Super maman! Jusqu'à 300 jeunes sous sa garde.

Super maman! Jusqu'à 300 jeunes sous sa garde.

Par le détective marin
sur

Ceci est une anémone couveuse (Epiactis lisbethae à 8 cm de diamètre).

Elle n'a peut-être pas de colonne vertébrale, mais c'est une super maman!

Jusqu'à 300 jeunes peuvent être regroupés autour d'elle en 5 rangées au maximum, bénéficiant de la verrière protectrice de ses tentacules qui contiennent des cellules piquantes (nématocystes). La progéniture reste ici jusqu'à ce qu'elle soit suffisamment grande pour avoir de bonnes chances de survivre par elle-même. Ils rampent ensuite vers l'indépendance, revendiquant leur propre morceau du fond de l'océan.

Anémone couveuse 1

Remarque: Ce blog a été initialement publié en 2013. Republication pour la fête des mères 2020.


Je suis impressionnée par la beauté et la stratégie de reproduction de cette espèce. C'est aussi un rappel du peu que nous savons sur les espèces marines que l'anémone de couvaison n'a été reconnue comme une espèce distincte que récemment (1986), et elle se confond encore si souvent avec l'anémone de prolifération (Epiactis prolifera).

Je partage avec vous ma «détection» marine de cette espèce pour vous donner un autre exemple de l'extraordinaire de nos voisins marins et peut-être, ainsi, inspirer de plus grands efforts de conservation.

Mais oui, le timing du blog n'est pas le fruit du hasard. Il se peut que la réflexion sur une super maman anémone stimule la réflexion sur nos mères humaines – juste à temps pour la fête des mères.

Alors voilà. . . supporter avec moi que je construis pour clarifier la reproduction de nos espèces en vedette.

© 2013 Jackie Hildering à usage unique-4240156


Les anémones ont beaucoup stratégies de reproduction.

Pour de nombreuses espèces, la reproduction peut être asexuée aussi bien que sexuelle avec des stratégies telles que la progéniture en herbe; se diviser en deux; ou lacération pédale où un morceau déchiré du fond de l'anémone peut se transformer en une autre anémone!

Certaines espèces sont des hermaphrodites dont les descendants se transforment en adultes de diverses manières.

Chez les espèces qui ont des sexes séparés, beaucoup sont des reproducteurs de diffusion où maman et papa relâchent leurs œufs et leur sperme dans l'océan autour d'eux. La fertilisation et le développement se produisent ainsi dans la colonne d'eau.

Ensuite, pour seulement une vingtaine d’espèces parmi plus de 800 sortes d’anémones dans le monde, il y a celles dans lesquelles la femelle capture les cellules sexuelles des mâles qui dérivent et les attire dans sa cavité digestive pour fertiliser ses œufs. Elle «couve» ses petits.

Certaines de ces espèces d'anémones sont des reproducteurs internes. Les jeunes se développent à l'intérieur de Maman jusqu'à l'éclosion et sont expulsés dans la colonne d'eau sous forme de larves planctoniques.

Mais il y a aussi Super Mom – The Brooding Anemone (Epiactis lisbethae). C'est une couveuse externe.

Après avoir fécondé les ovules à l'intérieur de sa cavité digestive avec le sperme qu'elle a capturé, les jeunes se développent en elle jusqu'à ce qu'ils éclosent en larves planctoniques. PUIS, ils nagent hors de sa bouche, s'installent sur son corps sous les tentacules et deviennent de petites anémones qui se nourrissent.

Lorsque la progéniture est assez grande pour avoir de bonnes chances de survie sans la protection des tentacules de maman, elle se précipite vers l'indépendance, laissant de la place aux jeunes de la saison prochaine.

Les jeunes de l'anémone couveuse sont tous de la même génération et sont donc tous de la même taille.

