Shell enregistre une perte de 18 milliards de dollars sur d'énormes charges de dépréciation

Le principal pétrolier Shell a enregistré une perte de 18,1 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2020 en raison d'énormes dépréciations alors qu'il a réduit ses perspectives de prix en réponse à la pandémie de coronavirus et à la crise des prix du pétrole.

Shell a déclaré jeudi qu'elle avait enregistré une perte de 18,1 milliards de dollars pour le deuxième trimestre de 2020, contre un bénéfice de 3 milliards de dollars à la même période l'année dernière.

Shell a expliqué que cela comprenait une charge de dépréciation de 16,8 milliards de dollars après impôts, 22,3 milliards de dollars avant impôts, en raison de la révision des hypothèses de prix à moyen et long terme et de marge de raffinage en réponse à la pandémie COVID-19 et aux conditions macroéconomiques comme ainsi que la demande du marché de l'énergie et les fondamentaux de l'offre.

Shell a averti à la fin juin qu'elle subirait des réductions de valeur de l'ordre de 15 à 22 milliards de dollars.

Shell a déclaré jeudi que les résultats du deuxième trimestre 2020 reflétaient la baisse des prix réalisés pour le pétrole, le GNL et le gaz, des marges de raffinage réalisées plus faibles, des volumes de ventes de produits pétroliers et des radiations de puits plus élevées par rapport au deuxième trimestre de 2019.

Cela a été en partie contrebalancé par de très bons résultats de négoce et d'optimisation de brut et de produits pétroliers ainsi que par une baisse des charges d'exploitation.

Le bénéfice ajusté de Shell était de 0,6 milliard de dollars pour le deuxième trimestre de 2020, en baisse de 82% par rapport à 3,46 milliards de dollars à la même période l’année dernière.

La performance au 2T 2020 reflète la baisse des prix réalisés pour le pétrole, le GNL et le gaz, la baisse des marges de raffinage réalisées, des volumes de ventes de produits pétroliers et des radiations de puits plus élevées par rapport au deuxième trimestre de 2019.

Cela a été en partie contrebalancé par de très bons résultats de négoce et d'optimisation de brut et de produits pétroliers ainsi que par une baisse des charges d'exploitation.

Directeur général de Shell, Ben van Beurden, m'a dit: «Shell a généré des flux de trésorerie résilients dans un environnement extrêmement difficile. Nous continuons à nous concentrer sur des opérations sûres et fiables et nos mesures décisives de préservation de la trésorerie soutiendront le renforcement de notre bilan ».

Performances en amont

Le bénéfice du segment Amont de Shell au deuxième trimestre a représenté une perte de 6,7 milliards de dollars.

Cela comprenait une charge de dépréciation après impôts de 4,7 milliards de dollars principalement liée à des actifs non conventionnels en Amérique du Nord, à des actifs offshore au Brésil et en Europe, à un projet au Nigéria (OPL245) et à un actif dans le golfe du Mexique aux États-Unis.

Sont également inclus une charge nette de 187 millions de dollars principalement liée à une réduction du taux d'actualisation utilisé pour les provisions, ainsi que des frais de redondance et de restructuration de 183 millions de dollars.

Par rapport au deuxième trimestre de 2019, le bénéfice ajusté en amont a représenté une perte de 1,5 milliard de dollars, reflétant principalement la baisse des prix du pétrole et du gaz réalisés.

Sortie vers le bas

Par rapport au deuxième trimestre 2019, la production totale de Shell a diminué de 7%, principalement en raison de l'environnement macroéconomique difficile, qui comprenait les restrictions OPEP + et les restrictions liées au COVID-19, l'impact des désinvestissements et la baisse de la production dans la coentreprise NAM.

La montée en puissance des champs dans le bassin de Santos, au Brésil, dans le golfe du Mexique aux États-Unis et au Permien, aux États-Unis, a plus que compensé le déclin des champs. La baisse des volumes de production a été compensée par un calendrier favorable des levées de droits.

Pour l'avenir, Shell a déclaré que sa production en amont au 3T 2020 devrait être d'environ 2 100 à 2 400 000 bep / j.

Le bénéfice ajusté de la société devrait être une charge nette d'environ 800 à 875 millions de dollars au troisième trimestre de 2020 et une charge nette d'environ 3,2 à 3,5 milliards de dollars pour l'année 2020.