Un équipage de porte-conteneurs sauve les marins à 825 milles

L'équipage à bord d'un porte-conteneurs battant pavillon américain a sauvé la semaine dernière trois marins d'un trimaran de 50 pieds devenu invalide dans l'océan Pacifique, à environ 825 milles au nord-est d'Oahu.

À 8 heures du matin, mardi dernier, les observateurs de la Garde côtière américaine au Joint Rescue Coordination Center (JRCC) Honolulu ont reçu un rapport d'un ami du capitaine du trimaran indiquant que le navire, Third Try, n'avait plus pris contact depuis lundi. Les trois marins à bord tentaient un tour du monde sans escale et leur dernière position connue était entre la Californie et Hawaï.

Les observateurs ont diffusé une émission SafetyNET informant les navires marchands de la région de la situation et ont parlé à l'ami et à la famille du capitaine du Third Try pour vérifier l'itinéraire prévu du navire.

Les observateurs ont également contacté les navires du système automatisé de sauvetage mutuel à assistance mutuelle (AMVER) dans la région pour obtenir de l'aide. L’équipage du navire voisin Matson Mahimahi, qui était en route de Los Angeles à Honolulu, a accepté de dériver et de suivre la route présumée du Third Try.

Mardi, à 15 heures, les observateurs ont reçu une alerte d'un radiophare indicateur de position d'urgence (EPIRB) enregistré pour le troisième essai. Les observateurs ont mis à jour la diffusion SafetyNET avec le nouvel emplacement et ont lancé un équipage aérien Air Station Barbers Point HC-130 Hercules avec un radeau de sauvetage à bord en réponse. Ils ont également informé l'équipage Mahimahi du nouvel emplacement.

L'équipage Hercules est arrivé sur les lieux et a localisé le troisième essai à la dérive. L'équipage de conduite a signalé que le navire avait subi des dommages structurels et avait perdu son gouvernail. Les marins demandaient à être retirés du navire.

Mercredi, à 3 h 30, l'équipage du Mahimahi est arrivé sur les lieux et a évacué les trois marins du troisième essai. Aucun blessé n'a été signalé. Les marins ont voyagé à bord de Mahimahi et sont arrivés à Honolulu jeudi après-midi.

Un avis de danger pour la navigation a été publié pour les marins concernant le trimaran abandonné.

«L'un des plus grands défis à relever dans le Pacifique est la distance», a déclaré le lieutenant Diane French, un officier de service du JRCC.

Le JRCC Honolulu coordonne les opérations de recherche et de sauvetage (SAR) en aviation et en mer, et sa région SAR s'étend sur plus de 14 millions de milles marins carrés de l'océan Pacifique.

«Les premiers intervenants sont souvent à quelques jours et nous comptons régulièrement sur des équipages de navires marchands comme les Mahimahi pour aider dans les cas de recherche et de sauvetage. Nous sommes toujours reconnaissants de leur aide », a déclaré le lieutenant French.

AMVER est un système mondial de signalement volontaire parrainé par la Garde côtière américaine. Il s'agit d'un système informatique mondial de notification des navires utilisé dans le monde entier par les autorités de recherche et de sauvetage pour organiser l'assistance aux personnes en détresse en mer. Avec AMVER, les coordinateurs de sauvetage peuvent identifier les navires participants dans la zone de ceux en détresse et détourner le ou les navires les mieux adaptés pour répondre. S'engager dans AMVER n'impose aucune obligation supplémentaire aux navires de participer aux efforts de recherche et de sauvetage, au-delà de ce qui est requis par le droit international.