Un porte-avions toxique dérive dangereusement après des semaines en mer

Trois semaines se sont écoulées depuis que le porte-avions toxique SÃO PAULO est revenu au Brésil après que la Turquie a bloqué son importation et que l’Agence brésilienne pour l’environnement IBAMA a exigé son retour. Pourtant, le navire dérive toujours à plus de 12 milles au large des côtes de l’État de Pernambuco, tandis que la marine brésilienne et l’IBAMA ne parviennent pas à exiger et à fournir un refuge sûr pour prévenir les dommages potentiels à l’environnement marin.

Alarmée par la présence de matériaux toxiques dans la structure du SÃO PAULO, l’Agence nationale de l’environnement (CPRH) de Pernambuco a démenti l’amarrage de la coque au port de Suape, situé au sud de Recife sur la côte sud. Plusieurs autres installations brésiliennes approchées par SOK, l’armateur du navire, ont également refusé d’accueillir temporairement le navire en raison d’un prétendu manque de postes d’amarrage disponibles ou de capacités techniques. ONG internationales et nationales [1]observateurs de cette impasse, exigent de toute urgence une action responsable de la part du Brésil.

Porte-avions toxique
Image à des fins de représentation uniquement

« Il est temps que les autorités brésiliennes cessent de se renvoyer la balle et assument collectivement la responsabilité d’une situation dangereuse. L’IBAMA est désormais chargée de la gestion écologiquement rationnelle de ce navire, et pourtant, une fois de plus, elle échoue à garantir ce résultat. Pendant ce temps, nous savons que la Marine a de la place pour le navire, qui devrait être obligé d’accoster immédiatement. Plus de jeux ! » — Nicola Mulinaris – Conseiller principal en communication et politique – Plateforme de démolition des ONG

Le navire a atteint son emplacement actuel le 5 octobre, conformément aux instructions de la Direction des ports et des côtes de la marine brésilienne. Ce dernier avait ordonné que la coque soit inspectée dans la zone d’attente maritime par une société Salvage Master, contractée par SOK, afin de vérifier son intégrité. En conséquence, le service AWS a effectué des inspections les 12 et 14 octobre et a conclu qu’en raison de la dégradation et des dommages structurels résultant d’influences environnementales, « l’amarrage/l’amarrage immédiat est recommandé pour la réparation structurelle, afin d’éviter l’expansion des dommages et la possible perte de stabilité pendant une longue période en mer.

Une fois le navire amarré en toute sécurité au Brésil, les ONG appellent à une relance complète du plan de recyclage ou de réutilisation en toute sécurité du navire – un plan qui garantit que la santé humaine et l’environnement sont protégés en priorité. Compte tenu de l’illégalité de la tentative de mouvement transfrontalier de déchets dangereux vers la Turquie en vertu d’un protocole de la Convention de Barcelone et des soumissions peu fiables de l’acheteur pour l’inventaire des matières dangereuses (IHM), les ONG exhortent le Brésil et la France (le propriétaire initial de la marine) à recommencer, à effectuer un nouvel IHM et initier une nouvelle vente avec uniquement des destinations légales et capables participantes.

« Même si, comme l’a récemment affirmé la marine brésilienne, le retrait de 55 tonnes d’amiante a eu lieu il y a trois décennies, des centaines de tonnes d’amiante et d’autres matériaux toxiques sont encore susceptibles de se trouver à bord du SÃO PAULO. D’après les quantités trouvées sur le navire jumeau, le CLEMENCEAU, ce navire devrait contenir environ 900 tonnes de matières dangereuses, dont des PCB et de l’amiante. Les affirmations selon lesquelles les structures du SÃO PAULO sont contaminées par seulement 10 tonnes d’amiante sont loin de la réalité. — Annie Thébaud-Mony – Ban Asbestos France

Référence : Plate-forme de démolition de navires

Dernières nouvelles sur l’expédition