Tendances mondiales à surveiller en assurance maritime

Malgré une tendance à long terme plus large d’amélioration de la sécurité dans l’industrie mondiale du transport maritime, un certain nombre de facteurs entraînent des réclamations d’assurance de plus en plus importantes pour l’industrie, selon Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS).

Les incendies et les explosions sont désormais les moteurs les plus coûteux de l’activité des sinistres, dépassant les naufrages et les collisions. La déclaration erronée ou la non-déclaration de cargaisons dangereuses est un problème courant.

Sur l’analyse d’AGCS de plus de 240 000 sinistres industriels au cours des cinq dernières années d’une valeur approximative de 9,2 milliards d’euros, les incendies représentaient 18 % de la valeur des sinistres maritimes analysés. Le nombre d’incendies à bord de grands navires a considérablement augmenté ces dernières années, avec une série d’incidents impliquant des incendies et des explosions de cargaison, qui sont difficiles à éteindre et peuvent facilement entraîner la perte totale d’un navire, des pertes humaines tragiques et des dommages environnementaux. . L’AGCS a également noté une tendance récente à la menace posée par les batteries lithium-ion dans les véhicules électriques ou les marchandises qui ne sont pas stockées, manipulées ou transportées correctement. Les incendies de batteries Li-ion et de véhicules électriques brûlent plus férocement, peuvent être difficiles à éteindre et sont capables de se rallumer spontanément des heures voire des jours après leur extinction,

« Les pertes maritimes ont peut-être diminué de plus de moitié au cours de la dernière décennie (54 ? Pertes totales à la fin de 2021 » contre ? 127 ? Fin 2012, selon l’AGCS Safety & Shipping Review 2022), mais les incendies à bord des navires restent parmi les plus grands problèmes de sécurité pour l’industrie », a déclaré le capitaine Rahul Khanna, responsable mondial du conseil en risques maritimes chez AGCS. « Les dangers potentiels que pose le transport des batteries lithium-ion si elles ne sont pas stockées ou manipulées correctement ne font qu’ajouter à ces préoccupations, et nous avons déjà vu un certain nombre d’incidents. »

Les coûts de récupération et d’enlèvement des épaves sont depuis longtemps à la hausse, mais l’inflation aggrave désormais les tendances existantes entraînant des sinistres de plus grande valeur, avec des prix plus élevés pour l’acier et les pièces de rechange et la hausse des coûts de main-d’œuvre ayant un impact sur les réparations de coque et les pannes de machines.

« Nous voyons davantage de marchandises de grande valeur expédiées par conteneur, tandis que le coût moyen des marchandises augmente avec l’inflation », explique Khanna. « Il n’est pas rare de voir un conteneur évalué à 50 millions de dollars ou plus pour des cargaisons de grande valeur comme les produits pharmaceutiques. Ces cargaisons de grande valeur nécessitent des mesures supplémentaires d’atténuation des risques, telles que des trackers GPS et des capteurs qui fournissent une surveillance en temps réel de la température, du choc d’humidité et de l’ouverture de la lumière et des portes, par exemple. Dans le même temps, les intérêts du fret doivent garder un œil attentif sur les valeurs assurées. Les clients peuvent avoir besoin d’ajuster leurs assurances et leurs limites de police, ou risquer d’être sous-assurés – nous avons déjà vu des réclamations pour des cargaisons de conteneurs de grande valeur où l’intérêt de la cargaison était sous-assuré jusqu’à 20 millions de dollars.

Les marchandises endommagées, y compris la cargaison, sont la cause la plus fréquente de réclamations, les variations de température, le vol de cargaison et les conteneurs d’expédition inadéquats étant signalés comme des sujets de préoccupation, selon l’AGCS.

Selon Régis Broudin, responsable mondial des sinistres maritimes chez AGCS, le marché de l’assurance a payé d’importantes variations de température et des sinistres incendie impliquant des expéditions de produits pharmaceutiques. « La valeur des cargaisons a sensiblement augmenté au cours de la dernière année. Nous avons récemment assisté à un incendie de camion impliquant une cargaison d’une valeur de 73 millions de dollars provenant d’un seul moyen de transport. Il s’agit d’une tendance préoccupante pour les souscripteurs maritimes.

