Vikings : entre le mythe et la réalité

Qui sont les Vikings ?

Les Vikings sont des hommes du Nord (actuels Norvège, Suède, Danemark et Islande) ayant marqué l’Histoire européenne du 8è au 10è siècle. Fins commerçants, solides guerriers, vaillants explorateurs, les Vikings ne se gardaient pas d’améliorer leur quotidien par le commerce ou par les armes. Bien que divisés en plusieurs tribus ou royaumes, les Vikings se retrouvent sous la même civilisation qui a marqué l’Europe jusqu’à l’an 1000 environ.

L’image des Vikings

Bien souvent considérés comme de cruels barbares buvant le sang de l’ennemi dans un crâne ou découpant vivant un pauvre innocent, il apparaît que la vérité sort du portrait négatif du Viking que l’on dresse fréquemment. Toutefois, entre l’image positive que l’imaginaire conserve des Vikings par leur ultra-virilité, leur ténacité conquérante et leur puissance navale et militaire et l’image péjorative qu’ils subissent, il est difficile de déceler le vrai du faux. 

Les Vikings étaient effectivement des commerçants hors pair et des guerriers puissants, ils étaient même violents. Leur capacité d’adaptation souvent relatée est également vraie. Pourtant, ils sont bien loin de la légende noire à laquelle on les assimile. Le juste milieu se situe entre la légende fascinante (bien trop embellie) et la légende effrayante (trop ternie).

Les divergences entre l’image des Vikings portée dans l’inconscient collectif et la réalité historique s’expliquent par quelques points importants. Tout d’abord, l’image négative est due aux mauvaises traductions des textes norrois dans lesquels les historiens et linguistes ont souvent essayé de tirer du sensationnel. Ensuite, cette image cruelle est également due à la diabolisation que les ecclésiastiques et hommes de lettres de l’époque ont fait des Vikings. Ceux-ci étant païens et pillant sans relâche les terres européennes ainsi que les monastères, une image d’eux trop diabolique a été propagée. À l’inverse la « surfascination » qu’ils créent s’explique par leur identité marquée (religion, culture, etc.) souvent reprise et embellie (par l’Allemagne nazie par exemple), mais aussi par leur façon de se mettre en scène dans des poèmes et textes norrois desquels, là encore, le sensationnel et le fascinant ont été mis en exergue. 

Le fonctionnement de leur civilisation

Économiquement

Les Vikings sont avant tout d’excellents commerçants. Ils cultivaient très peu, mais troquaient et échangeaient. Leur commerce s’articulait surtout autour de l’esclavage, du commerce de poisson (notamment le hareng) et de la soie. Mais leur richesse exceptionnelle a été due en grande partie à leur capacité à négocier et à voler. Leur grande force militaire (fins stratèges, les Vikings combattaient toujours à leur avantage, et leur solidité physique ainsi que leur technologie les avantageaient !). La figure de l’économie florissante des Vikings est évidemment le bateau. Leurs bateaux très évolués permettaient de contrôler les voies commerciales et d’accroître leur puissance militaire.

Les tactiques des Vikings pour gagner des richesses étaient simples : le pillage, la demande de tribut, etc.

En fait, les Vikings négociaient souvent avant d’utiliser la force, étant très puissants dans les deux, leur puissance économique ne pouvait qu’être exceptionnelle.

Socialement

Les Vikings avaient un modèle social très intéressant. Ce dernier contenait moins d’inégalités que dans les sociétés européennes, celles-ci étant chrétiennes et avantageant les disparités sociales. Dans les sociétés norroises, il était plus aisé de gravir les échelons de l’échelle sociale. La place du roi n’était jamais acquise (aucun lien de filiation) et la place sociale jamais fixe. Les Vikings pouvaient facilement gagner des privilèges au mérite et n’étaient jamais liés à leur place. Mais là où la société Viking se démarque vraiment, c’est dans la justice. Leur justice moins arbitraire et moins dure faisait d’eux de véritables rois de la balance. Encore aujourd’hui, les pays issus des Vikings restent très bons dans le domaine de la justice et du social.

