Une ONG exhorte les autorités canadiennes à se pencher sur la démolition de navires toxiques

L’ONG Shipbreaking Platform, une coalition qui milite pour un recyclage propre et sûr des navires, s’est jointe à la Première Nation K’ómoks (KFN) et aux résidents locaux pour demander aux autorités d’examiner les opérations de démolition à Union Bay.

ONG
Illustration; Image courtoisie : Plate-forme de démolition des navires de l’ONG 2014

Le 11 janvier, l’ONG Shipbreaking Platform a envoyé une lettre officielle de préoccupation à tous les organismes canadiens compétents indiquant le soutien aux communautés touchées qui ont soulevé pour la première fois des inquiétudes concernant les opérations de démolition à Union Bay il y a dix-huit mois.

Comme indiqué, KFN et la coalition demandent aux autorités fédérales, provinciales et régionales de s’assurer que les activités menées par l’opérateur, Deep Water Recovery (DWR), cessent de causer des dommages aux communautés locales et à l’environnement environnant.

En décembre 2020, DWR a converti un ancien emplacement de tri de grumes en un chantier de démolition de navires improvisé pour démonter les barges.

Selon l’ONG, les activités de démolition de navires enfreignent les règlements de zonage du district et, à ce jour, le district régional de Comox Valley autorise toujours des opérations dangereuses à seulement quelques mètres de plusieurs maisons résidentielles et dans une zone écologiquement et biologiquement importante. zone (EBSA).

La direction étrangère de DWR a déclaré que des plans environnementaux très stricts étaient en place. Cependant, BGO affirme que des images de drones et des photos du site montrent des navires démontés sans revêtement de sol imperméable ni système de drainage en place.

La coalition a ajouté qu’aucune étude d’impact environnemental ou consultation publique n’avait été menée avant le début des activités de démantèlement.

« Nous ne considérons pas que le débarquement de navires sur des côtes incapables de contenir les nombreuses matières dangereuses à bord et intégrées dans les structures des navires, comme cela se produit actuellement à Union Bay, soit un moyen durable ou acceptable de recycler les navires », dit Nicolas Mulinaris, conseillère principale en communication et politique à l’ONG Shipbreaking Platform.

À l’heure actuelle, les deux anciens navires du gouvernement américain et un navire à passagers de la BC Ferries Corporation sont amarrés à Union Bay, attendant peut-être d’être démolis. Compte tenu de leur âge et de leur type, les navires sont susceptibles de contenir de grandes quantités de substances toxiques dans leurs structures, notamment de l’amiante et des PCB, a déclaré l’ONG.

« Les récipients ne peuvent être recyclés que de manière sûre et respectueuse de l’environnement sur des sites industriels appropriés qui garantissent un environnement confiné avec des sols imperméables et des systèmes de drainage. Nous demandons donc instamment aux autorités canadiennes d’arrêter immédiatement la casse des navires à Union Bay et de prendre exemple sur la législation existante de l’UE sur le recyclage des navires. Nous appelons également BC Ferries à opter pour une option durable pour son Queen of Burnaby en fin de vie, ainsi que pour ses autres unités plus anciennes restantes », conclut Mulinaris.

Vous pourriez également aimer...