warrick, directrice exécutive de la Seafarer’s House à Port Everglades, a qualifié le protocole d ’« inhumain ».

Alors que d'autres entreprises, comme la Royal Caribbean, n'ont toujours pas déterminé leurs protocoles, le recrutement des gens de mer peut s'avérer compliqué par la suite, s'ils emboîtent le pas. Carnival Corporation a déclaré l'application de «protocoles appropriés» concernant les congés à terre au début des opérations.

Les gens de mer restent préoccupés par les implications sur la santé mentale des restrictions du protocole, déclarant que cela pourrait «causer de l'anxiété, des changements d'humeur et de caractère». Certains marins ont qualifié cela d'épuisant et sont restés, juste pour subvenir aux besoins des familles, tandis que d'autres souffrent en raison de l'absence de paiement ces derniers mois.

Les gens de mer se plaignent également du sentiment claustrophobe de rester enfermé pendant des mois, et du peu d'inquiétude manifesté par les compagnies décidant de reprendre les opérations alors que les membres de l'équipage sont toujours en attente de rapatriement.

Référence: stuff.co.nz