Culturellement

La culture norroise est très variée et intéressante. La culture Viking est principalement caractérisée par deux choses : le bateau et la langue. Bien sûr, d’autres éléments importants comme le commerce, les armes ou les rites imprègnent tout à fait la culture norroise. Néanmoins, tous les peuples vikings se retrouvent sous la même langue (le norrois, très proche de l’actuel Islandais) et possèdent un objet culturel marqué : le bateau. Ceux-ci variaient de toutes les tailles à toutes les formes, mais ils étaient réellement l’outil principal de la culture Viking et la figure de proue de leur domination longue de plus de deux cents ans.

Religieusement

Les Vikings ont une identité religieuse forte. Leurs mythes et légendes sont propagés par des Skals qui écrivent chansons et poèmes en l’honneur des Dieux et des leaders norrois. La religion norroise est très imprégnée par l’aspect mythologique de leurs croyances (Ragnarök, légendes sur Thor, etc.) La religion a évidemment un fort rôle politique, car elle permet aux chefs norrois de légitimer leur place en tant que leader de certains peuples Vikings. Leur religion a longtemps cohabité avec le christianisme lorsque celui-ci a été adopté par les Vikings.

Leur influence sur le Nord de l’Europe et leur incroyable expansion

La grande influence qu’ont eue les Vikings sur l’Europe du Nord s’explique par plusieurs facteurs. Pour commencer, les royaumes européens étaient faibles (morcelés et divisés, l’empire carolingien s’éteint d’ailleurs en 924). Ensuite, les Vikings sont d’excellents guerriers n’ayant pas de règle (n’étant pas chrétiens, la religion ne régissait pas du tout leur tactique militaire), leur rapidité et leur mobilité face à de petites armées étaient très efficaces. Puis, les Vikings sont des commerçants hors normes, le mélange de ces trois aspects leur a parmi (en ajoutant l’avantage technique des bateaux et des armes) d’étendre leur influence sur toute l’Europe du Nord. En plus, le califat, au Sud, réduisait leur importance sur l’Europe septentrionale tout en accroissant leur puissance par le commerce.

Leur influence se traduisait surtout par des raids, des attaques de monastères et de villes, des demandes de tribut, des pillages et des colonies implantées notamment en Angleterre. Leur capacité d’assimilation était grande et le Viking se sédentarisait souvent ce qui augmentait leur influence (Guillaume le Conquérant est descendant de Viking !)

Leur expansion ne s’est pourtant pas arrêtée là. Les Vikings ont conquis ou attaqué la Russie, l’Europe du Sud et même Bagdad ou Constantinople. L’Asie musulmane et la Russie ont été des cibles des norrois bien que géographiquement éloignées de ceux-ci. Mais la raison est plutôt simple. Les Vikings pratiquaient le cabotage, c’est-à-dire qu’avec une précision dans la navigation et une technologie navale adaptée, ils pouvaient traverser des fleuves et des rivières et longer des côtes sur plusieurs centaines de kilomètres. Par exemple, c’est par la Volga qu’ils ont atteint Bagdad. Il apparaît que ces expéditions étaient surtout menées par des Varègues (les Vikings de Suède). On conclusion, l’expansion est due à leur capacité d’adaptation (assimilation, maîtrise des langues et des cultures, bonne connaissance de leurs rivaux et ennemis) et à leur maîtrise des voies commerciales navales grâce, entre autres, à leurs somptueux bateaux.

La décadence du pouvoir

Aux alentours de l’an 1000, l’influence Viking se délie. Cela est dû à plusieurs raisons. Tout d’abord, il est possible de dire que les norrois ont réussi. Ils se sont enrichis et sont soit restés chez eux pour fonder des royaumes stables et durables basés sur la richesse conquise en Europe soit restés sur les terres conquises pour s’y installer et s’y assimiler (comme la Normandie, étymologiquement « terre des hommes du Nord »).

