World Tankers Management nie fermement tout acte répréhensible après la saisie d’un pétrolier par l’Indonésie

L’exploitant du pétrolier MT, battant pavillon des Bahamas Strovolos nie les informations « inexactes » selon lesquelles le navire transportait illégalement du pétrole brut cambodgien après que le navire a été détenu pour avoir jeté l’ancre dans les eaux indonésiennes sans autorisation. Au lieu de cela, l’opérateur basé à Singapour a déclaré que le pétrolier n’était en Indonésie que pour effectuer un changement d’équipage « depuis longtemps » et demande la libération de tous les membres d’équipage.

Les 44 106 tpl Strovolos et son équipage ont été arrêtés mardi par les autorités indonésiennes qui allèguent que le navire a jeté l’ancre dans ses eaux au large de Batam sans autorisation et à la demande du gouvernement cambodgien, qui accuse le pétrolier d’avoir chargé illégalement 300 000 barils de pétrole brut.

Cependant, une déclaration de l’opérateur du navire, World Tankers Management, insiste sur le fait que le navire était en Indonésie uniquement pour des raisons humanitaires et a opéré dans le cadre de son affrètement. Selon le communiqué, les affréteurs du navire ont chargé une cargaison de pétrole brut dans le champ cambodgien d’Apsara dans le golfe de Thaïlande en mai « étant entendu que la cargaison appartenait aux affréteurs ».

Après que les affréteurs n’ont pas payé, World Tankers Management affirme que le Strovolos et son équipage ont navigué vers la Thaïlande pour faire le plein et, pendant leur séjour, ils ont également essayé de procéder à un changement d’équipage, car de nombreux membres d’équipage du navire étaient restés à bord depuis septembre. En raison des restrictions liées au COVID-19, le transfert de l’équipage n’a jamais été effectué et l’affrètement a finalement été résilié, date à laquelle World Tankers Management a demandé le retrait de la cargaison par transfert de navire à navire « à un endroit pratique et pratique ». La société a déclaré qu’un accord n’avait jamais été conclu.

Selon la World Tankers Management, lorsque le navire est arrivé en Thaïlande, il a été arraisonné par la marine royale thaïlandaise, soi-disant à la demande du gouvernement cambodgien, mais ils n’ont jamais détenu le navire et l’ont autorisé à naviguer.

« Suite à l’intervention d’avocats, de l’OMI et de l’Autorité maritime des Bahamas, la marine royale thaïlandaise a pris du recul et a autorisé le navire à naviguer vers Batam, en Indonésie, pour y faire changer l’équipage car cela n’était pas autorisé en Thaïlande en raison de Covid-19 restrictions », a déclaré la société dans son communiqué.

« En tant que propriétaires, nous soulignons que la raison pour laquelle le navire s’est rendu à Batam était à des fins humanitaires, pour effectuer le changement d’équipage attendu depuis longtemps et permettre à l’équipage de rentrer chez lui dans sa famille conformément à ses droits fondamentaux », poursuit le communiqué.

« Cependant, les propriétaires ont également été confrontés à des difficultés affectant le changement d’équipage nécessaire en Indonésie. Le navire a d’abord attendu au large de Batam en raison des restrictions de voyage imposées par l’Indonésie en raison de COVID-19. Il est allégué par la marine indonésienne que le navire n’avait pas la permission de mouiller dans les eaux indonésiennes.

World Tankers Management nie maintenant les actes répréhensibles, y compris « les allégations injustifiées du gouvernement cambodgien selon lesquelles le navire et son équipage auraient commis des infractions pénales en rapport avec le départ du navire du champ d’Apsara pour se ravitailler en carburant ».

La compagnie est désormais inquiète pour le bien-être de ses marins, affirmant avoir été informée que le gouvernement cambodgien aurait demandé à Interpol que l’équipage soit extradé vers le pays.

Les médias indiquent que le capitaine du pétrolier, un ressortissant du Bangladesh, est désormais accusé d’avoir jeté l’ancre en territoire indonésien sans autorisation et risque jusqu’à un an de prison, plus des amendes, s’il est reconnu coupable.

« Le navire a été accusé à tort d’avoir volé la cargaison. Ce n’est pas et n’a jamais été notre intention de détourner la cargaison », a déclaré World Tankers Management dans son communiqué.

« C’est notre exigence expresse que [the cargo] est déchargé du navire par la partie qui en est propriétaire à des conditions que nous recevons les sommes qui nous sont dues ou autrement que ces montants soient sécurisés de manière adéquate de la manière habituelle. Le navire a toujours opéré entièrement dans la zone commerciale convenue dans l’affrètement », selon la société.

«Notre équipage est entièrement innocent et irréprochable dans cette affaire et ne devrait pas subir le poids des problèmes commerciaux et politiques.

« Les droits humains de notre équipage sont primordiaux et toutes les parties impliquées dans cette affaire, y compris les autorités cambodgiennes et indonésiennes, devraient le reconnaître et le respecter.

« En raison de cette situation, nous n’avons plus d’autre choix que d’impliquer les canaux diplomatiques et le Bureau des droits de l’homme des Nations Unies », a déclaré World Tankers Management.

Vous pourriez également aimer...