SodaFlexx traite les émissions des épurateurs des navires avec du bicarbonate de soude

L’innovateur d’équipement basé à Londres, SodaFlexx, a développé un concept pour traiter les émissions de gaz d’échappement des navires avec de la poudre de bicarbonate de sodium, également connue sous le nom de bicarbonate de soude.

Depuis le 1er janvier 2020, le plafond de soufre de l’OMI est entré en vigueur, limitant l’utilisation de soufre dans le mazout utilisé à bord des navires opérant en dehors des zones de contrôle des émissions désignées à 0,50 % m/m, contre une limite de 3,50 % m/m. Pour les navires qui n’optaient pas pour le fioul à faible teneur en soufre et qui continuaient à brûler du fioul à haute teneur en soufre, la solution consistait à installer des systèmes d’épuration des gaz d’échappement, mieux connus sous le nom d’épurateurs.

Cependant, de nombreuses études ont mis en évidence l’impact des épurateurs en boucle ouverte sur le milieu marin, car l’eau de lavage utilisée pour traiter les fluides, qui est ensuite rejetée par-dessus bord, est censée contenir des substances nocives.

Le concept de SodaFlexx a été adapté de la technologie terrestre, où la poudre de bicarbonate de sodium (NaHCO3) est injectée directement dans le flux de gaz d’échappement pour neutraliser les composés soufrés (SOx). Comme expliqué, une réaction chimique se produit convertissant le SOx en un sel hautement stable et non toxique – le sulfate de sodium (Na2SO4). La société basée au Royaume-Uni a déclaré que le sel peut être libéré en toute sécurité dans l’atmosphère ou capturé par le système de capture de particules cyclone sur mesure de SodaFlexx et recyclé à terre.

Après trois ans d’essais, le système d’épuration des gaz d’échappement à sec SodaFlexx a été installé sur le vraquier de 96 772 tpl Yeoman Bridge, propriété de la société néerlandaise BONTRUP, au début de 2021.

Aux écarts actuels entre MGO et HSFO, le pont Yeoman permet d’économiser plus de 17 000 $ par jour sur les coûts de carburant, a souligné SodaFlexx plus tôt cette année.

La demande est actuellement en cours d’obtention d’un brevet américain, et SodaFlexx a récemment été engagé pour l’installation de leur EGCS sur un autre navire BONTRUP, Bontrup Amsterdam.

Comme indiqué, les travaux d’enquête détaillés ont été achevés et l’installation était prévue pour début septembre 2022 en Pologne. Les travaux devaient avoir lieu à quai dans 3 à 5 jours, avec une cale sèche nécessaire. SodaFlexx a déclaré qu’elle disposait d’un approvisionnement en livraison et en élimination des résidus dans la plupart des grands ports.

La société teste également un système de capture du carbone qui, selon elle, changera la manière dont le CO2 est capturé et traité à bord des navires océaniques.

Les tests à l’échelle ont montré des résultats prometteurs et une installation à bord est prévue pour le premier trimestre 2023, a indiqué la société.