Svitzer annonce un verrouillage en Australie

Svitzer Australia, une filiale d’AP Møller – Maersk, a annoncé lundi qu’elle mettrait en lock-out tous les employés du remorquage portuaire couverts par son accord national de 2016 sur les entreprises de remorquage et leurs représentants syndicaux à partir du vendredi 18 novembre, dans le contexte de conflits salariaux en cours.

Le verrouillage, qui devrait durer indéfiniment, aura un impact sur les opérations maritimes dans les ports australiens du Queensland, de la Nouvelle-Galles du Sud, de Victoria, de l’Australie du Sud et de l’Australie occidentale. Aucun navire de transport ne sera remorqué dans ou hors de 17 ports australiens autrement desservis par Svitzer.

Le verrouillage n’affectera pas les opérations du terminal Svitzer soutenant le secteur pétrolier et gazier ou les opérations dans d’autres États et territoires.

Svitzer a déclaré que cette décision était prise en vertu des dispositions de la loi sur le travail équitable en réponse à « une action revendicative dommageable et en cours » organisée par les syndicats, en particulier le Maritime Union of Australia (MUA), l’Australian Institute of Marine and Power Engineers ( AIMPE) et l’Australian Maritime Officers Union (AMOU).

« Cela nuit à la capacité de Svitzer à servir de manière fiable, sûre et efficace nos clients maritimes et nos opérations portuaires à travers le pays et perturbe gravement la chaîne d’approvisionnement nationale qui dépend du transport maritime », a déclaré la société.

Svitzer, qui a déclaré négocier avec les syndicats maritimes depuis plus de trois ans, depuis l’expiration de l’accord en 2019, a vu plus de 1 100 cas d’action revendicative, ou grèves, notifiés par les syndicats maritimes depuis octobre 2020. Depuis le 26 octobre, 2022, il y a eu plus de 250 cas d’actions revendicatives protégées, représentant près de 2 000 heures d’arrêt de travail. De nouvelles actions protégées sont notifiées par les syndicats presque quotidiennement, a indiqué la société.

« Notre objectif a toujours été de parvenir à un nouvel accord d’entreprise et nous avons négocié de manière exhaustive et de bonne foi pour essayer d’y parvenir », a déclaré Nicolaj Noes, directeur général de Svitzer Australia. « Nous avions espéré qu’il n’y aurait jamais de lock-out – mais nous sommes à un point où nous ne voyons pas d’autre choix que de répondre à l’action revendicative dommageable en cours par les syndicats. »

Les syndicats dressent un portrait différent de ses négociations avec Svitzer Australia, accusant l’opérateur de remorquage de bloquer les négociations.

« [Svitzer’s] L’équipe de direction australienne a passé les trois dernières années à refuser de finaliser un nouveau contrat de travail pour couvrir les équipages de remorqueurs dans 17 ports du pays, donnant effectivement à ces travailleurs un gel des salaires dans un contexte d’inflation galopante et de bénéfices massifs des entreprises lors d’un boom du COVID pour le transport maritime et entreprises de logistique », a déclaré le Maritime Union of Australia dans un communiqué. « À chaque tournant, les trois syndicats maritimes ont cherché à ramener l’équipe de direction à la table des négociations et à travailler sur un résultat mutuellement acceptable.