Cependant, il y a une deuxième espèce d'anémone à couvaison externe dans l'est du Pacifique Nord où vous voyez le plus souvent des jeunes de différentes tailles blottis sous les tentacules de maman. Cette espèce – l'anémone proliférante (Epiactis prolifera) est celui qui se confond très, très fréquemment avec la Brooding Anemone.

Anémone proliférante.

Anémone proliférante avec des jeunes (Epiactis prolifera). Souvent confondue avec l'anémone de couvaison (Epiactis lisbethae).


Je me suis efforcé de clarifier les nombreuses différences entre ces deux espèces d'anémone à couvaison externe dans le tableau ci-dessous, mais pour résumer: l'anémone proliférante est plus petite et n'a pas de rayures tout le long de la colonne; les adultes sont hermaphrodites; la reproduction a lieu toute l'année; il y a beaucoup moins de jeunes regroupés sous les tentacules de maman; et ils commencent là comme des œufs fécondés, pas comme des larves nageant librement.

La principale similitude entre ces deux espèces est et oui, je vais utiliser un virelangue ici car je pense que c'est inévitable lorsque l'on parle d'anémones: avec des mères d'anémones comme celles-ci, les bébés anémones sont protégées de leurs ennemis anémones!

Maintenant vous partez, partagez l'amour de l'océan avec une Super Mom!

Il y a tellement de femmes humaines dignes de respect.
Où, si nous devions considérer combien de jeunes ils ont protégé et aidé à l'indépendance, le nombre pourrait bien être de 300 ou plus.

table de couvaison contre prolifération

Cliquez pour agrandir. Tableau résumant les différences entre les anémones couveuses et proliférantes.

Anémone couveuse avec des jeunes (Epiactis lisbethae) - tous du même âge. © 2016 Jackie Hildering.

Anémone couveuse avec des jeunes (Epiactis lisbethae) – tous du même âge. © 2016 Jackie Hildering.

long-horizontal-001 "srcset =" https://jackiehildering.files.wordpress.com/2013/05/long-horizontal-001.jpeg?w=658 658w, https://jackiehildering.files.wordpress.com/ 2013/05 / long-horizontal-001.jpeg? W = 1316 1316w, https://jackiehildering.files.wordpress.com/2013/05/long-horizontal-001.jpeg?w=150 150w, https: // jackiehildering.files.wordpress.com/2013/05/long-horizontal-001.jpeg?w=300 300w, https://jackiehildering.files.wordpress.com/2013/05/long-horizontal-001.jpeg?w = 768 768w, https://jackiehildering.files.wordpress.com/2013/05/long-horizontal-001.jpeg?w=1024 1024w "tailles =" (largeur max: 658px) 100vw, 658px "/></p>
<hr/>
<p>Sources:</p>
<ul>
<li style=

  • Bucklin, A., D. Hedgecock et coll. (1984). Preuve génétique de l'autofécondation dans l'anémone de mer Epiactis prolifera. Marine Biology 84 (2): 175-182
  • Edmands, Suzanne, 1995. Systèmes d'accouplement dans le genre des anémones de mer Epiactis. Marine Biology 123: 723-733
  • Encyclopédie de la vie – Epiactis lisbethae
  • Encyclopédie de la vie – Epiactis prolifera
  • Fautin, Daphne G et Chia, Fu-Shiang, 1986. Révision du genre d'anémone de mer Epiactis (Coelenterata: Actiniaria) sur la côte Pacifique de l'Amérique du Nord, avec des descriptions de deux nouvelles espèces à couvaison. Journal canadien de zoologie 64: 8 1665-1674
  • Sept, Duane; Le guide des Beachcombers sur la vie au bord de la mer dans le nord-ouest du Pacifique
  • Snail’s Odyssey – Reproduction anémone asexuée
  • Snail’s Odyssey – Reproduction sexuelle des anémones
  • Wallawalla.edu Epiactis lisbethae
Mots clés: anémone, anémone couvante, nord de l'île de vancouver, anémone proliférante