Catégories
Actualités maritimes

Un environnement de prix plus solide fait passer le bénéfice d’Eni 1Q à plus d’un milliard de dollars

La société pétrolière et gazière italienne Eni a enregistré un bénéfice net de plus d’un milliard de dollars au premier trimestre de l’année en raison d’un environnement de prix en amont renforcé.

Eni a déclaré vendredi dans son rapport financier publié un bénéfice net de 856 millions d’euros (1,034 milliard de dollars) en raison d’un environnement de prix en amont renforcé au premier trimestre 2021 et d’une reprise des principaux indices de référence du marché. Cela se compare à une perte nette de 2,93 milliards d’euros (3,16 milliards de dollars) au premier trimestre de 2020.

Le cash-flow opérationnel avant variation du besoin en fonds de roulement au coût de remplacement s’est élevé à 1,96 milliard d’euros et les capex nets de 1,4 milliard d’euros, soit 27% de moins qu’au premier trimestre 2020. La génération organique de flux de trésorerie disponible était d’environ 600 millions d’euros avant les changements de fonctionnement Capitale.

La production d’hydrocarbures d’Eni au premier trimestre 2021 a diminué de 5 pour cent par rapport au premier trimestre de 2020. Après les effets prix positifs, la baisse a été de 6 pour cent due à la nécessité de se conformer aux réductions de production de l’OPEP + et aux effets marginaux de portefeuille, a ralentissement des dépenses dans le développement des réserves avec des contributions plus faibles du Nigéria, du Kazakhstan et de l’Angola, ainsi que des baisses de champs matures.

Ces inconvénients ont été en partie compensés par la poursuite de la montée en puissance de la production au Mexique, une meilleure contribution de la Libye et une augmentation des approvisionnements en gaz en Égypte, stimulée par une reprise de la demande sur le marché local.

Au cours du trimestre, la production du champ gazier de Zohr a atteint un record de 3200 mmscf / j à pleine capacité, la société a démarré le champ gazier de Merakes au large de l’Indonésie en synergie avec le FPU de Jangkrik tandis que d’autres start-ups et montées en puissance ont ajouté 33 kbep / j principalement dû à Berkine en Algérie, à Agogo en Angola et au projet gazier Mahani aux Emirats Arabes Unis.

Eni améliore les finances

PDG d’Eni Claudio Descalzi mentionné: « Le premier trimestre de 2021 a été considérablement impacté par les verrouillages nationaux en cours, mais malgré cela, Eni a obtenu des résultats considérablement améliorés, notamment grâce à E&P et à l’activité chimique.

« Dans le même temps, notre activité de vente au détail G&P a continué de croître régulièrement, avec une augmentation annuelle de l’EBIT de 19%, car nous tirons parti de notre base de clients unique et en expansion dans le segment de l’énergie et bénéficions d’une plus grande contribution des services extra-commodités.

« La performance de R&M a été largement tirée par la baisse de la demande de carburants en Europe en raison de la pandémie, ainsi que par des marges de raffinage négatives.

« Dans le contexte d’un scénario complexe en cours, l’EBIT ajusté de 1,57 milliard de dollars est en ligne avec le premier trimestre de l’année dernière et trois fois plus élevé que le quatrième trimestre de 2020, tandis que le bénéfice net a augmenté à 316,3 millions de dollars, soit une augmentation de près de cinq fois par rapport à le premier trimestre de 2020.

« Au cours du trimestre, nous avons généré environ 2,4 milliards de dollars de flux de trésorerie organique avant fonds de roulement, soit nettement plus que les 1,7 milliard de dollars de dépenses engagées au cours de la même période.

« La situation pandémique s’améliorant progressivement et une reprise économique plus large semblant plus probable, nous avons pu améliorer nos perspectives pour les mois à venir, prévoyant une génération de flux de trésorerie disponible en 2021 de plus de 3,62 milliards de dollars dans un scénario de Brent de 60 dollars le baril.

« Dans cet environnement, nous poursuivrons la mise en œuvre de notre stratégie de décarbonation et de transition énergétique, en gardant une forte focalisation sur la solidité du bilan et en ciblant une politique de distribution compétitive auprès de nos actionnaires.».

Perspectives 2021

Dans ses perspectives, Eni a déclaré que le rééquilibrage du marché mondial du pétrole et une reprise de la consommation de carburant en 2021 étaient toujours exposés au risque continu de l’impact continu de la pandémie de Covid-19 dans plusieurs grandes économies mondiales, comme dans plusieurs pays d’Europe de l’Ouest. pays qui sont toujours bloqués, ainsi que de nouvelles restrictions réimposées dans d’autres parties du monde.

La société a réaffirmé les prévisions pour la production d’hydrocarbures à environ 1,7 million de bep / j pour l’année complète, en supposant des réductions de l’OPEP + d’environ 35 kbep / j tout au long de l’année en moyenne et des dépenses d’investissement organiques prévues pour 2021 d’environ 7,25 milliards de dollars.

« [These conditions] prévision de flux de trésorerie d’exploitation avant besoin en fonds de roulement au coût de remplacement supérieur à 10,9 milliards de dollars aux prix actuels du Brent de 60 $ / bbl», A déclaré Eni.