Wargaming : un outil pour l’analyse du renseignement naval

Par Ian Sundstrom

Le renseignement est un élément clé des jeux de guerre menés par le département américain de la Défense. L’analyse du renseignement fournit l’épine dorsale factuelle des wargames, des ordres de bataille et des capacités des systèmes d’armes à la stratégie. Les analystes du renseignement eux-mêmes jouent régulièrement le rôle d’adversaires dans les soi-disant « globules rouges ». Souvent, cependant, les sponsors de wargame ont des objectifs de formation ou d’analyse spécifiques qui nécessitent des écarts par rapport aux plans d’action « rouge » les plus probables ou les plus réalistes. Les analystes du renseignement jouant au rouge doivent donc deviner comment l’adversaire pourrait réagir à des situations inhabituelles ou prendre délibérément des décisions qu’ils jugent inexactes juste pour soutenir le but du jeu. C’est une source de frustration fréquente pour les analystes et la cause de nombreux reproches sur le caractère « irréaliste » des wargames. Plutôt que de dénoncer cela, les analystes devraient accepter ce fait et utiliser le wargame pour améliorer leurs évaluations.

Wargaming est distinct des autres techniques d’analyse structurée

Nombreux techniques analytiques structurées ont été développés pour aider les analystes du renseignement à surmonter leurs préjugés et à améliorer leurs évaluations. En quoi le wargaming est-il différent et/ou meilleur que ces techniques ? Le wargaming ne ressemble à aucune autre technique pour sa capacité à mettre les analystes dans la position de l’adversaire et à saisir la nature interactive de la guerre.

Une technique courante utilisée pour voir le monde du point de vue de l’adversaire est l’analyse de l’équipe rouge. Cette technique implique que les analystes se mettent à la place de l’adversaire et se demandent quels facteurs influencent son processus de prise de décision et comment il réagit aux différents stimuli. De cette façon, il est similaire à l’acte de jouer l’équipe rouge dans un wargame. Wargaming améliore l’équipe rouge en ajoutant un adversaire qui réfléchit, réagit et répète le processus au cours du jeu.

Wargaming incarne également la nature de la guerre d’une manière qu’aucune autre technique ne fait. Wargaming capture les interactions itératives entre les acteurs d’un conflit. De cette façon, il aide les analystes à voir au-delà des effets de premier ordre de tout plan d’action de l’adversaire et à identifier comment différentes actions pourraient façonner les actions futures des parties à un conflit. Wargaming capture également le séquençage des opérations militaires dans le temps et dans l’espace. Cela permet d’éclairer les contraintes sur l’action militaire que les techniques plus abstraites ne font pas.

Wargaming peut permettre d’autres techniques d’analyse

Le wargaming peut également permettre l’utilisation d’autres techniques analytiques. Par exemple, les wargames peuvent aider à vérifier les hypothèses clés. Si une évaluation repose sur l’hypothèse que les dirigeants politiques d’un adversaire ne voient pas la guerre dans leur intérêt, les analystes peuvent se mettre à la place de ces dirigeants dans le contexte d’un jeu et voir si l’hypothèse tient. Face à un adversaire réfléchi de l’autre côté d’un wargame, cette hypothèse peut ne pas sembler aussi valable.

Wargaming peut également augmenter la probabilité de capturer des évaluations alternatives. S’ils étaient pressés, de nombreux analystes révéleraient qu’ils n’envisagent que des hypothèses alternatives à la fin de leur processus analytique, contrairement aux meilleures pratiques. Wargaming peut aider à amener l’analyse des alternatives à l’avant de l’esprit des analystes en raison de sa structure itérative et séquencée. Chaque tour d’un wargame présente aux joueurs des points de décision, chacun pouvant révéler des alternatives plausibles à considérer. Parallèlement à ces alternatives, le wargaming peut éclairer les indicateurs qui accompagneraient le choix d’un adversaire d’un plan d’action plutôt qu’un autre.

Chaque tour d’un wargame fournit en outre le contexte d’une session de brainstorming structurée. L’analyste ou les analystes d’une équipe peuvent utiliser cette technique pour identifier le plus large éventail d’actions possibles qu’un adversaire pourrait entreprendre, puis déterminer quelles actions sont étayées par des preuves, lesquelles sont les plus probables et lesquelles pourraient être les plus dangereuses pour les États-Unis.

De plus, les wargames peuvent aider à identifier les lacunes en matière de renseignement. La clé pour développer des informations analytiques valides à partir du wargaming est d’essayer d’intégrer des informations de renseignement dans le processus. Lorsqu’ils sont confrontés à une décision dans le jeu, les joueurs doivent se demander « quels rapports de renseignement fournissent des indices sur la réaction de la cible ? » S’il n’y a pas d’informations disponibles, une lacune potentielle du renseignement s’est révélée.

