Un pétrolier détenu en Guinée équatoriale doit retourner en Guinée équatoriale

Un superpétrolier accusé par les autorités nigérianes d’avoir tenté de charger illégalement du brut avant de quitter ses eaux territoriales est sur le chemin du retour vers le pays, a déclaré vendredi à Reuters un porte-parole de la marine nigériane.

À la demande des autorités nigérianes, la Guinée équatoriale a arrêté le 17 août l’Heroic Idun, un navire capable de transporter 2 millions de barils de pétrole, pour avoir navigué sans pavillon d’identification, fui la marine nigériane et navigué dans les eaux équato-guinéennes sans autorisation préalable. .

Des responsables nigérians ont déclaré que MM. Idun Maritime Ltd, une société basée aux Îles Marshall, était propriétaire du navire. Reuters n’a pas pu joindre Idun Martime.

Le porte-parole de la marine nigériane, le commodore Kayode Ayo-Vaughan, a déclaré à Reuters que deux navires de la marine nigériane avaient commencé à escorter le navire vers le Nigeria vendredi après-midi.

Vendredi, le suivi des navires Refinitiv a montré que la destination du navire était Bonny, au Nigeria.

Un porte-parole du gouvernement équato-guinéen n’a pas immédiatement répondu à la demande de commentaires. Le 7 novembre, Teodoro Nguema Obiang Mangue, vice-président de la Guinée équatoriale et chef de la défense et de la sécurité, a déclaré sur Twitter qu’il avait autorisé le navire à retourner au Nigeria.

Le vol de pétrole a pris plus de 400 000 barils par jour (bpj) à la production pétrolière du Nigeria, paralysé les finances de l’État et l’a propulsé du premier exportateur africain au numéro deux, selon la compagnie pétrolière publique nigériane.

Le Nigeria a déclaré que le navire n’avait pas chargé de pétrole avant que la marine ne s’en approche, mais a déclaré que le navire avait fait une fausse déclaration d’attaque de piraterie, était entré dans une zone réglementée sans autorisation et avait tenté de charger illégalement du pétrole brut.

Le gestionnaire du navire, OSM Maritime, a déclaré dans un communiqué que lorsque la marine s’est approchée, elle attendait des documents d’autorisation, que l’équipage croyait sincèrement qu’il faisait face à une attaque de piraterie et que quitter la zone pour les eaux internationales suivait les meilleures pratiques de gestion.

Il a déclaré qu’ils avaient payé une amende à la Guinée équatoriale en septembre, sur la promesse qu’ils libéreraient le navire et son équipage, et a qualifié son maintien en détention « d’injustice maritime choquante ».

Dans une fiche d’information partagée avec Reuters, le gouvernement nigérian a déclaré que le navire devait revenir pour répondre aux accusations ou autrement effacer son nom.

« Cela enverrait en effet un message fort à tous les collaborateurs impliqués dans le vol de pétrole brut au Nigeria, et à la communauté internationale dans son ensemble », indique la fiche d’information.

Le 8 novembre, l’équipage de 26 hommes du navire a déposé une requête auprès d’une haute cour fédérale d’Abuja lui demandant de bloquer les efforts visant à les « restituer illégalement » au Nigeria, arguant que le Nigeria et la Guinée équatoriale n’avaient pas de traité d’extradition ni d’entraide judiciaire. accord. La date du jugement n’est pas encore fixée pour l’affaire.

(Reuters – Reportage supplémentaire par Bate Felix; Montage par Aurora Ellis)