Saipem réorganise son équipe de direction dans un contexte de dégradation de la notation et de risque de défaut

À la suite des difficultés financières de Saipem, l’agence de notation de crédit Moody’s a abaissé la note de l’entreprise à B1 et placé toutes les notes sous surveillance en vue d’une dégradation, estimant qu’elle aura besoin d’un soutien substantiel de ses principaux actionnaires, Eni et CDP, pour assurer la viabilité à long terme de son Entreprise. Quelques jours plus tard, Saipem a ajouté des représentants de ses deux principaux actionnaires à l’équipe de direction.

Saipem a retiré ses perspectives d’octobre 2021, invoquant une détérioration significative des marges de certains projets en raison de la pandémie prolongée de Covid-19 et des augmentations des coûts des matières premières et de la logistique, fin janvier 2022 à la suite d’une revue stratégique de son carnet de commandes.

L’examen a indiqué une détérioration significative des marges sur toute la durée de vie de certains projets liés à l’éolien E&C Onshore et Offshore, en raison de la persistance de la pandémie et de l’augmentation des coûts des matières premières. En conséquence, les états financiers de Saipem en 2021 devraient afficher une perte de plus d’un tiers des capitaux propres de l’entreprise.

Suite à l’annonce de Saipem, Moody’s a abaissé mercredi dernier le CFR de la société de Ba3 à B1 et sa notation de probabilité de défaut (PDR) de Ba3-PD à B1-PD et a placé les notations sous surveillance en vue d’une nouvelle dégradation. La perspective est passée de stable à notation sous revue.

Le déclassement à B1 intègre la probabilité plus élevée de mesures de crédit toujours faibles en dessous des attentes de l’agence de notation pour la note Ba3 au cours des 12 à 18 prochains mois.

Selon Moody’s, l’annonce de Saipem augmente le risque de défaut car les prêteurs pourraient accélérer le remboursement de certains prêts en cours en l’absence de soutien des actionnaires, ce qui pourrait également déclencher un défaut croisé sur d’autres instruments de dette. En outre, les résultats projetés mettent en évidence le risque d’une génération de flux de trésorerie et d’une rentabilité plus faibles au cours des 12 à 18 prochains mois, ainsi qu’un besoin potentiel d’accélérer la restructuration et la réduction des effectifs de ses opérations.

Moody’s estime que Saipem aura besoin d’un soutien substantiel, principalement de la part de ses actionnaires, pour assurer la viabilité à long terme de son entreprise et éviter une défaillance dans les 12 à 18 prochains mois. L’hypothèse est que ses deux principaux actionnaires – Eni et CDP Industria – soutiendront Saipem, compte tenu de l’importance de l’entreprise pour l’économie italienne.

Cependant, des incertitudes importantes subsistent quant à savoir si le soutien sera suffisant pour restaurer la confiance des clients, des partenaires financiers et des créanciers de l’entreprise.

Moody’s a indiqué qu’au cours de son examen, elle évaluerait la forme du soutien des actionnaires ; le risque d’exécution d’une injection de capital opportune compte tenu d’un flottant important ; les démarches de l’entreprise pour maintenir ses financements pour pouvoir fonctionner et faire face aux échéances à venir de la dette, y compris l’emprunt obligataire de 500 millions d’euros échéant en avril 2022 ; et la faisabilité de son plan d’affaires présenté en octobre dernier.

Nouveau directeur général pour Saipem

Suite à l’annonce des perspectives, Saipem a également annoncé la semaine dernière qu’elle avait approuvé la nouvelle structure organisationnelle de l’entreprise, conçue pour renforcer les capacités d’exécution des projets de l’entreprise et pour compléter l’examen stratégique en cours. Le résultat de l’examen sera présenté le jour de l’approbation des résultats consolidés préliminaires de la société pour 2021.

La nouvelle structure organisationnelle verra la mise en place d’une nouvelle fonction de directeur général avec de larges responsabilités opérationnelles et de gestion. Il verra également la création d’une unité spécifique axée sur le renforcement de l’activité de planification financière et de contrôle des projets et des opérations des autres sociétés ainsi que la consolidation des responsabilités de gestion juridique et contractuelle dans un département corporate au sein du nouveau directeur général. Bureau.

Le conseil d’administration de Saipem a nommé Alessandro Puliti – actuellement directeur général de la division des ressources naturelles chez Eni – en tant que directeur général de l’entreprise. Puliti prend ses nouvelles fonctions aujourd’hui, 7 février 2022.

De plus, Paolo Calcagnini, actuellement directeur général adjoint et directeur commercial de CDP, rejoindra l’équipe de direction de Saipem, sous la responsabilité du nouveau directeur général. Il sera responsable de la nouvelle unité axée sur le renforcement de l’activité de planification et de contrôle financier.

Croisière en Grèce : à la découverte de ses plus belles plages

Croisière en Grèce : à la découverte de ses plus belles plages