Puis, leur puissance commerciale est contestée par la création de nouvelles voies commerciales et le changement de commerce. Effectivement, le commerce de gros crée une concurrence rude aux Vikings qui, de plus, doivent faire un trait sur le meilleur commerce qu’ils font : l’esclavage. Cela est dû à leur christianisation.

Cette christianisation, importée chez les Vikings dans le but de contrôler la société par la hiérarchie ecclésiastique, a permis de créer une structure politique semblable à celle des royaumes chrétiens. La christianisation, pour finir, leur interdit d’attaquer ou de réduire en esclavage des chrétiens (ou des Hommes en général) ce qui a fait considérablement baisser leurs richesses (commerce d’esclave, pillages, etc.).

Enfin, de nouveaux royaumes forts sont créée et développés en Europe qui rendent difficile le pillage de leur terre du fait que leurs armées sont puissantes. Alors qu’un petit duc pouvait difficilement contrer un raid Viking, les pouvoirs à nouveau en place dès la moitié du 11è siècle contrebalancent sévèrement la supériorité militaire Viking. D’ailleurs leur puissance militaire a été définitivement enterrée lors d’une défaite face à l’Angleterre (Stamford Bridge) en 1066.

La trace laissée dans l’Histoire

Les Vikings, bien qu’ayant un impact court de deux siècles, ont laissé de grandes traces dans l’Histoire. Cela est dû en premier lieu à l’image (nous l’avons vue, parfois fausse) que l’on dressait des Vikings. L’imaginaire collectif a donc retenu avec que les Vikings étaient conquérants, explorateurs, virils et habiles (commerçant et navigateurs). Ce lot de qualités est couplé à la fascination que l’on porte à la violence norroise. De plus, l’aspect de sensationnel et de surprise créés par les géants du Nord venus pour ravager fascine et intrigue.

 Un autre facteur important de la trace que les Vikings ont laissée est l’intégration forte qui a été réalisée. Les Vikings ont su s’assimiler tout en conservant certaines caractéristiques ou traditions. De ce fait, la culture norroise ne semble pas si éloignée. Dans le même sens, l’archéologie joue un grand rôle, car beaucoup de traces bien conservées ont été trouvées. La langue islandaise est d’ailleurs proche du Norrois, elle a permis de traduire certains textes ! En bref, tous ces éléments de proximité entre le monde actuel et l’ère Viking ont laissé des traces de la civilisation. Mais ce n’est pas tout, le fait que les Vikings ont laissé des traces presque partout (Amérique du Nord, Groenland, Asie, Europe du Sud, Nord de l’Afrique, etc.) va dans ce sens.

Enfin, la réutilisation de ces éléments fascinants par certains régimes et certaines cultures a servi à conserver une image des Vikings. Par exemple, l’Allemagne nazie les considérait comme « la race pure », car les païens robustes du Nord représentaient vraisemblablement bien l’idéologie national-socialiste. Un nombre élevé de films, de séries, de livres et de documentaires traitent aussi de ce sujet passionnant.

Ce qu’il faut retenir

En conclusion, les Vikings étaient d’excellents commerçants, guerriers et navigateurs. Ils avaient une civilisation propre (religion, société, politique) et ont dominé l’Europe du 8è au 11è siècle durant ce que l’on appelle « l’Âge des Vikings ». Bien que l’idée que l’on a des Vikings est fondée. Les norrois ne se contentaient de faire des raids, ils conquéraient et s’installaient. Ils n’étaient pas cruels et sanguinaires et ils ne se sont pas arrêtés au Nord de l’Europe. On oublie trop souvent le côté négociateur des Vikings qui maîtrisaient les voies commerciales navales à la perfection. Bref, les Vikings ne sont pas que des brutes épaisses, et ils ont changé le cours de l’Histoire (Installation sur des terres, création de l’Angleterre moderne, découverte de l’Amérique, création des royaumes du Nord, mythologie nordique, etc.)