TAQA conserve tous les actifs de son portefeuille pétrolier et gazier, à l’exception des actifs néerlandais

Dans le sillage de la crise géopolitique actuelle et des préoccupations croissantes en matière de sécurité énergétique, le géant pétrolier et gazier des Émirats arabes unis Abu Dhabi National Energy Company (TAQA) a décidé de conserver l’intégralité de son portefeuille pétrolier et gazier, à l’exception de ses actifs néerlandais en amont.

TAQA a révélé la semaine dernière qu’elle avait achevé l’examen stratégique de son activité pétrolière et gazière, annoncé en septembre 2021.

Après avoir exploré la vente potentielle de certains de ses actifs pétroliers et gaziers, TAQA a informé qu’elle avait choisi de conserver son portefeuille pétrolier et gazier, à l’exception des actifs en amont dans les Pays-Bas où les discussions sont en cours. La société n’a pas divulgué les noms des actifs, mais a expliqué que cette décision tient compte des changements macroéconomiques qui se sont produits au cours des 12 derniers mois et qui devraient se poursuivre pendant un certain temps, ainsi que d’autres facteurs spécifiques aux actifs.

Jasim Husain ThabetPDG du groupe et directeur général de TAQA, a fait remarquer: « Nous avons procédé à un examen approfondi de notre portefeuille pétrolier et gazier, notamment en nous rapprochant du marché pour explorer le potentiel de cession. Nous avons conclu que la conservation de la grande majorité du portefeuille offrira la meilleure valeur pour l’entreprise et ses parties prenantes.

« Cela est en partie démontré par la forte contribution – plus de 15% – que les activités pétrolières et gazières ont contribué à nos revenus et à nos bénéfices en 2021. Cette tendance s’est poursuivie cette année. Notre décision de rechercher un acheteur pour les actifs en amont aux Pays-Bas est basée sur la nature des actifs et la contribution relativement faible des actifs aux bénéfices du groupe TAQA.

Aux Pays-Bas, TAQA produit du gaz naturel et exploite deux installations de stockage de gaz – Bergermeer et Installation de gaz de pointe (PGI) – tandis que ses activités sont concentrées dans la région d’Alkmaar et la mer du Nord. Selon l’entreprise basée aux Émirats arabes unis, l’extraction de gaz du Champs de Bergen IIsitué sur la côte ouest des Pays-Bas dans la province néerlandaise de Hollande du Nord, est dans sa phase finale et l’entreprise prévoit d’arrêter ses activités dans le Bergen, Groet et Schermer terrains en 2024.

A part le Installation de séchage de Bergenqui est l’installation centrale de traitement et de compression du gaz, il y a P15 et P18 blocs, situés à 35 km au nord-ouest de la côte de Hoek van Holland dans la mer du Nord néerlandaise. Cette infrastructure se compose d’installations de production de pétrole et de gaz telles que le centre Complexe P15-ACD et d’autres plates-formes de production où le condensat, le pétrole et le gaz sont transportés à terre par des pipelines.

La société affirme que le complexe de plate-forme P15-ACD est un « plaque tournante importante pour le traitement et la transformation du pétrole et du gaz de tiers » avec environ 15 champs de pétrole et de gaz liés à P15. Après traitement, le pétrole est livré à une raffinerie du port de Rotterdam et le gaz est livré directement au réseau gazier national néerlandais.

Extension de la capacité des EAU à 30 GW

Parallèlement, la stratégie de TAQA pour 2030 est axée sur la croissance de son « l’activité principale des services publics aux EAU et à l’international. » Par conséquent, dans le cadre de cette stratégie, l’entreprise a l’intention d’étendre sa capacité de production aux EAU de 18 GW à 30 GW en plus d’ajouter 15 GW à l’international. Le joueur des EAU possède et exploite déjà « l’une des plus grandes centrales solaires photovoltaïques monosite au monde » et en construit un autre qui sera presque deux fois plus grand et avec « Le meilleur faible coût de production au monde. »

TAQA a souligné que d’ici 2030, son portefeuille de production d’électricité sera d’au moins 30 % énergies renouvelables, contre 5 % actuellement. En outre, l’entreprise prévoit de fournir environ 1,1 milliard de gallons impériaux par jour d’eau dessalée à Abu Dhabi, les deux tiers provenant d’une osmose inverse écoénergétique.

Pour atteindre ses objectifs, TAQA a récemment signé des contrats pour prendre une participation majoritaire dans les activités renouvelables de Masdar avec Mubadala et ADNOC. Une fois cette opération réalisée, et avec le soutien de TAQA et de ses co-actionnaires, Masdar ambitionne de devenir « l’une des principales entreprises d’énergie propre au monde », ciblant plus de 50 GW de capacité d’ici 2030.

TAQA affirme que son investissement dans Masdar garantira que l’entreprise dépasse ses objectifs de 2030 pour les énergies renouvelables et pour l’augmentation de la capacité. La société a en outre ajouté qu’elle ferait une nouvelle annonce au cas où les discussions aux Pays-Bas déboucheraient sur une transaction.

« Notre stratégie reste d’être un champion de l’énergie et de l’eau à faible émission de carbone pour Abu Dhabi et au-delà et de continuer à améliorer et à développer nos activités de services publics, en mettant clairement l’accent sur les énergies renouvelables. En tant que tel, nous restons déterminés à devenir une entreprise nette zéro d’ici 2050 », conclut Thabet.

En ce qui concerne les autres activités et développements de TAQA, il convient de noter que le géant dont le siège est aux Émirats arabes unis a récemment achevé un important projet de démantèlement en mer du Nord.