Saipem empoche 900 millions de dollars grâce à de nouveaux accords en Angola

Le géant italien des services pétroliers Saipem a remporté trois nouveaux contrats en Angola, d’un montant total d’environ 900 millions de dollars, qui lui permettront de travailler sur le premier projet de gaz non associé en Angola.

Saipem a révélé jeudi avoir remporté trois nouveaux contrats – un onshore et deux offshore – par le Nouveau consortium gazier composée de deux filiales en propriété exclusive de Énergie Azule – une nouvelle coentreprise indépendante 50/50 regroupant les intérêts commerciaux de PA et Eni en Angola- Sonangol P&P, Chevron et TotalEnergies.

L’entrepreneur italien de forage en mer a expliqué que ces trois contrats ont été attribués pour la ingénierie, approvisionnement et gestion de construction (EPC) activités pertinentes pour Quiluma et Maboqueiro (Q&M) projet de développement des champs au large de la côte nord-ouest de l’Angola. Le FID de ce projet a été annoncé en juillet 2022.

Ce projet comprend deux plates-formes de tête de puits offshore, une usine de traitement du gaz à terre et une connexion au Usine de GNL en Angola pour la commercialisation de condensats et de gaz via des cargaisons de GNL. De plus, les activités d’exécution du projet devraient commencer en 2022 tandis que le premier gaz est prévu pour 2026. Le projet devrait atteindre la production de 330 mmscf/jour en plateau (environ 4 milliards de mètres cubes/an).

Saipem a souligné que les nouveaux accords d’une valeur globale d’environ 900 millions de dollars lui permettront de prendre en charge l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction, y compris l’assistance au raccordement et à la mise en service, de la plate-forme Quiluma et de l’usine de traitement du gaz naturel à terre correspondante.

« Cela confirme la confiance des clients en Saipem pour l’exécution de projets complexes tant sur le plan technologique que logistique, réalisés dans le respect du contenu local et des normes de durabilité environnementale les plus élevées. En particulier, il s’agit du premier projet réalisé en Angola concernant un champ de « gaz non associé », selon le géant italien.

Saipem a souligné que la participation à ce développement dans le bassin du Bas-Congo, qui fournira à l’usine Angola LNG des volumes de gaz supplémentaires pour les marchés internationaux et nationaux, consolide sa position « Positionnement stratégique en Afrique de l’Ouest et en Angola, où l’entreprise est présente depuis plus de 40 ans.

En ce qui concerne les dernières activités de Saipem ailleurs, il convient de noter que le joueur italien a obtenu un contrat E&C au début du mois avec EniMed, une filiale d’Eni.

L’accord porte sur le transport et l’installation d’un gazoduc offshore reliant quatre puits de Argo et Cassiopée champs jusqu’à la côte sicilienne.