Le cycle de boom pandémique du transport maritime de conteneurs a également affecté les réclamations de fret. Une pénurie mondiale de conteneurs maritimes a entraîné la remise en service de conteneurs de qualité inférieure et endommagés. Selon l’AGCS, une détérioration de l’environnement économique et la hausse du coût de la vie pourraient avoir des répercussions sur les futures réclamations pour vol et troubles civils.

« Nous avons toujours vu des pertes de cargaison dues à des conteneurs défectueux, par exemple causées par des infiltrations d’eau. Mais si nous constatons que de nombreux conteneurs de qualité inférieure sont remis en service, le résultat pourrait être une fréquence plus élevée de pertes dans les mois à venir », déclare le capitaine Nitin Chopra, consultant principal en risques maritimes chez AGCS.

Ces dernières années ont mis en évidence d’importantes expositions aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement dans l’industrie du transport maritime, avec un certain nombre d’incidents maritimes, de catastrophes naturelles, de cyberattaques et la pandémie de Covid-19 entraînant des retards importants dans le transport maritime et les ports. D’autres perturbations ont également été causées par la congestion, les pénuries de main-d’œuvre et la capacité limitée des conteneurs.

« La tendance aux navires plus grands contribue également à accroître les expositions de la chaîne d’approvisionnement », déclare Chopra. « Les navires plus gros, bien que plus efficaces, nécessitent une infrastructure portuaire et un soutien logistique plus complexes et spécialisés que la navigation traditionnelle. Il existe également de plus grandes concentrations de risques liés au fret à bord des grands porte-conteneurs et dans les grands ports, de sorte que tout incident peut affecter simultanément de grands volumes de fret et d’entreprises. Les ports dépendent également de plus en plus de la technologie, où une panne ou une cyberattaque pourrait effectivement fermer un port. Les pressions commerciales sont déjà un facteur contributif à de nombreuses pertes résultant d’une mauvaise prise de décision. La pression sur les navires et les équipages est actuellement très élevée. La réalité est que certains peuvent être tentés d’ignorer les problèmes ou de prendre des raccourcis, ce qui pourrait entraîner des pertes futures.

« Les gestionnaires de risques doivent tenir compte de ces facteurs et adopter une approche plus axée sur la gestion des risques pour l’aspect transport des chaînes d’approvisionnement », explique Broudin. « Dans le passé, les entreprises n’ont pas accordé suffisamment d’attention aux risques liés au fret et à l’accumulation d’exposition. Les entreprises doivent commencer à traiter les risques liés au fret davantage comme des actifs immobiliers, à suivre et surveiller les expositions et à adopter une approche plus proactive pour les protéger.

Selon AGCS, le changement climatique aura de plus en plus d’impact sur les réclamations d’assurance maritime, avec des événements météorologiques plus extrêmes et de nouvelles expositions liées à la transition vers le zéro net.

Selon l’analyse d’AGCS, les catastrophes naturelles étaient déjà la cinquième cause de réclamations d’assurance maritime en termes de fréquence et de gravité pour la période de cinq ans se terminant en décembre 2021. Les conditions météorologiques extrêmes et les risques naturels ont contribué à un certain nombre de pertes importantes dans le passé, avec la perte de navires et des dommages aux cargaisons – les conditions météorologiques extrêmes ont contribué à au moins 25 % des pertes totales de navires signalées en 2021 seulement. Les conditions météorologiques ont également joué un rôle dans l’augmentation récente du nombre de conteneurs perdus en mer.

Pendant ce temps, les efforts visant à décarboniser l’industrie du transport maritime auront également un impact sur les réclamations maritimes à l’avenir. L’AGCS note qu’un facteur de risque clé dans la transition sera l’adoption de carburants alternatifs, qui pourraient inclure le gaz naturel liquéfié, l’hydrogène vert et le méthanol, ainsi que des navires assistés électriques et éoliens. L’introduction de nouvelles technologies et pratiques de travail peut toutefois entraîner de nouveaux risques ou des conséquences inattendues.

Les pannes de machines sont déjà une source importante de réclamations d’assurance maritime, étant la quatrième cause en importance en termes de fréquence et de valeur au cours des cinq dernières années. L’industrie de l’assurance a déjà vu un certain nombre de pannes de machines et de réclamations pour carburant contaminé liées à l’introduction du mazout à faible teneur en soufre dans le cadre de l’OMI 2020, qui a été introduite pour réduire les émissions d’oxyde de soufre, à mesure que les carburants marins et le soutage deviennent plus complexes.