Wargaming n’a pas besoin d’être compliqué

Une idée fausse commune du wargaming est qu’il nécessite des programmes informatiques complexes ou des systèmes de cartes et de compteurs détaillés avec des ensembles de règles complexes. Si c’était le cas, les jeux de guerre ne seraient pas bien adaptés aux exigences souvent rapides de l’analyse du renseignement. Heureusement, ce n’est pas le cas. À son niveau le plus basique, le wargaming ne nécessite aucun outil formel. Cela nécessite simplement des joueurs représentant les différentes personnes ou organisations considérées et un arbitre pour décider de l’ordre et des résultats des actions. Un jeu légèrement plus sophistiqué pourrait impliquer une carte (peut-être simplement retirée du mur d’une cabine), de la monnaie utilisée pour représenter diverses forces et quelques règles simples pour aider à évaluer les résultats. Un wargame peut facilement être organisé dans une salle de conférence ou regroupé autour d’un bureau et terminé en une heure ou deux. Cela peut sembler long pour s’engager dans un « jeu », mais la plupart des analystes peuvent raconter des histoires d’horreur sur des réunions beaucoup plus longues avec des résultats moins utiles.

Options pour augmenter l’utilisation des jeux de guerre dans le renseignement naval

Entraînement

La diversité au sein du corps analytique du renseignement naval est essentielle pour éviter les angles morts et la pensée de groupe. Il est important d’embaucher des analystes qui n’ont aucune expérience militaire pour constituer une main-d’œuvre diversifiée. Cela signifie toutefois que les responsables du renseignement naval ne peuvent présumer que ces analystes ont une connaissance particulière des opérations militaires. Dans le cadre de la formation des nouveaux analystes, le wargaming peut aider à améliorer leurs connaissances d’une manière que les conférences et la lecture ne peuvent pas en forçant les analystes à s’engager avec les facteurs qui influencent les décisions militaires du monde réel, tels que les mouvements, les incendies et la logistique. Wargaming a déjà été implémenté en tant que entraînement et technique pédagogique au sein du ministère de la Marine et a été utilisé à une échelle limitée dans certains composants de la Defense Intelligence Enterprise, mais son utilisation pourrait être étendue.

Analyse au jour le jour

Les analystes peuvent également ajouter des wargames à la boîte à outils qu’ils utilisent dans leur travail quotidien. Comme indiqué précédemment, le wargaming n’a pas besoin d’être compliqué. De petits groupes d’analystes peuvent se réunir autour d’une carte sur une table de conférence et, avec des post-it et des blocs-notes, examiner comment une bataille, une campagne ou une guerre spécifique se déroulerait de manière structurée mais dynamique. Les informations issues de cet effort peuvent alors aider à orienter les collections ou à générer de nouvelles questions à analyser.

Collaboration communautaire

À plus grande échelle, les jeux de guerre peuvent être un facteur clé d’amélioration de la collaboration avec la communauté du renseignement au sens large. Les analystes du renseignement naval développent des réseaux de leurs pairs et coordonnent régulièrement leurs produits formels à travers les communautés d’intérêt. C’est important, mais le premier est souvent ad hoc et axé sur la personnalité, et le second est trop souvent éphémère. Les wargames inter-organisationnels de grande envergure peuvent réunir des analystes pour plusieurs jours de wargame approfondi, au cours desquels ils apprennent à se connaître, discutent des rapports de renseignement existants et des lacunes en matière de renseignement, et explorent diverses pistes d’analyse. L’expérience peut aider à favoriser des relations profondes et durables entre les organisations.

Le moment est venu d’étendre le rôle de Wargaming

En vertu des directives émises par l’actuel Chef des opérations navales et Commandant du Corps des Marines, le temps du wargaming semble être arrivé au Département de la Marine. Wargaming a été largement utilisé comme outil pour former des marins et des marines et développer de nouveaux concepts d’opérations pour les forces navales. Il devrait également être utilisé par les professionnels du renseignement naval pour améliorer leur analyse. Wargaming est un outil unique qui peut aider à révéler les plans d’action potentiels de l’adversaire et faciliter l’utilisation d’autres techniques analytiques. Il est temps de l’ajouter à la boîte à outils des analystes.

Ian Sundstrom est analyste du renseignement au Nimitz Operational Intelligence Center. Il est également réserviste au Naval History and Heritage Command et a précédemment servi en service actif en tant qu’officier de guerre de surface. Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les opinions du ministère de la Marine ou du ministère de la Défense.

Image mise en avant : 19 mars 2018 – Des étudiants de l’US Naval War College (NWC) participent à un test bêta de jeu d’apprentissage organisé par les départements des opérations militaires interarmées et des jeux de guerre de la NWC. Le principe du jeu de table était basé sur la bataille du golfe de Leyte pendant la Seconde Guerre mondiale. (Photo de l’US Navy Spécialiste de la communication de masse 2e classe Jess Lewis/libérés)

Vous pourriez également aimer...